NASTY - Shokka (Beatdown Hardwear/Goodfight) - 10/04/2015 @ 07h38
NASTY, en même pas dix piges, est devenu une des têtes de gondole du hardcore européen, voire plus. Il reste aujourd’hui, le dernier groupe de beatdown encore vraiment crédible. Mais NASTY a su se dépêtrer des barrières du beatdown pour aller plus loin, pour partir faire autre chose : du NASTY tout simplement. Les belgos-teutons ont toujours eu un truc en plus dans le son, dans l’attitude, dans le chant, dans les paroles qui les a tout de suite différencié de la multitude de suiveurs qui se sont engouffrés dans la brèche du hardcore à trois notes. Leur force à eux, est d’avoir toujours plus ou moins fait ce qu’ils ont voulu sans en avoir grand-chose à foutre du reste. Et ça a marché, aujourd’hui dans le beatdown, il y’a eux et, loin derrière, les autres.

Pourtant, « Love » leur dernier disque en date montrait un début d’évolution qui partait en dérapage mélodique non contrôlé. La violence était là, mais atténuée, un peu artificielle et pondérée par quelques passages « mélodiques » et des voix claires sorties d’on ne sais où. « Shokka » était donc attendu au tournant et sa pochette fluo n’augurait rien de bon… pourtant, les mecs ont appris et n’ont pas commis les même erreurs, relatives, que sur « Love », ils ont persisté mais sans se renier. « Shokka » est du NASTY pur jus, du NASTY qui a maintenant dix ans et qui, d’album en album, a toujours continué à avancer en jouant sur ses forces et gommant ses défauts. Ici, le son est encore plus maousse, plus massif que d’habitude, on a l’impression d’entendre un mur de 1000 guitares jouer un riff à quatre notes dont la simplicité n’a d’égale que la violence et l’efficacité. C’est un mur du son qui nous percute en pleine tronche. Ça te débouche les conduits pour un petit moment, pas de doute là dessus. Les morceaux sont toujours aussi courts, autour de la minute trente, deux minutes, avec une pointe à trois minutes pour le titre prog du disque, et filent à l’essentiel : les moshparts. Mon gars, tu viens à NASTY pour avoir de la moshpart dantesque, la plus grosse de la Hardcore Compétition, les meilleures du littoral. Prenez un morceau, n’importe lequel (bon sauf les skits et l’interlude, je vous vois venir…) et y’a de quoi s’arracher les tibias entre potes dans la joie et la virilité. « No », « The Heat », « Real Talk », juste quelques exemples de ce qu’ils proposent en matière de beatdown et de cassage de genoux en bande organisée. Le final de « No » vire carrément sur le slam death avec une moshpart qui descend, descend, descend dans la lourdeur et la lenteur. « Politessenhass » sent bon le début des années 2000 avec son flow supersonique, son featuring parfait et ses chœurs de bûcherons enroués. 59 secondes de grâce.

NASTY n’a jamais été un groupe très intelligent ni très fin. Au contraire, là, on reste dans des riffs bien bas du front et des rythmiques d’une abêtissante brutalité. Rien ne change vraiment dans « Shokka ». Mais là où ils parviennent à se démarquer c’est grâce à un talent que peu possèdent : l’intelligence de la main. Personne ne sait claquer des mandales dans la bouche comme eux. Personne. Droit à l’essentiel, droit dans la gueule. S’ils ont perdu un peu de cette brutalité primaire, presque primale qui faisait la force de leur premier disque, les gars de La Calamine ont poli un peu leur technique pour frapper plus précisément, ne plus se jeter à la gorge du premier venu pour la lui ouvrir à coups de dents mais balancer des droites au foie, aux reins et au menton. On sait ce qu’on fait et comment on va le faire. Alors tu vas prendre cher. La voix de Matthi est toujours autant au top, le gars ne chante pas, ne hurle pas, ne growl pas, il te crache simplement au visage. De très loin, le meilleur vocaliste du genre et il le prouve encore ici avec une palette de chant qui s’étoffe encore.

Sous cette violence, certes plus travaillée et policée que par le passé, il y’a un petit cœur qui bat aussi et nos quatre amis ont à cœur de la démonter via quelques titres qui tirent vers la fragilité. Ils s‘intègrent, toute fois, bien mieux que sur « Love », tout est ici plus naturel, mieux composé, tout dans l’homogénéité. Les petits passages mélodiques sur « Phönix », le refrain presque chanté et la complainte de l’homme brisé sur « Irreversible », tout ça apporte un peu de larmes là-dedans parce que oui, les hommes peuvent aussi pleurer mais après ils se sèchent les larmes d’un revers de la main et te pètent ta gueule. Le groupe retrouve son chemin, trace sa route, fait ce qu’on attend de lui et évolue au petit peu aussi. Va falloir s’y faire, NASTY pèse lourd dans le monde du Hardcore.



https://www.facebook.com/getnasty - 225 visite(s)

Ecoute intégrale - 81 téléchargements


Rédigé par : Seb On Fire | 16,5/20 | Nb de lectures : 9798




Auteur
Commentaire
Dimechag
IP:95.141.97.226
Invité
Posté le: 10/04/2015 à 09h36 - (116465)
Vu en live l'année dernière avec Terror, jamais vu un groupe aussi chiant, poussif, et daubé. 35 min, 4 notes et une attitude de blaireaux!Lourdingue à mort.
On s'est quand même bien poilés parceque le batteur est une réplique de schumacher.
C'est le genre idéal pour monter un groupe quand t'as deux semaines de pratique instrumentale :-)
Je rage, je rage, nonobstant je comprends que ça puisse plaire.


Velvet Kevorkian
Membre enregistré
Posté le: 10/04/2015 à 11h50 - (116474)
Leur batteur est le sosie de Dolf Lundgren ouais.
Sinon d'accord avec le collègue, très bon album. Même en glissant de la mélodie sur certains titres ça le fait. Et en live, y a une attitude c'est vrai, mais c'est du Beatdown hein.



Dimechag
IP:95.141.97.226
Invité
Posté le: 10/04/2015 à 14h31 - (116475)
Ouioui on est bien d'accord ;-)

kurton
IP:173.231.112.190
Invité
Posté le: 10/04/2015 à 15h42 - (116477)
ca reste du beatdown effectivement c est pas du jazz hein. Putain d album (de beatdown) pour ma part

Funky Globe
Membre enregistré
Posté le: 10/04/2015 à 17h37 - (116479)
au hellfest l'année dernière c'était très bon!!

jul
Membre enregistré
Posté le: 10/04/2015 à 21h55 - (116482)
Tout a fait d'accord avec la chro. Evolution (relative) réussie sur cet album, et toujours la machine de guerre en live!



jayftbx
Membre enregistré
Posté le: 11/04/2015 à 06h51 - (116485)
Malgré un creux en milieu d'album, Shokka parvient à redresser la barre du navire Nasty qui tanguait après la sortie de Love. Parfait pour ambiancer les soirées et travailler son spin kick dans la joie et la bien-contance.



sid
IP:80.215.228.135
Invité
Posté le: 11/04/2015 à 19h33 - (116494)
Ah oui ils vont droit dans l'Emmure.

senior canardo
IP:109.16.123.253
Invité
Posté le: 12/04/2015 à 22h24 - (116506)
a part phonix et son refrain (on est pas au point de la chanson du meme nom de satyricon...
malediction?...)ET comme d'hab' on sait a quoi s'attendre ... et c'est du GRAS ! les acdc, slayer du beatdown ! miam !

Vision Of Beuh
Membre enregistré
Posté le: 22/04/2015 à 20h20 - (116561)
Bizarrement j'ai pas trop accorché... mais depuis Shit, j'ai de plus en plus de mal avec Nasty qui tourne tellement en rond qu'il creuse. Perso, je trouve que l'album de DCA fait un meilleur album de Nasty que ce Shokka.



Maxgrind
IP:83.195.212.112
Invité
Posté le: 03/05/2015 à 19h20 - (116629)
Nasty, c'est un peu la quintessence du Beatdown. C'est bas du front, c'est gras mais putain, j'en redemande !
Un très bon album et le morceau éponyme = tube !
Sinon, je suis assez dégoûté de ne pas avoir pu les voir sur Nantes récemment :o

Zboubzébuth 666,1415926
IP:81.65.254.205
Invité
Posté le: 04/05/2015 à 22h14 - (116634)
Money! Money!
Original une reprise de ABBA en HxC même si je trouve que celle-ci s'éloigne bien trop de l'originale...

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker