MURDER DEATH KILL - Instigate, Infiltrate, Annihilate (Mediaskare) - 23/01/2012 @ 08h17
Un an après la sortie du très bon « Fuck with us and find out », les Californiens les plus belliqueux remettent le couvert avec « Instigate, Infiltrate, Annihilate » (on va dire IIA pour le reste). A l'instar des groupes de deathcore ricains qui sortent leurs albums très rapidement (Sovereign Strength, Carnifex, Suicide Silence), MDK a donc opté pour la formule de l'ultra productivité. Les langues de pute diront qu'un an pour composer quinze titres sur une corde et quatre cases, c'est déjà de l'arnaque, mais faisons fi de ces calomnies.

Quinze titres sont donc au programme de cet opus pour plus de 45 minutes de musique lourde et massive. Le premier opus nous avait marqués, égratigné les oreilles, fait bouger le body, bref nous avait vendu du rêve... Et pourtant, moins d'un an après, on s'attendait à une bombe atomique mais il s'agit ici d'un petit dispositif d'apprentis poseurs de bombe de l'ARB.

MDK, en bon soldat du hardcore, nous a concocté un second album totalement dans la lignée de « Fuck With Us And Find Out ». Cependant, si le premier disposait de bon nombre d'arguments en sa faveur, « Instigate, Infiltrate, Annihilate » ne bénéficie pas du même traitement.
Certains riffs sont tellement basiques qu'ils frisent le foutage de gueule. La doublette « Hunt To Kill » - « Abomoination » est fatale pour ça mais ce n'est pas la seule. On peut même dire que quatre morceaux se partagent presque les mêmes intros à la note près. Comparez « No Future In Forgiveness », « Hunt To Kill », « This Is My Home », « Guilty As Charged » et dites-moi la différence ? Je cherche encore. Mention spéciale au titre « Your King Is Dead » dont la première minute est presqu'entièrement composé de trois notes.

C'est le gros souci de cet album. « Fuck With Us And Find  Out » était assez court et bon pour faire passer la pilule mais « IIA » s'enlise, s'embourbe et n'arrive pas à ressortir de sa médiocrité. Parmi les quinze morceaux, quatre sont dispensables et les quarante-trois minutes sont interminables. Dommage pour un groupe qui avait dévasté mes oreilles il y a un an.
Le production est un poil plus molle que le précédent opus. Similaire en beaucoup de points mais moins percutante, les guitares ont perdu en intensité et le mix des voix est moins efficace.

Au final, on se fait chier. Voici la meilleure façon de résumer cet opus. J'avais misé gros sur cet opus et j'ai été fort déçu. Ceci était donc un beau pétard mouillé.

Facebook - 98 téléchargements


Rédigé par : Vision Of Beuh | 06/20 | Nb de lectures : 11143




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker