NILE - At The Gate Of Sethu (Nuclear Blast) - 14/09/2012 @ 08h28
Une atmosphère âpre et agressive. Des parfums évoquant l’Orient et le sable chaud. Une torpeur léthargique qui fige l’être. Une sensation d’étouffement caniculaire. Des sonorités égyptiennes envoutantes. Une déflagration soudaine et captivante.
Une onde de plaisir s’introduit en notre for intérieur.
Peu de groupes ont su créer avec tant d’âme un univers musical dépositaire d’une identité forte. Et encore moins dans le monde du Death Metal, style préférant le grouillement des vers en action lors de la phase de putréfaction, à celui du chuintement des bandelettes de lin qu’on enroule autour de la future momie.

Derrière nos apparences de Vikings déguisés en punk, derrière nos carapaces de gros durs se repaissant de bière et de Death velu, nous sommes tous des puceaux inhibés, à la recherche du shoot originel. Nous ne vivons que pour pouvoir revivre cet instant unique, cette explosion de sensations, cette chaleur intérieure, ces palpitations incontrôlables et extasiante.

Ma première fois fut une expérience unique et éprouvante, mais salvatrice. Accro au Brutal du NILE dès ma première injection. Impatient de disséquer chacune des autres sorties, pour tenter d’y retrouver le blast primitif qui m’a tant fait frétiller.
Et puis... la routine. Après la découverte et les frissons, on apprend à se connaître, et se reconnaître dans l’intimité.
De plus en plus familier avec "mon" NILE, j’ai appris à le suivre, sans trop le juger. Constatant la baisse de forme tout en m’abreuvant de son Death Metal fort plaisant.

Puis vint "Those Whom The Gods Detest". En forme de retour en grâce, il m’a littéralement subjugué par son pouvoir addictif. Tributaire de l’identité du groupe, replaçant la brutalité au centre du propos, tout en nuançant l’intensité. On retrouve alors les sensations originelles, l’alchimie du début, le talent sans équivalent de notre NILE d’antan.

"At The Gate Of Sethu" arrive alors que les vapeurs envoutantes de "Those Whom The Gods Detest" planent encore sur nos encéphales. La transition s’opère en violence, l’emprise du Brutal du NILE ne laisse pas de temps à nos neurotransmetteurs de se défaire de l’oppression musicale.
Indulgent car fan, j’ai avec le temps développé une forme de conditionnement interne à l’égard de NILE, dans lequel je suis naturellement à la fois passionné et acerbe à l’encontre de la moindre source potentielle de critique.
Sentiments exaltés et passionné, d’un fan qui l’est tout autant.

"At The Gate Of Sethu" démarre vite et fort, sans vraiment prendre le temps d’instaurer l’habituelle ambiance inhérente au groupe, mais sans non plus œuvrer dans les léthargiques introductions.
Premier titre rapide et racé, représentatif de ce qu’est l’album : après l’aventureux et le côté ambiancé, NILE a de l’énergie à revendre, et a décidé de se recentrer sur sa hargne primaire et authentique.
Et passé la fugace surprise, mes souvenirs de jeune pucelle émoustillée se faisant culbuter par l’intense "Amongst the Catacombs of Nephren-Ka" me reviennent d’un coup en mémoire. "At The Gate Of Sethu" n’en possède ni l’insouciance, ni l’atmosphère, mais renoue, après un cheminement passionné dans les brumes égyptiennes envoutante, avec le côté frontal des soldats de Pharaon décimant les populations rebelles.

Tour à tour plongé dans la violence de la bataille de Qadesh en -1274, enveloppé dans l’obscurantisme des croyances anciennes, et happé par le voyage post-mortem des âmes vers le "Royaume des morts", l’auditeur ne peut s’extirper de ce magma sonore captivant.
Son aisance musicale n’a d’égale que sa simplicité.
Sans atteindre la magnificence et le majestueux de "In Their Darkened Shrines" ou "Annihilation Of The Wicked", "At The Gate Of Sethu" regorge de titres courts et incroyablement percutants. A l’image de ‘Tribunal Of The Dead’, ‘The Inevitable Degradation Of Flesh’,ou ‘Supreme Humanism Of Megalomania’, le son caractéristique de NILE est identifiable, et l’indéniable qualité nous rassure rapidement.
Moins audacieux qu’à l’accoutumée, les riffs portent l’héritage glorieux du groupe, jouant à tour de rôle sur la rapidité et les mélodies typiques du groupe.

Paradoxalement, NILE a su condenser son art, mettant en œuvre une brutalité racée tout en préservant son identité. La violence omniprésente évoque le fracas des joutes épiques de l'Égypte ancienne, l’intensité communicative des titres subjugue l’auditeur.
Un temps d’adaptation est peut-être nécessaire, pour qui espérait voyager, au travers de ce 7ème opus, dans cette époque de règnes des Pharaons. Car aux atmosphères pesantes et orientales succède une férocité et une intensité addictives.

Certes, vous ne trouverez pas de titres aventureux à la ‘User-Maat-Be’, ‘Unas Slayer of The Gods’ ou ‘Annihilation of the Gates’, ni de titres longs et incroyablement travaillés.
Mais NILE compense cette pénurie en canalisant son énergie, et en se focalisant sur une extrême efficacité. Exception faite du mid-tempo ‘The Chaining Of The Iniquitous’, tout n’est que brutalité intelligente et variée, telle que le groupe sait si bien le faire dans ses attributs les plus vindicatifs. Omettant juste de jouer sur les passages lourds et pesants.

Outre l’avarice d’ambiances et de bouleversements dans les rythmes, "At The Gate Of Sethu" met également à l’honneur une évolution dans le chant de Karl : moins rauque, moins grave, ses hurlements sont légèrement moins Death, rompant légèrement avec ce à quoi NILE nous avait habitués.
Cela satisfera certains auditeurs, pas moi.
Constat heureusement relativisé par l’apparition appuyée des excellents growls profonds de Dallas, qui renforce l’opacité de certains titres, rappelant un lien fugace avec "Black Seeds Of Vengeance".

"At The Gate Of Sethu" est un excellent album, qui, certes, ne possède pas le charme de son prédécesseur, ni la qualité des 3 premiers opus. Mais un excellent album tout de même, replaçant la violence implacable et les riffs simples et efficace au centre de l’expression artistique.

Un futur classique ? Peut-être, sans doute même, car sa qualité est indéniable.
Fan sans être totalement conquis, néanmoins, car je n’y retrouve pas les frissons et l’onde de plaisir de l’âge d’or du groupe.
A savourer néanmoins sans retenue.


Rédigé par : ..::Ju::.. | 15/20 | Nb de lectures : 16783




Auteur
Commentaire
Jotun35
Membre enregistré
Posté le: 14/09/2012 à 09h51 - (103708)
"Certes, vous ne trouverez pas de titres aventureux à la ‘User-Maat-Be’, ‘Unas Slayer of The Gods’ ou ‘Annihilation of the Gates’, ni de titres longs et incroyablement travaillés."

C'est pas plutôt "User-Maat-Re" et "Annihilation of the Wicked" ?

TyrannyForYou
Membre enregistré
Posté le: 14/09/2012 à 12h23 - (103713)
Pas un mot sur la production ??
Je dois être le seul à la trouver faiblarde.



GabinEastwood
Membre enregistré
Posté le: 14/09/2012 à 13h50 - (103715)
Un bon album mais si on a l'impression d'avoir un groupe en pilotage automatique depuis le précédent album.

Les riffs et les idées sont du repompés des précédents albums, évolution limitée et répétitive, dommage !



titi3
Membre enregistré
Posté le: 14/09/2012 à 16h15 - (103723)
Il m'a fallu du temps pour y entré mais finalement je l'apprécie ce nouveau Nile :)

PS: bravo pour la Kro qui est très bien écrite !



Darkmorue
IP:78.115.237.104
Invité
Posté le: 14/09/2012 à 16h38 - (103724)
Wop, inversion dans les chants de Dallas et Karl, c'est bien Karl Sanders qui a une voix profonde méga gutturale et Dallas qui gueule là :p

Sinon je suis définitivement le seul au monde à préferer cet album à Those Whom The Gods Detest... gnnné...

Ennemie
Membre enregistré
Posté le: 14/09/2012 à 17h33 - (103725)
Mouarf...
Cet opus me laisse un peu sur ma faim...Et cet horrible "grognement" inutile dans la piste traitant du cannibalisme est juste ridicule.




Godefroid
IP:90.28.42.196
Invité
Posté le: 14/09/2012 à 17h36 - (103726)
Tout a fait darkmorue et c'est le cas depuis In Their Darkened Shrines (sur Black seeds le batteur et bassiste ont aussi pris le micro) que Karl nous fait sa voix inaudible limite grind et Dallas ds un registre death (assure Ju t'étais beurré lors de l'ecriture de la chro?)

D'ailleurs la voix plus "theatrale" de dallas sur cet opus ainsi que la prod m'a un peu rebuté au debut, mais pour le reste nile est comme a son habitude: magistral.


Jotun35
Membre enregistré
Posté le: 14/09/2012 à 18h15 - (103727)
Bon perso j'ai pas du tout aimé la prod... Pourquoi après avoir ENFIN trouvé une prod parfaite pour leur style avec TWtGD (la batterie de Nile n'a jamais aussi bien sonné que sur cet album) ils nous balancent une prod bidon ici avec un chant surmixé, un trig de grosse caisse qui sonne un peu trop plastique à mon goût (bon c'est mieux que sur Ithyphallic mais à peine) ou des soli surmixés (du coup on entend plus la guitare rythmique lorsque Dallas ou Karl tappent un solo... d'ailleurs je trouve pas les soli terrible sur cet album) ? Pour faire plus "old-school" et "underground" ? Ben c'est raté. Je ne parle même pas du son de guitare un peu castré (cette sale impression qu'on à éliminer les fréquences basses).

Par contre j'aime beaucoup la nouvelle approche du chant de Dallas.
Les compos sont majoritairement bonnes mais un peu inégales, allant du très très bon (The Fiends Who Come to Steal the Magick of the Deceased, The Gods Who Light Up the Sky at the Gate of Sethu , Supreme Humanism of Megalomania) au banal (Natural Liberation of Fear Through the Ritual Deception of Death, The Inevitable Degradation of Flesh).
En bref : TWtGD fait partie de mes 3 Nile préféré (avec Black Seeds et ITDS) mais cette dernière livraison se situerais juste au dessus de Ityphallic (celui que j'aime le moins... notamment à cause de son morceau d'ouverture chiantissime).



ennemi
Membre enregistré
Posté le: 14/09/2012 à 20h55 - (103728)
nile fait un bon album un coup sur deux
là c'est la bonne pour moi

maxflat
Membre enregistré
Posté le: 14/09/2012 à 21h06 - (103729)
Belle kro (il était temps ...)
Pas du tout ma came cette album
prod creuse, chant tout bizarre, rien de mémorisable et très bourrin, mais sans coller au mur
Acheté écouté et mis de coté.
J'y reviendrai, mais j'ai déjà réessayé et je préfère avant (sauf Itiphalic qui me fait chier ... et que j'arrive pas à ecrire correct du premier coup)

ZeSnake
Membre enregistré
Posté le: 14/09/2012 à 23h23 - (103732)
perso, je trouve la prod très bien, c'est même pour moi une des meilleurs qu'ils ont eues avec AOTW. les grattes ont enfin assez de puissance. après c'est toujours aussi sec mais c'est leur particularité en même temps.
quant à l'album, je lui préfère le précédent d'un petit poil de cul coupé en deux. de bons morceaux comme d'habitude, mais il est peut-être globalement moins mémorable. j'ai peur qu'au prochain disque ça commence sérieusement à tourner en rond. l'autre accroc c'est le chant un peu WTF de Dallas, alors que sur les albums précédents je le trouvais excellent. bref, un bon album de Nile dans l'ensemble, tout simplement.

V.R.S.
Membre enregistré
Posté le: 15/09/2012 à 10h07 - (103734)
Une grande grande préférence pour le précédent !

Laurent
IP:86.72.155.148
Invité
Posté le: 15/09/2012 à 11h34 - (103739)
Perso je le préféré de loin à TWTGD et je suis content de voir au final que je ne suis pas le seul !

Pour info les voix "theatrales" ne sont pas celle de Dallas ... Ce son des guests de John vesano Jason Hagan et Mike Breazeale ; )

Pour la prod c'est un choix du groupe, ils ne roulent pas sur l'or et c'est par manque de thunes qu'ils ne sont pas retourné au Mana studio de Rutan. Mais moi perso elle me va tres bien gros son de guitare !

Dungorpat
Membre enregistré
Posté le: 15/09/2012 à 11h45 - (103740)
J'ai tjs du mal avec celui là, je n'arrive pas à m'y faire.
Chant de Dallas vraiment zarb, de Sanders plus assez d'outre-tombe, justement, ce qui concourrait à donner une ambiance vraiment spéciale, des morceaux trop concis et trop peu ambiancés, une prod pas à mon goût...

Il faut voir avec le temps mais pour l'instant je suis bien déçu. Apparemment Kernon a voulu retranscrire le son et l'énergie live de NILE, pour moi c'est loupé. Un album comme "Black Seeds" est hardu à écouter, mais c'est ce son si particulier et tous ces intrulments qui donnent l'impression d'assister à une messe rituelle au beau milieu d'une pyramide

Dans un autre registre, "Annihilation..." était bien plus aéré et lent, mais les ambiances propres de NILE étaient toujours là.

J'avais eu un peu de mal avec "Those Whom The Gods..." mais il passe très bien maintenant, laissons donc le temps au temps, les pyramides ne se sont pas faites en un jour ;o)

schrissse
IP:78.114.10.191
Invité
Posté le: 15/09/2012 à 15h46 - (103744)
Moins bon que le précédent avec des passages vocales vraiment pas top mais il mérite largement cette note.

V.R.S.
Membre enregistré
Posté le: 15/09/2012 à 17h45 - (103746)
ah, ils ne l'ont pas enregistré au Mana? ça été fait chez qui?

Regression
IP:85.171.177.47
Invité
Posté le: 16/09/2012 à 12h03 - (103755)
Pour la prod j'ai lu dans une interview qu'ils cherchaient à avoir un son plus brute, d'avoir le même ressentis au niveau du son que pendant leurs séances de répetition. Certe ça sonne moins buldoooozeeeerr american dm, mais j'aprecie beaucoup même si très déroutant si l'on écoute TWTGD avant.

Suite aux retours qu'ils ont eu des precedents albums où certaines personnes trouvaient les titres trop long, Ils ont composés des titres beaucoup plus courts et directs. Sur ce point de vue je suis partagé...

Super Album, du grand death metal, peu nombreux sont les groupes de cette qualité. Oui Nile fait du Nile, tu t'attendais à quoi?

Nekromantik
Membre enregistré
Posté le: 16/09/2012 à 12h46 - (103756)
Il me le faut!!!

Pas d'édition speciale uber kitch cette fois ??



Jotun35
Membre enregistré
Posté le: 16/09/2012 à 12h49 - (103757)
Nan, l'édition collector n'est pas top (genre un dessus de lit Nile ou une connerie du genre). Par contre je trouve le double vinyl gatefold vraiment joli (merci Seth) !

Ju
IP:88.160.211.236
Invité
Posté le: 17/09/2012 à 00h31 - (103764)
Oups, désolé les copains pour les deux coquilles...
Et merci pour vos retours enjoués

Ouep la prod m'a déçu aussi, surtout par rapport au précédent en fait. Elle est pas mal du tout en soit, mais un peu ... impersonnelle ...
J'aime bien cet album, il tabasse, reste dans un style brut et rapide. Mais je ne pense pas qu'il aura la même durée de vie exceptionnelle que "Darkned Shrines" ou "Black Seeds". Qu'importe, c'est toujours un chouette album, et mieux qu'un Itypallic...

Dittohead
IP:90.32.39.215
Invité
Posté le: 19/09/2012 à 08h59 - (103818)
Bon album, mais la production est effectivement moisie. Et moi aussi j'ai du mal avec le chant.

Moulinexxx
Membre enregistré
Posté le: 24/09/2012 à 15h23 - (103901)
Bien bon album, d'une brutalité euphorisante.
Groupe unique, et Dallas est vraiment un excellent "chanteur".



Néant
IP:86.204.19.130
Invité
Posté le: 24/09/2012 à 15h30 - (103902)
Un temps d'adaptation s'impose, mais l'album est de bonne facture

Moulinexxx
Membre enregistré
Posté le: 24/09/2012 à 15h45 - (103903)
Oui, je l'ai aussi trouvé moins accessible que le précédent.

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker