NEROARGENTO - Underworld (Coroner) - 16/04/2013 @ 08h07
Il y a de cela un an et demi sortait le premier, et prometteur, album de NEROARGENTO. Sous ce nom de « groupe » se cache Alessio NeroArgento, jeune italien multi-instrumentiste qui a su nous envoyer du lourd dans un genre axé metal/rock combiné à des sonorités electro. Le résultat, « Three Hours Of Sun », fut une réelle surprise et j’attendais de pied ferme son second CD. Le sieur NeroArgento allait-il nous pondre un second album aussi catchy que son premier effort ou allait-il nous décevoir ? La réponse est gravée sur « Underworld ».

Et qu'elle fut décevante... Au vu des diverses photos publiées sur sa page Facebook, on sentait que le bougre fricotait pas mal avec la scène dance/electro, mais de là à penser que cela jouerai sur la composition de ce second opus, il n’y avait qu’un pas que je ne n'ai pas osé franchir… Et pourtant.

Pourtant, « Underworld » débute plutôt bien. Sa combinaison de riffs metal/rock avec ses sonorités electro est toujours en place, avec des arrangements au poil et un style qui se pose là. Mais un premier constat nous saute aux oreilles : Pourquoi donc les guitares sont-elles autant en retrait par rapport au sons electro?! Ce genre de détails a de quoi faire tiquer, mais surtout, faire un peu peur pour la suite quand même. Malheureusement, ce qui suit ne fait que conforter nos craintes. NEROARGENTO a décidé de passer du côté obscur de la musique, de céder au sirènes d'Ibiza et de nous pondre des morceaux de rock/dance music en mousse. Les maigres guitares derrière (histoire de rester dans le créneau du metal/rock) ne dégagent rien, ci ce n'est un semblant disto bien tapi derrière les beats limite has-been. L’excitation n’est plus de mise, on est franchement plus emballé par ce qui passe dans nos conduits auditifs, et on se dit que le gars craint un peu en jouant sur ce terrain là.

Au fil de l'album, les titres finissent par tous se ressembler et n’ayons pas peur des mots : on se fait un peu chier. Heureusement, quelques morceaux réussissent à un peu sortir du lot, tel « We Must Decide », avec sa rythmique punchy et ses quelques passages catchy, mais hélas la sauce ne prend plus. Alors on termine péniblement cet "Underworld" avec un goût de reviens-y pas, et une sensation amère. La sensation que ce mec au potentiel énorme s’est littéralement enfoncé la tête dans le caca en nous pondant un second album complètement fadasse et bourré de clichés actuels.

NEROARGENTO aurait-il succombé aux sirènes du succès ? Peut-être… (oui!) Peut-être pas. Evolution artistique de sa part ? On n’en sait rien. Tout ce qu’on sait c’est qu’« Underworld » est un album sans goût. Un album qui fait pâle figure quand on le compare à son prédécesseur qui, lui, valait vraiment le détour en matière de metal/rock catchy et moderne.

http://www.yurisneroargento.com/ - 152 visite(s)

Clip d'Out Of Control - 70 téléchargements


Rédigé par : Velvet Kevorkian | 09/20 | Nb de lectures : 10939




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker