NIGHTS LIKE THESE - Sunlight At Secondhand (Victory Records) - 18/02/2008 @ 09h04
Première confrontation pour ma part avec Nights Like These. Si, à l'inverse de moi, vous les aviez connus avec leur précédent méfait "The Faithless", oubliez ce que vous aviez entendu. Le quintet signé chez Victory s'est repenti du grindcore bordélique, car "Sunlight at secondhand" fait plus dans le pillonage lourd et étouffé. Revirement intéressant, et judicieux, grâce à un cocktail d'influences, qui, s'il n'est pas d'une originalité révolutionnaire (Converge, Mastodon, His Hero Is Gone, Cult Of Luna, Deftones) a le mérite de redonner un peu de fraîcheur au genre.

Les guitares sont pas là pour tailler le bout de gras, on le comprend vite d'entrée de disque. Le jeu c'est de balancer une rythmique évoquant le galop du mammouth, et c'est réussi. Y'en a qui ont passé leur bac stoner métallique option bûcheron dans le tas... Avec ces grattes accordées sous le seuil de pauvreté, crades et bien massives, j'ai Lair Of The Minautor qui me vient parfois à l'esprit. Notamment sur l'intro destructrice de "Samsara", boudiou que ça bûche sec! Aussi brutal et écrasant que si tu testais la position de l'armoire Normande avec Valérie Damidot (D&CO sur M6 voyons!)... LE titre de la galette, rythmique enlevée, refrain plus mélodique (au niveau des grattes uniquement) qui reste en tête.

Car là où Nights Like These se distingue de la concurrence, c'est en sachant allier des mélodies dissonantes/planantes (voire psyché) par dessus ces riffs qui suintent le mauvais bourbon, la chemise à carreaux et la sodomie de cerfs chevrotants, comme aiment en placer les Deftones ou Cult Of Luna. Le titre final, "King", est un très bon exemple de l'influence de ces derniers, avec ces arpèges sur fond de riffs de routiers hétéros, donnant une autre dimension à la chanson. Emos bûcherons alors? L'ombre de Neurosis période "Times of Grace" plane sur cette galette, comme cette intro de "Claw your way out" me rappelant celle de "The Doorway". Celle de Converge également, sur des titres comme le saccadé "Veteran Thieves"... Mais toutes ces influences ont été avalées, digérées, chiées, et le résultat sonne assez personnel, même si ces ingrédients engendrent un climat proche de la noirceur crusty d'His Hero Is Gone, voire une relecture plus moderne de ces derniers. Un instrumental à mi-parcours, "Collective Unconscious", est idéalement placé pour nous laisser respirer entre ces ruades tantôt sauvages (encore l'énormissime titre de clôture), tantôt très pesantes (le final de "Bay of Pigs").

En tous cas, j'en connais un qui a dû bien morfler à l'école primaire, genre racket de BN à la fraise (les meilleurs, ça se fait pas!) et chewing-gum dans les cheveux. Faut avouer que porter un patronyme à la con (Billy Bottom) n'aide pas dans les microcosmes impitoyables que sont les cours d'écoles... Pourtant, à l'écoute des prestations du vocaliste, j'irais pas le railler en le pointant du doigt au milieu de la rue. S'il y en a un qui n'a pas laissé sa paire de couilles sur sa table de chevet le matin de l'enregistrement, c'est bien notre Billy Bottom. Sa bonne grosse voix beuglée bien grasse sait me flatter le tympan et viendra récurer vos conduits auditifs avec ardeur, grâce à un timbre dans la veine des hurleurs à barbes de Mastodon. Histoire de justifier une seconde fois la présence des Deftones dans les influs, le Bottom s'offre une incarcade en chant clair à la Chino Moreno sur "Black The Sun". Bon, c'est vacillant et foireux, mais y'a de l'intention et j'y trouve du charme (à la voix, pas au Bottom, merde!), donc j'acquièsce.

Ma première bonne petite découverte donc, qui, si elle n'est pas ultime, a eu le mérite de me faire passer de bons moments. Après un bon début d'album, la machine s'essoufle tout de même quelque peu, avec des titres moins marquants et des plans plus faiblards, avant de reprendre sa course. Carré, costaud, bien produit (par l'ex-gratteux de Scarlet, qui se charge également des productions de The Black Dahlia Murder), avec de bonnes idées et une personnalité en cours d'affinage, "Sunlight At Secondhand" mérite fortement qu'on s'attarde un minimum sur lui.

http://www.nightslikethese.net/ - 528 visite(s)

Myspace - 294 téléchargements


Rédigé par : Crown_me | 14/20 | Nb de lectures : 10339




Auteur
Commentaire
jonben
Membre enregistré
Posté le: 18/02/2008 à 14h51 - (52853)
Pas l'album de l'année, mais un bon petit album que je prend plaisir à remettre assez souvent, les influences sont digérées, c'est bourru mais varié, tout en étant bien encadré dans une production solide, ça me va. Is it rolling?



Zepekegno
Membre enregistré
Posté le: 19/02/2008 à 19h49 - (52895)
Album sympa, très réussi sans casser trois pattes à un poulpe mais qui évite l'écueil sur lequel se brisent trop de groupes récents, à savoir les bons sentiments (qui ne font que de la mauvaise musique comme dirait l'autre) et la mièvrerie...



Le Slave Barbu
Membre enregistré
Posté le: 20/02/2008 à 23h36 - (52959)
Ca bute ! et quelle jolie pochette

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker