NONEUCLID - Metatheosis (Blood) - 20/06/2014 @ 07h57
Ce qui est étonnant avec le Thrash, c’est qu’il a très vite évolué avec l’apparition du Techno-Thrash dès la fin des années 80, mais ensuite peu de monde a osé expérimenter encore plus sur les glorieuses bases. Les groupes de pur Thrash actuels misent tout sur l’efficacité, et le Techno-Thrash a été largement supplanté par son cousin Death, bon nombre de groupes actuels typiquement « Techno-Thrash » donnent soit dans l’old-school, ou virent prog’. Mais il y a bien un groupe qui a osé expérimenter sur des bases Thrash, ce sont les allemands de NONEUCLID. A tel point qu’il pourrait se targuer d’être un des seuls groupes contemporains de Thrash avant-gardiste, tout comme ASMODÉE est le seul groupe qui pourrait être qualifié de Techno-Black. Rien ne présageait que ce groupe formé en 2004 par trois membres de DARK FORTRESS et le futur bassiste d’OBSCURA allait sacrément innover avec The Crawling Chaos en 2008, qui avait reçu de chauds encouragements par Sheb. Un Metal avant-gardiste utilisant des éléments Thrash (chant et riffs) mais aussi Death, Black et Prog était au menu, et le plat proposé était intéressant. Six ans plus tard le groupe s’est un peu fait oublier, il faut dire que V.Santura avait beaucoup de chats à fouetter entre les albums de DARK FORTRESS et TRIPTYKON, ses activités de producteur (CHRISTIAN MUENZNER, HELLSAW, KUOLEMANLAAKSO, OBSCURA, PESTILENCE, THULCANDRA et encore beaucoup d’autres) et ses quelques guests comme l’album solo de HANNES GROSSMAN sorti plus tôt cette année, dont l’actuel bassiste de NONEUCLID Linus Klausenitzer a aussi participé.

Un second album qui a donc mis du temps à arriver, débarquant chez le label finlandais Blood Music surtout spécialisé dans les vinyls très limités et très chers (coucou aux forumistes de #LeSupportVinyl) mais qui sort aussi quelques CDs, et a également décidé de rendre certaines sorties digitales téléchargeables au prix de votre choix, pour lutter contre le piratage. Metatheosis le second opus de NONEUCLID en fait partie et ça sera une bonne occasion de donner votre chance à ce groupe original. J’avais zappé The Crawling Chaos en son temps, mais je dois dire que cet album n’a de toute façon pas su me convaincre. Metatheosis va donc se situer un cran au-dessus. NONEUCLID pratique donc une sorte de Metal tour à tour Thrash (quand il se montre incisif) et Death (quand il devient plus lourd), avec au milieu des passages « progressifs » qui empruntent clairement au Metal avant-gardiste, VED BUENS ENDE en tête mais avec d’autres influences au détour de certains morceaux. Comme d’habitude avec V.Santura, la prod est hénaurme (pour moi c’est actuellement un des meilleurs producteurs de Metal extrême) et porte les compos inventives, complexes ou plus directes, du groupe allemand. Une autre particularité de NONEUCLID ce sont les chants, partagés entre les vocaux sombres de Morean (chanteur de DARK FORTRESS) et le chant Thrash du dénommé Bruce. Sorte de James Hetfield croisé avec le Matt Drake des débuts d’EVILE, avec un peu moins de classe, son chant parfois sérieusement déglingué peut rebuter. Mais il y a pire et le bougre a tout de même progressé depuis The Crawling Chaos où on frôlait les exagérations des anciens chanteurs de MEKONG DELTA, et il nous livre également des parties claires tout à fait convaincantes. Le tableau est brossé, voyons maintenant ce que Metatheosis a dans le ventre.

Et c’est la grosse claque d’entrée avec ce monstrueux morceau qu’est "Paranoid Alkaloid", à l’intro majestueuse, avant que les riffs Thrash appuyés et le chant ne se pointent. Un morceau parfaitement mené qui réserve des accélérations Thrash purement jouissives, on n’attendait pas qu’un groupe « avant-gardiste » nous fasse tourner les cheveux avec une énergie digne du meilleur du Thrash Bay Area ! Les particularités « non-Thrash » de NONEUCLID sont également dévoilées avec un jeu de basse très particulier lorsque qu’il se fait entendre, ainsi que les interventions inattendues du chant death de Morean. "Cult of One" prolonge le plaisir et est l’autre pièce forte de Metatheosis : le riffing est à la fois plus barré et plus death, l’efficacité est toujours au rendez-vous, et le chant est très accrocheur, le ton pas forcément juste commence vraiment à avoir son charme. Si tout l’album aurait été dans la lignée de ces deux premiers morceaux il aurait pour moi été un véritable chef-d’œuvre. Mais en vérité la suite va se « corser » car NONEUCLID va se concentrer sur son aspect plus avant-gardiste, en abaissant les tempos. "Buried Forever" et "Across the Mist of Broken Glass" se traînent donc en longueur (ils allongent respectivement 7 et 6 minutes à la toise), essayant surtout de poser une ambiance noire sans grand panache, mais on lorgne avec classe du côté de VED BUENS ENDE et même de ARCTURUS période La Masquerade Infernale avec l’apparition de mélodies et du chant clair, le tout marié à des éléments Thrash et Death (qui nous offrent alors quelques riffs croustillants, c’est vraiment quand il envoie du bois que le groupe est en réussite). NONEUCLID poursuit dans cette lignée avant-gardiste pour les trois parties de "Into the Light", dont la première est résolument expérimentale (sur le triptyque guitares acoustiques - basse - batterie et percussions), tandis que la seconde et la troisième proposent des riffs bien lourds de premier choix mais ont du mal à décoller.

"The Black Plague of the Soul" lui sonne carrément comme du TRIPTYKON mais avec les particularités de NONEUCLID, ce qui est un peu facile mais ça fonctionne, toutefois je préfère toujours le NONEUCLID plus punchy qui se réveille avec le percutant "To the Zombievores", lorgnant même très légèrement du côté de MESHUGGAH. Metatheosis va ensuite se conclure par le fleuve "None So Lucid", 16 minutes où les allemands expérimentent pas mal tout en nous réservant quelques moments forts, un ensemble fascinant que je vais vous laisser découvrir par vous-mêmes. NONEUCLID est donc un groupe qui ose et qui a, avec ses deux albums, livré un mélange inédit et déroutant même si l’on ressent facilement les influences. Un mélange réussi mais à mon sens, qui est assez inégal, après la claque des deux premiers morceaux Metatheosis perd en intensité et souffre de longueurs, gagnant son pain en posant ses ambiances et en utilisant avec brio les influences avant-gardistes. L’ensemble demeure convaincant et ravira à coup sûr ceux qui avaient biché sur The Crawling Chaos, l’attente est donc récompensée. J’en attendais un peu plus après l’écoute de "Paranoid Alkaloid", qui n’est certes pas représentatif du reste, mais NONEUCLID m’a scotché avec ses énormes riffs Thrash qui auraient donc gagné à être plus présents. Toujours est-il que NONEUCLID est un groupe original qui a su innover sur une base Thrash/Death/DARK FORTRESS et sur d’illustres influences avant-gardistes, et que la performance de Metatheosis est à saluer et vaut l’investissement, laissé à votre bon cœur par Blood Music…




Rédigé par : ZeSnake | 14.75/20 | Nb de lectures : 11328




Auteur
Commentaire
The Quebekers
IP:107.171.184.119
Invité
Posté le: 22/06/2014 à 13h19 - (112643)
Pour moi une bouffé d'air frais ce disque tout comme l'est The Crawling chaos.

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker