NO MAN EYES - Cosmogony (Diamonds) - 09/06/2016 @ 07h07
Fondé au début de cette décennie du côté de Gênes, No Man Eyes est un groupe dont la base musicale se situe entre le heavy et le power metal. Avec son deuxième album, « Cosmogony », il a souhaité intégrer des influences venues du metal extrême (death et thrash metal) afin de durcir son propos tout en gardant une base harmonieuse et mélodique.

Si ces réminiscences dites extrêmes ne sont pas forcément très perceptibles, le heavy/power développé par les italiens n'en reste pas moins assez intéressant et évoque à bien des reprises Blind Guardian, Persuader ou encore Savage Circus. Les chœurs de 'Huracan', titre possédant un riffing bien pensé et appuyé, rappellent par exemple assez nettement ceux qu'affectionnent les bardes allemands.
No Man Eyes a la volonté de proposer une musique catchy aux rythmiques variées, à l'image d'accélérations foudroyantes régulièrement placées ('Dreamsland', 'Bound to Doom', le très heavy 'The Death You Need') où le batteur n'est pas loin du blast, sachant que la plupart du temps les tempos sont déjà élevés, quand ce ne sont pas les riffs qui sonnent musclés voire massifs ('Blossoms of Creation').

Le dénommé Andrew Spane, seul guitariste de la formation, réalise pour sa part un superbe travail, alignant soli, arpèges voire tapping qui s'apprécient sans broncher ('Bound to Doom' et autre furieux 'All the Fears', le break instrumental de 'Spiders' absolument splendide), périodiquement soutenu par des claviers. Il est même complètement mis en valeur le temps d'une courte piste instrumentale limite néo-classique (le morceau-titre) qui sans être incroyable en termes d'intensité et technicité, demeure un agréable intermède avant un dernier brûlot ('Children of War') vite expédié également.

Quant au chanteur Fabio Carmotti, je trouve sa prestation fort convaincante, le bonhomme met beaucoup de conviction dans ses lignes vocales, et si les notes haut perchées demeurent perfectibles (sorte de Jens Carlsson en plus étouffé et linéaire), il gère de belle façon les phases lyriques en faisant en sorte que les textes soient compréhensibles. Bon, son timbre ne paraît pas toujours tout à fait juste, il se prend quelque peu pour Hansi Kürsch durant 'How Come' et le résultat s'avère mitigé. Mais ses efforts sur l'ensemble du disque sont appréciables, il essaie en permanence d'insuffler un dynamisme à un contenu instrumental qui à la base n'en manquait déjà pas.

Amateurs de heavy/power incisif sans sonner trop bourru, No Man Eyes devrait vous apporter satisfaction. A défaut d'être hyper mémorable, le disque témoigne de la régularité musicale affichée par le groupe, dont le style bien défini est joué avec un degré certain d'efficacité.



http://www.nomaneyes.com/ - 78 visite(s)


Rédigé par : gardian666 | 14,5/20 | Nb de lectures : 5505




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker