NECHOCHWEN - Heart of Akamon (Nordvis) - Selection VS du 09/11/2015 @ 07h35
Peu de disques arrivent encore à prendre aux tripes, chopant sans ménagement les viscères fumantes de l'auditeur pour les étaler devant une paire de quinquets ébahis. "Heart of Akamon" est de ceux là, offrant un moment rare de bonheur et de plénitude à son écoute : trois quarts d'heure où l'esprit s'évade quelque part dans la région des Grands Lacs, entre forêts verdoyantes, fleuves sans fin et vastes plaines. Un moment privilégié qui est l'oeuvre d'un homme, Aaron Carey, dont l'attrait pour l'histoire et la culture des Cherokee, Natchez et autres tribus historiques d'indiens d'Amérique est bien plus qu'un simple alibi visant à le démarquer des pandas tristes et dépressifs qui peuplent les bas fonds de l'USBM.

C'est pour lui un mode de vie.
Un mode de vie et une histoire qu'il partage avec ses contemporains, comme en témoignent la présence de ses quatre albums aux côtés d'objets plus traditionnels dans les allées du musée des Amérindiens de Brooke County. Oui, Aaron Carey est un passionné et à n'en point douter "Heart of Akamon" le plus beau des hommages qu'il a réalisé avec NECHOCHWEN. Un témoignage émouvant aux relents de sang, de larmes et de poudre, symbole des luttes menées par ces tribus pour protéger les leurs et conserver leur territoire. L'une d'entre elles est d'ailleurs magnifiquement mise en images par la peinture d'Edwin Willard Deming qui illustre avec panache la couverture de cet album. Un champs de bataille fratricide dont on imagine sans peine les cris exaltés des locaux et des alliés français qui partirent à l'assaut des colons britanniques lors de la bataille de la Monongahela, qui se solda par la déroute de ces derniers pourtant deux fois plus nombreux. L'union fait la force paraît-il...

C'est sur cette empreinte guerrière que démarre "The serpent tradition", une initiation rituelle toute en nuances où flottent quelques accords d'une guitare cristalline et des peaux qui se tendent au son d'une frappe attentionnée. Un riff dantesque éclaire alors la pénombre et les vocalises se font vengeresses, le ton monte d'un cran. A peine remis de cette secousse qu'un break abrupt surgit et voilà la double pédale qui s'active avant de laisser place à un chant délicat et enjoué, proche de celui de Vintersorg. Quelques solos lâchés avec classe et nous voilà sur l'interlude "The impending winter", court moment d'un calme trompeur augurant d'une tempête sans précédent. L'atmosphère se tend, des cris de femmes apeurées et autres tirs de pistolets dépeignent une ambiance chaotique sur les premiers instants de "Lost on the trail of the setting sun". Le morceau démarre d'ailleurs au quart de tour sur une embardée frénétique qui laisse place à un mid-tempo heavy, ultime appel aux armes pour rejoindre le champ de bataille, drapeau serré dans une main et baïonnette en bonne place dans l'autre. La section rythmique virevolte au gré du matraquage des toms, le combat est âpre et ce solo héroïque qui s'ensuit s'enfonce comme un couteau planté profondément dans la chair. A peine croyable comme il flotte un parfum de BORKNAGAR du début de millénaire sur ces rythmiques enlevées et ce sens de la mélodie parfaitement affûté !

Un sens de la mélodie que l'on retrouve au long des quatre minutes de l'intimiste "October 6, 1813" doté d'une atmosphère très solennelle qui invite au recueillement à l'évocation de Tecumseh, alias "Jaguar céleste". Ce chef charismatique et respecté, qui, à travers ses déclarations et ses actes, réussit alors à réunifier une grande partie des tribus indiennes de la région des Grands Lacs pour former une seule et même nation. Les conditions exactes de sa mort, au terme d'un combat épique, restent un mystère tout comme le lieu de son repos final, quelque part dans les forêts de l'Ontario. "From where he laid to die, rise again" entend-on résonner au loin dans cette nature hostile, des mots qui font écho à travers les plaines comme un ultime appel incantatoire. "Traversing the shades of death" reprend le flambeau de Tecumseh avant de s'aventurer sur des terres plus obscures où le tempo se fait menaçant, rampant, pour délivrer un morceau construit en deux parties distinctes qui opposent l'eau et le feu avant de se réunir pour un final ébouriffant et coloré. "Skimota" fait presque figure d'intrus après une telle montée de tension sous ses faux airs d'OPETH qui n'y touche pas, voilà un interlude bienvenu où calme et sérénité reprennent la main temporairement sur le déroulé du scénario. Mais c'est sans compter sur "Skyhook" qui repart sur des chapeaux de roue, sublime instrumental débridé nourri de riffs majestueux ! A peine le temps de savourer ce moment de bonheur que le somptueux "Kiskelamalong" s'avance alors sous ses allures de procession finale, résonnant aux quatre coins des Grands Lacs comme un appel à l'unité. Un véritable hymne qui lâche à mi-parcours un riff, mais alors quel riff, heavy en diable qui traîne sa lourde carcasse jusque dans les dernières secondes, avant de s'évanouir avec les esprits des grands anciens quelque part entre le sol et le ciel. Un dernier signe divin.

On ressort enivré de cette expédition lointaine dans des contrées chargées d'histoire, bluffé par cette habileté fascinante que NECHOCHWEN déploie pour conjuguer les forces obscures du black, la spontanéité jouissive du heavy et l'authenticité poignante de la musique folk. Le tout servi sans chichis par un Aaron Carey phénoménal sur sa six cordes, idéalement secondé dans sa tâche par son compère, Andrew, impressionant de maîtrise sur sa basse et ses toms.

Cette expédition met également en évidence les connexions de NECHOCHWEN avec d'autres acteurs de la scène black US. Andrew M'Cagna, membre du moyenâgeux OBSEQUIAE est ici préposé avec justesse à la batterie et à la basse. Quant à Austin Lunn, maître à penser de PANOPTICON, il prend en charge le logo et certains éléments de l'artwork de l'album. Sa présence n'est pas surprenante tant les parallèles entre "Kentucky" qui reste, à mon sens, son oeuvre majeure et "Heart of Akamon" sont nombreux : même désir d'investiguer un pan de l'histoire oublié par la mémoire collective, même volonté de remettre à l'honneur les immenses terres sauvages des Appalaches. Et surtout cette marque de fabrique que l'on retrouve également chez ses petits copains de MERKABA, ADDAURA ou ALDA : un irrésistible mélange entre éléments black metal et inspirations folk, le tout baignant dans un climat où la nature est omniprésente. Tout comme la production faite maison par notre brillant duo dont la complicité est ici on ne peut plus évidente, un son chaud, rond et lui aussi profondément naturel. Sans artifices. A quoi bon d'ailleurs ? Puisque "Heart of Akamon" est l'un de ces disques, rares et précieux, qui ne peut laisser indifférent.
Pour peu qu'on lui laisse sa chance.

Il le mérite vraiment.

Et vous aussi.



http://nechochwen.com/ - 121 visite(s)


Rédigé par : TarGhost | 17,5/20 | Nb de lectures : 9365




Auteur
Commentaire
noohmsul
Membre enregistré
Posté le: 09/11/2015 à 10h05 - (118588)
Bonne découverte ! Le titre "Lost on the trail of the setting sun" m'a mis sur le cul, je suis d'accord on y trouve un air de BORKNAGAR qui n'est pas pour me déplaire... Le style est classique mais l'inspiration et la qualité de compositions m'ont l'air d'être au rendez-vous. Le peu que j'ai écouté et la chronique me donnent bien envie de me jeter sur cet album !



Moulinexxx
Membre enregistré
Posté le: 09/11/2015 à 11h03 - (118589)
L'album a l'air en effet excellent !

Dans la même veine il y a aussi Cormorant, toujours absent des colonnes de VS malheureusement, et pourtant excellentissime.

Youpimatin
Membre enregistré
Posté le: 09/11/2015 à 13h08 - (118590)
Excellente chro l'ami et je ne peux que partager ton avis :-D

Sélection amplement méritée pour ce petit bijou



Moshimosher
Membre enregistré
Posté le: 09/11/2015 à 17h40 - (118591)
Bon, ben, achat effectué après avoir lu une partie de la chro' (dont la lecture est complétée au moment où je tape ces mots) et écouté le morceau Lost on the Trail of the Setting Sun... La qualité des mélodies, des atmosphères, du son, des vocaux, etc. justifie à elle seule la sélection de cette excellente découverte ! Un album qui tue et élève l'âme de sa victime ! :)

Merci pour cette chronique !




jeje29
IP:193.106.225.67
Invité
Posté le: 09/11/2015 à 18h41 - (118592)
Je rejoins mes comparses. La chro' m'a donné envie. Très bon album.

Ibar
Membre enregistré
Posté le: 09/11/2015 à 18h42 - (118593)
Acheté dès sa sortie, un de mes albums de l'année.



Nekobibu
Membre enregistré
Posté le: 09/11/2015 à 19h45 - (118594)
Mais c'est tout à fait excellent, ce que j'entends là !



TarGhost
Membre enregistré
Posté le: 10/11/2015 à 12h08 - (118603)
Quel enthousiasme général ! Ravi de constater que je ne suis pas le seul à être tombé sous le charme de cet album exceptionnel. A tel point d'ailleurs que j'ai réalisé une interview d'Aaron qui repasse au peigne fin la genèse de "Heart of Akamon" et sa passion pour les tribus amérindiennes. Plus d'infos à venir...une fois la traduction terminée (et le bougre est intarissable sur ses sujets de prédilection!)




Moshimosher
Membre enregistré
Posté le: 10/11/2015 à 17h38 - (118608)
Interview que j'attends avec grande impatience ! (Heart of Akamon est bien parti pour être mon album de l'année...) Perso, j'espère qu'elle sera longue et foisonnante, cette interview ! :)

Jus de cadavre
Membre enregistré
Posté le: 12/11/2015 à 16h44 - (118640)
C'est marrant sans connaitre le groupe, ni même l'avoir écouté, direct en voyant la couv' et le logo je me suis dis "tient ça me fait penser à PANOPTICON tout ça..." Bingo...

XXuK
Membre enregistré
Posté le: 12/11/2015 à 18h15 - (118643)
Très bon album!!!




grozeil
Membre enregistré
Posté le: 15/11/2015 à 00h59 - (118666)
Dis donc, c'est vachement bien ce groupe!

rainsong
Membre enregistré
Posté le: 15/11/2015 à 11h32 - (118667)
Quel agréable surprise auditive en ce dimanche matin !!!



Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker