NIGHT RANGER - High Road (Frontiers) - 09/02/2015 @ 07h43
Si certains considèrent que Frontiers Records est devenu ces dernières années une maison de retraite pour les vieilles gloires du hard rock, force est de constater qu’une grande majorité des artistes des 70’s et des 80’s signés par l’écurie italienne affiche encore une forme insolente et s’avère toujours capable de livrer à la face du monde des albums remarquables. En guise d’exemples, on pourra citer, pêle-mêle, les récents travaux de Winger, Mr. Big, California Breed ou Sebastian Bach. Mais il n’est pas rare non plus de tomber sur de vraies déceptions.

La dernière galette des californiens de Night Ranger, High Road, n’est à rattacher à aucune des deux catégories précitées : sans être inoubliable, le onzième opus studio de la formation s’avère quand même être une bonne pioche pour les fans. Il s’inscrit en tout cas dans la lignée du précédent Somewhere In California (2011). Toujours articulé autour des trois membres fondateurs et principaux compositeurs que sont Jack Blades (basse, voix), Kelly Keagy (batterie, voix) et Brad Gillis (guitares), le line-up du groupe est complété par les talentueux Eric Levy (claviers) et Joel Hoekstra (guitares). Notons, par ailleurs, que ce dernier a récemment changé de crèmerie en rejoignant les rangs de Whitesnake afin de succéder à Doug Aldrich.

On ne peut le nier, ce High Road, à la pochette très américaine, contient son lot de réussites. Les titres de big rock US rappelant tour à tour Kiss (« Rollin’ On »), Bon Jovi (« High Road ») ou Winger (« X Generation ») remportent aisément la timbale. Au rayon des ballades, les fans ne seront également pas déçus puisque « Don’t Live Here Anymore » et « Only For You Only », toutes en émotions, ne font pas figure si on les compare à certains classiques du groupe. Difficile, en revanche, d’être aussi bienveillant avec les titres plus dispensables que sont « Knock Knock Never Stop », « St. Bartholomew » ou « Brothers ». Ceux-ci traduisent un réel déficit d’inspiration et nuisent in fine à la qualité d’ensemble de l’album. Dommage.

Sans retrouver l’inspiration qui était la sienne lors de ses premières années, Night Ranger démontre une nouvelle fois qu’il est encore possible de réaliser un disque cohérent après trente ans de carrière. Ce qui, en soi, est déjà une belle prouesse.



http://nightranger.com - 127 visite(s)


Rédigé par : up the irons | 13.5/20 | Nb de lectures : 8582




Auteur
Commentaire
maxxx
IP:142.4.215.154
Invité
Posté le: 10/02/2015 à 23h25 - (115673)
Ce truc est vraiment ultra merdique. On dirait de la varietoche pour ados. RI-DI-CU-LE
7.5/20

bill
IP:95.215.62.89
Invité
Posté le: 13/02/2015 à 20h16 - (115729)
bonjour la comparaison foireuse avec Bon Jovi. Pas sympa pour Bon Jovi.

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker