NOISEAR - Turbulent Resurgence (Willowtip/Hammerheart/Season of Mist) - 30/01/2013 @ 08h05
Bienvenu dans notre émission matinale, ‘Les débats d’en bas’. Notre sujet, qui, j’en suis sur, vous interpellera, est : « la violence est-elle vraiment néfaste pour notre société ? »

Nous accueillons dans nos platines, pour mieux argumenter, la dernière déflagration sonore des allumés américains de NOISEAR.
Le groupe, formé en 1999, articulé autour du batteur-poulpe Brian Fajardo (le Kevin Foley américain, connu entre autre pour ses performances avec PHOBIA, GRIDLINK ou KILLTHE CLIENT), vient en effet de sortir son quatrième album, "Turbulent Resurgence".

Ce groupe, inconnu du grand public, œuvre dans une musique violente, extrême, jusqu’au-boutiste. Il pratique du Grind. Dans une version ultra rapide. Rien que le nom du groupe, jeu de mot bruitiste, reflète les penchants sadico-musicaux du groupe. Le nom de l’album, également.

NOISEAR représente une entité à part, pour laquelle la violence, musicale bien sur, est un mode d’expression. A la fois un moyen de parvenir à ses fins, et une fin en soi.
Est-ce blâmable, est-ce salvateur ?
Nul doute que les gaillards de NOISEAR, à l’instar de tous les grindeux, sont des gens équilibrés et intelligent – ni plus ni moins que la moyenne. Leur violence apparente n’est qu’une forme de défoulement, et vaut mieux, en ce sens, que toutes les violences physiques, bien évidemment.

Aux côtés de DISCORDANCE AXIS ou GRIDLINK, Noisear fait partie de ces groupes qui repoussent les limites de l’art de la violence musicale. Moins fou et moins viscéral que le PowerViolence, le grind de Noisear est explosif, et plutôt intéressant.
Même s’il leur manque le talent d’un BLOCKHEADS et l’expérience d’un NAPALM DEATH (l’inverse également), le quatuor américain se démarque de ses confrères par une gniak et une détermination à toute épreuve.
Ultra rapide, "Turbulent Resurgence" est un condensé évoluant entre le GrindCore de PHOBIA, et le Powerviolence de LYCANTHROPY. En plus compact.

Il va sans dire qu’une telle violence sonore permet de mieux relativiser son penchant pour l’extrémisme musical. Et aide à mieux appréhender les autres groupes, les autres types de Metal et de violence musicale. En aucun cas il ne s’agit ici d’un attribut néfaste, la violence étant reléguée au rang d’expression musicale ; cet attribut permettant ainsi de se défouler, et d’expier sans nuire à quiconque. Plus salvateur que nocif, donc.

NOISEAR ne se distingue pas par son originalité (quoique...), mais avant tout et surtout par ses riffs. Au contraire de ceux, nombreux, qui ont choisi de balancer des accords simples, punks et accrocheurs, NOISEAR a opté pour une approche plus dissonante, voir barrée.
Les mélodies sont présentes, et les accords, bien plus techniques que ceux que l’on trouve habituellement dans le grind, permettent au groupe de se forger une identité particulière. Ce type de grind ne plaira pas à tous, mais il a au moins le mérite de proposer une autre approche de l’extrémisme musical. Technique, et impulsif à la fois.
Ca blast à tout va, ça joue vite et bien, ça déboule à toute vitesse, et les 23 titres défilent en moins de 18 minutes. Du INSECT WARFARE dans le style, en moins roots, en moins authentique, mais dont l’extrême rapidité apporte sa dose d’exutoire.

Comment pourrait vivre une société, sans violence, musicale de surcroit ? Où puiserait-elle son énergie fédératrice et revendicatif, comment pourrait-elle purger toute sa rancœur, comment pourrait-elle ne pas sombrer sans une soupape de sécurité ?
A l’instar de NOISEAR, bon nombre de personnes ont besoin d’une forme d’exutoire pour expulser leurs nombreux écœurements, rancœurs, griefs, haine ou colère.

"Turbulent Resurgence", poursuivant le travail entamé avec ses 3 prédécesseurs, s’avère être une excellente soupape. Plus court, plus concis que "Subvert the Dominant Paradigm", "Turbulent Resurgence" préserve l’impact initial de l’ultra violence proposée par le groupe. Et le résultat est décapant.
Certes, 20 titres pour un gros quart d’heure de musique, cela peut flirter avec le foutage de gueule. Oui, mais non. Car le style de NOISEAR est relativement intense, suffocant et éprouvant, et 1/2h de Noisear provoquerait à coup sur l’indigestion... Cette durée est résolument adaptée à la déflagration.

NOISEAR s’avère donc être une violence bénéfique, car aide à se défouler sans nuire à autrui. Voir même une violence musicale nécessaire, pour éviter aux êtres d’exploser.
En outre, non seulement la violence musicale des américains n’est pas néfaste pour notre société, mais elle pourrait en plus s’avérer être apte à lutter justement contre la violence...

Car outre l’état d’esprit sain et convivial véhiculé par la plupart des groupes de Grind dans le monde, comment ne pas voir dans les concerts une façon d’épuiser intelligemment le corps et l’esprit ? Comment ne pas voir dans cette fatigue physique bénéfique une façon de calmer les ardeurs des plus turbulents d’entre nous ? Qui pourrait encore trouver de l’énergie pour se battre, après avoir passé plusieurs heures dans un pit de grindeux ?
Le grind, musique d’esthète, et d’athlète, est en tout état de cause une violence musical expiatrice saine, tant pour le corps que pour l’esprit.

Alors, finalement, après écoute du captivant "Turbulent Resurgence", la question initiale de notre débat mérite une reformulation : Le Grind, futur remède contre la violence dans notre société ?

https://www.facebook.com/Noisear - 164 visite(s)

Album en ECOUTE INTEGRALE - 112 téléchargements


Rédigé par : ..::Ju::.. | 15/20 | Nb de lectures : 11464




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker