MYSTICAL FULLMOON - Chthonian Theogony (Beyond) - 12/12/2014 @ 08h35
Mystical Fullmoon n’était pas connu de mon radar. Italien, le groupe donne dans un style de black qui peut rapporter gros… ou ridiculiser : le black avant-gardiste. Car n’est pas Sigh, Formloff, Ved Buens Ende ou Solefald qui veut. Et la limite, grosse la ficelle d’un string, est vite franchie, du talent à la grosse poilade.

Mystical Fullmoon laisse une première impression qui fleure bon le mauvais goût, la faute à un artwork d’une grande laideur, piqué sur Photoshop et sans la moindre once d’intérêt. En matière d’avant-garde, il se pose là… Idem ensuite, dans un second temps avec le premier titre, "Tachyon Oracle", intro maladroite et sans… intérêt.

Il faut toutefois se garder de jugements trop hâtifs. Dès "An outermost resonance", les choses sérieuses débutent. L’emphase est de mise, le clavier est destiné à prendre un maximum d’espace, un peu à la manière des vieux Bal Sagoth. Le rythme est très soutenu, la dynamique est importante, la batterie (triggée ou plutôt à mon sens, une bonne vieille b-à-r merdique) occupe également l’espace avant qu’un premier ralentissement n’intervienne, jouant le rôle de pont central plus atmosphérique. C’est bien construit mais, honnêtement, ça ne casse pas non plus deux pattes à un Chthonien. Un titre relativement passe-partout donc, qui s’éternise un peu alors que tout aurait pu être dit en à peine trois minutes… Cette tendance à la tartine sera malheureusement le lot de l’auditeur à l’écoute de ce disque. Quant à la voix de canard enroué, elle ne relève guère le niveau.

Il reste cependant que le niveau global des morceaux est plutôt bon, les riffs et les solos s’enchaînent sans que l’on relève de faiblesse spécifique sinon le manque global d’inspiration. Car, de fait, l’instrumentation est souvent intéressante (le début de "Reward for the blind" par exemple) mais souvent également, la voix massacre la bonne idée (même morceau). L’emphase est ainsi gaspillée par les croassements de corbeaux bâtards du chanteur, qui gâtent par ailleurs de nombreux autres titres… Et la b-à-r donne au tout un aspect clinique et futuriste assez désagréable (la sensation d’entendre des tirs de laser sur "Reward" ou "A red…") alors que l’essai de rythmes plus tribaux eut été davantage profitable à l’ambiance du groupe (par exemple, les rythmiques tribales/rituelles intéressantes sur "Stone of Splendor" ou au début de "A Red and Black Sacrament") comme l'emploi plus fréquent de chœurs religieux qui m'ont rappelé Tristitia ("A red" encore).

Tu l’auras compris, je n’aime guère cet album même si tout n’est pas à jeter, loin s’en faut. Des idées, de la technique, de la bonne volonté il y a. Mais le tout reste survolé, trop peu ou mal exploité, quand la b-à-r et la voix n’arrangent rien… L’impression aussi d’entendre des titres très décousus, le cul entre deux chaises, le black sympho d’un côté, le death futuriste de l’autre, un peu de Bal Sagoth, un peu de Nocturnus… bref, une mixture très improbable. Dommage.




Rédigé par : Raziel | 11/20 | Nb de lectures : 9751




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker