NEIGE MORTE - Bicephaale (ConSouling Sounds) - 21/08/2014 @ 08h39
Neige Morte est un combo français étonnant. Bicephaale est son second album. Étonnant parce qu’il prétend faire du black metal, comme son patronyme pouvait bien le laisser penser. Oui, certes. Mais un black metal qui ne peut en rien se rattacher à la scène française tant il est torturé, expérimental, lourd… sludge. Oui, sludge. Sombre, crasseux, boueux, goudronneux. Du black trempé non dans l’eau bénite, non dans le sperme d’ange mais dans la mélasse la plus noire qui soit. Un peu dans le grind aussi. Ouais, ouais…

Dès l’ouverture ("500 jours de haine"), on plonge dans une musique ultra brutale, sombre, avec une voix possédée entre black haineux et sludge de malade (rien d’étonnant, le chanteur, Xavier Théret, est un ancien de chez Overmars), avec en arrière-plan une section rythmique über lourde, qui avance cependant à la vitesse du son. Un truc improbable… qui tient très bien la route. Les (quelques) ralentissements n’offrent aucune respiration ; ils attirent vers le fond, ils plombent tes chaussures, ils remplissent de goudron tes poumons ; ils t’asphyxient. La rythmique, justement, n’a de black que le nom ; elle sert plutôt de prétexte à délivrer un sludge graisseux au possible avec parfois, en tapis sonore, des tambours ritualistes du plus bel effet et une voix venant du fond d’une caverne, qui annonce que le pire est à venir. Toute la structure de ce titre tranche avec la scène black en général. Plus proche du sludge, du hardcore, elle n’emprunte au black que sa noirceur extrême pour un rendu très efficace et, disons-le, franchement enthousiasmant.

Puis, dès le second titre ("Death shall have no dominion"), d'autres frontières de noirceur semblent atteintes. Voix grondantes et incantatoires en intro (genre Archgoat), frappes martiales quasi tribales, puis grattes rampantes toujours aussi lourdes qui progressent lentement. Dès 1’44, c’est l’emballement. Le morceau se déstructure peu à peu, la rythmique ne suit plus les grattes, le décalage se fait et la tension hardcore – inhérente aux propos du groupe – reprend le dessus mais toujours sur fond de noirceur abyssale. Le mélange est assez incroyable mais franchement réussi. D’autant que les changements de tempi participent aussi de cette perte de repères, qui ne sont guère gênants cependant tellement la construction des morceaux est solide et claire. Les enchaînements sont quasi naturels.

Encore une fois, le black sert ici d’assise globale aux morceaux dont l’ingrédient essentiel reste cependant la lourdeur propre au sludge. Mais d’autres influences percent : sur le troisième titre, c’est le punk/crust qui s’invite à la fête ("Eater of worlds") avec une pointe de Noise que l’on retrouvera sur les derniers morceaux. La voix de Théret n’est plus hantée ; elle est possédée, déchirée et sa folie est mise en exergue par les soli (mais peut-on appeler ça des soli… ?) déjantés qui parsèment le titre en différents ponts. Ce ne sont plus les abysses qui illustrent ce morceau : c’est le chaos, la dissonance, la folie pure.

Si "Plenitude…" apporte un apaisement relatif mais toutefois inquiétant (voix lointaine, grattes claires, drone discret tournoyant), c’est pour mieux préparer l’assaut final. Les rivages de la Noise seront finalement atteints. De "…& Vacuité du combat" à "Eater of soul", le combo achève l’auditeur à grands renforts de gros riffs lourds comme le plomb, de voix d’outre-tombe littéralement dégueulées à la face et de batterie quasi tribale qui roule comme un grondement de tonnerre continu. L’impression d’être siphonné par un immense vortex puis d’être recraché contre un mur est impressionnante. Les aspects noise ne sont pas étrangers à cette sensation, la lourdeur pachydermique de la section rythmique non plus d’ailleurs (aux alentours des 4’ par exemple).

Au final, un très beau produit, très atypique, doté au demeurant d’un bel artwork. Pour les amateurs de black « différent », qui ne rechignent ni devant l’expérimentation, ni devant le mixage des cultures.

http://www.neigemorte.com/ - 175 visite(s)

Bandcamp - 241 téléchargements


Rédigé par : Raziel | 15/20 | Nb de lectures : 16385




Auteur
Commentaire
DIMECHAG
Membre enregistré
Posté le: 21/08/2014 à 09h38 - (113274)
Franchement original! Ca pousse.

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker