MUR - Mur (Dooweet) - 01/04/2014 @ 07h58
« Ici quand on est lancés on va droit dans le mur ! On va droit dans le mur ! On va droit dans le mur ! La guitare fait na-na-na ! La zic fait na-na-na ! Tu kiffes et na-na-na ! Tout le monde fait na-na-na !
On est complètement bornés on va droit dans le mur ! On va droit dans le mur ! On va droit dans le mur ! La guitare fait na-na-na ! La zic fait na-na-na ! Tu kiffes et na-na-na ! Tout le monde fait na-na-na ! »


Petite introduction sur du Svink’, ça fait plaisir (même si ce morceau n’est sûrement pas leur meilleur), mais ne vous inquiétez pas, MUR n’a rien à voir avec les loustiques susmentionnés. Avec MUR c’est plus dans le post-hardcore blackisé que ça se joue. En même temps, avec des membres de COMITY, GLORIOR BELLI, ou TODAY IS A DAY rien d’étonnant et là les guitares ne font pas « na-na-na », la zik non plus, ni rien du tout en fait, tu kiff juste et « na-na-na ». Mais trêve de blagounette et place à la découverte de ce premier album fort surprenant.

MUR pratique un blackcore assez particulier. Hormis le fait que le groupe pose une sacrée ambiance tout au long des 5 pistes que forme l’opus, il intègre également des sonorités de synthé fort étonnantes. Le mélange entre riffs crades, lignes de basse bien grasse et cette touche spéciale se marie plutôt bien et apporte un certain aspect à la musique de MUR. Déroutant au premier abord, il finit par définir la texture sonore du groupe et à lui donner un petit plus non négligeable. Le blackcore de MUR devient alors un peu plus étrange, avec une touche limite « spatiale », qui dénote fortement dans cette ambiance boueuse et rude.

On se mange gentiment 5 morceaux rentre dedans et incisifs, à l’aura terriblement noire, englué dans un sentiment teinté de désespoir, imprégné de rythmiques chaotiques, d’arpèges glaciaux, et soutenu par un chant puissant et écorché. L’effet est là, et le son de MUR ressort avec un vent de nouveauté pour nos oreilles.

Sale, violent, noir, mais avec un brin d’exotisme, ce premier album de MUR s’inscrit comme une très bonne présentation du combo. Son ambiance résolument sale et sombre nous fait littéralement tomber sous le charme si on se laisse prendre au jeu. Les sonorités, peut-être, un peu cheap des synthés finissent, au bout du compte, par s’inscrire comme l’un des atouts majeurs de cette rondelle. Messieurs, on attend la suite avec impatience.




Rédigé par : Velvet Kevorkian | 15/20 | Nb de lectures : 11759




Auteur
Commentaire
Mike VARG
IP:193.248.212.191
Invité
Posté le: 23/04/2014 à 18h53 - (111865)
Fat fat fat, le son est énorme, un mélange de post-rock et de black metal sans le son compressé et pourri qu'on trouve partout !

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker