NATIVE CONSTRUCT - Quiet World (Metal Blade/Season of Mist) - 11/09/2015 @ 08h06
Ce trio américain (Robert Edens: Vocals - Myles Yang: Guitar and Programming - Max Harchik: Bass) nous est présenté comme « le produit de la collaboration entre étudiants du célèbre Berklee College of Music de Boston. Animé par le désir de faire souffler un vent nouveau sur la scène métal, Native Construct tente un amalgame ‘’astucieux‘’ de différentes composantes metal elles-mêmes issues de leurs influences majeures, allant du plus classique au plus moderne ».

Quand on a dit ça on a rien dit ou presque tant la notion de modernité à tendance à se diluer facilement dans un genre qui n’est plus à une récupération près, pourvu que cela sonne « moderne ». Et puis des étudiants du Berklee College, ça ne vous rappelle rien ? Oui, encore des surdoués qui vont nous farcir la tête de plans impairs et de compositions labyrinthiques…

On pourrait s’arrêter là et estimer qu’une aussi belle profession de foi et un CV tout aussi impressionnant cache quelque chose de moins honnête qu’il n’y parait. Toutefois, à parcourir le net, il semble que la scène metal prog se soit trouvé avec Native la nouvelle coqueluche susceptible de faire oublier – même temporairement - D.Theater ou toutes autres formations ayant pignon sur rue et estampillées « prog ».

Attention toutefois car les emballements intempestifs, on sait ce que ça vaut : leur durée de vie est proportionnelle à notre faculté de désintérêt rapide devant la pléthore de groupes nouveaux ou dits « innovants ». (Native Construct aurait-il déjà supplanté Soen ?).

Autre inquiétude à même de brouiller les pistes ou de rendre inaccessible l’objectif recherché, l’approche presque clinique et froide que le guitariste Robert Edens friand de technique en tous genres semble privilégier. Le groupe avoue que « le processus de composition pour cet album a été intensément méticuleux du début à la fin. Chaque note, chaque lyrique, chaque accord et chaque tournure a été exécutée avec un soin extrême. A ce stade, nous avons été capables de tisser d’abondantes et subtiles couches pleines de sens tant au sein de la musique que dans les textes. Nous sommes très excités pour vous (les fans) à l’idée de vous faire découvrir le résultat de nos efforts! ».

Un soupçon mégalo et prétentieux ? Sans doute. Mais du coup, la curiosité est réellement piquée au vif. Allons donc voir si la réalité colle aux ambitions…
Surprenant linup : un chanteur, un guitariste et un bassiste. Exit la batterie et le clavier, 2 instruments pourtant indissociables du genre. Même si j’admets avoir écouté d’excellentes formations de metal prog qui savaient se passer du clavier. Notons toutefois que le dénommé Miles Yang prend en charge les « guitars & programming », ce qui laisse supposer que la rythmique et les sons claviers seront malgré tout présents moyennant l’utilisation de samples et autres bidouillages.

Fusion foutraque ! Voici le vocable qui décrit le mieux Native Construct. Foutraque mais au bon sens du terme tant le trio américain manie l’éclectisme avec un culot sans limites et une réussite confondante. Tout y passe ; rock, metal, jazz, folk, classique, funk. Dominé par le chant clair, le tout est assaisonné ici ou là de growls qui peuvent surprendre de prime abord mais qui finalement s’insèrent tout à fait bien dans l’ensemble.

Tout est si bien pensé, agencé, calibré qu’il est difficile de le prendre en défaut. Même les percussions sont superbement exécutées. A tel point que l’on oublie l’absence d’un véritable « cogneur ». Ainsi, les ruptures de rythmes (les fameux breaks chers au prog) sont d’une fluidité stupéfiante. Attention au choix du batteur si l’aventure devait se prolonger sur scène…

L’impression générale c’est le sentiment d’être ballotté, chahuté d’un bord à l’autre d’un wagon de grand 8 lancé à toute vitesse sans savoir dans quel état nous serons à l’arrivée, si arrivée saine et sauve il y a. Et la surprise vient du fait que l’on trouve tout ceci extrêmement jouissif et que notre seule volonté est que tout recommence ! Sacré travail de composition pour parvenir à tel résultat.

La qualité du chant n’est pas étrangère à cette bonne impression ; on l’a dit clair le plus souvent et « growlesque » de temps à autre. ("Mute" ou "Chromatic Aberration"). Il est de toute façon très agréable, coloré et d’une théâtralité qui sied bien aux différents tons employés dans chacune des compos. ("Come Hell or High Water").

A ce stade de la kro et devant la richesse proposée, il est préférable de vous laisser vous faire votre propre expérience. Certes, une écoute attentive et répétée vous attend si vous souhaitez en appréhender toute la profondeur. Mais je ne saurais que trop vous conseiller de vous pencher avec sérieux sur ce scud. Il n’est pas impossible que les amateurs de barré et de complexe y trouvent là le moyen de prendre un pied phénoménal.




Rédigé par : Karadok | 16/20 | Nb de lectures : 7941




Auteur
Commentaire
kalter_Tod
Membre enregistré
Posté le: 11/09/2015 à 10h13 - (117817)
Un excellent (premier) album ! Imaginatif dans ses mélanges, un ensemble technique et parfaitement exécuté mais surtout extrêmement mélodique et entêtant. Bref, rien à redire.

Vu le CV des gugusses, il est effectivement tentant de penser à "un nouveau Dream Theater" et c'est vrai que beaucoup d'ingrédients sont communs. Pourtant l'album a une fraîcheur et une variété de genres que Dream Theater ne présente plus depuis des années.

Si vous aimez le métal prog, à ne pas rater ! Et même si vous n'aimez pas d'ailleurs ! :)



Will
IP:193.49.249.22
Invité
Posté le: 11/09/2015 à 11h50 - (117821)
En effet, une bien chouette surprise.

ratonearth
Membre enregistré
Posté le: 13/09/2015 à 14h13 - (117835)
C'est quoi ce truc? Je trouve ça complètement génial!!!


noisepollution69
IP:86.67.63.138
Invité
Posté le: 13/09/2015 à 22h56 - (117841)
un de mes coups de cœur en terme de metal progressif cette année (avec le BTBAM et le Leprous)

quel 1er album, quand même. Imaginons un 2ème album avec un vrai batteur ..... et le nouveau "dream theater" du XXIème siècle est trouvé!

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker