MUDBATH - Corado Zeller (Lost Pilgrims) - 09/03/2015 @ 08h02
L’air du Sud semble inspirer les envies de désert et de boue des groupes locaux. Après les Montpellierains de Verdun, ce sont les Avignonnais de MUDBATH qui, après une première démo fort sympathique, passent au format album, ou long EP au choix. Trois titres, trente-cinq minutes, on se doute qu’on n’est pas devant un groupe de grind ou de hardcore. Si j’évoque Verdun c’est parce qu’on retrouve un peu de leur son dans MUDBATH, les deux formations partagent une envie d’ajouter des muscles à leur doom et de la violence, de l’agressivité à leur sludge pour combler leurs envies de bagarre et de coups de surin dans les reins. Mais MUDBATH ne choisit pas de frapper en fourbe, dans le dos, mais privilégie l’attaque frontale. C’est ce qui fait la force de ce disque. Une attaque frontale. On voit les coups venir, on sait face à quel type d’adversaire on est mais on ne parvient pas à parer les coups. Les mecs frappent tout simplement trop fort et se réservent le droit de claquer quelques petites bottes secrètes post-core histoire de brouiller les pistes.

Vous voyez le paysage sur la jaquette? Eh bien c'est par ces chemins que vous allez passer lorsque vous allez insérer ce disque dans votre mange-disque. Un chemin désolé et aride. « Corado Zeller » débute par des bruits, des sons, des notes, puis un grondement sourd, grésillant, plein de fuzz, de distorsion. La création d’un monde en fusion, un monde sans lumière, sans eau, juste du soufre, du magma et de la roche. Un monde hostile et sombre. Rugueux, ardu, rêche. Ce monde, c’est la musique de MUDBATH, un groupe qui porte bien son nom finalement. La boue bouillonnante du son dans lequel tente de se dépêtrer les instruments. Un magma dense et lourd duquel chaque note s’extirpe après un effort incroyable, dans la souffrance. Chaque note se mérite, rien n’est gâché, seules les meilleures seront entendues, dans un sorte de darwinisme musical. Ce premier morceau s’appelle « Thus I Saw The Destructive Voracity Of An Obsessive Ritual. » et résume ma foi assez bien le contenu de l’album. MUDBATH rappelle par moments ces fous furieux de Burning Witch, la folie et la maladie mentale en moins mais tout de même, il y a une filiation, quelque chose, des gènes communs. Un peu de AmenRa aussi, quelque part. Mais ça, c’est pour le premier titre car sur le second, on change de registre. MUDBATH accélère, claque un riff limite blackenedcore en début de partie, pour déstabiliser, secouer, surprendre. Avant de ralentir de nouveau, partir sur la lourdeur, la lenteur mais cette fois, moins brute, plus désabusée, avec une pointe de mélancolie. Guitare et basse écrasent tout ce qui passe et la voix hurle, braille, envoie des sons sortis des entrailles d’un chanteur qui n’est là que pour cracher ses tripes et rien d’autre.

Ce disque est rude et hostile mais nous n’en sommes qu’à la moitié, le plus dur reste à venir, un titre de 17 minutes sur lequel plane l’ombre du doom, du drone, du post hardcore et de tout ce que le monde du metal compte de musiques lourdes. Chaque note n’est pas jouée, elle est envoyée directement au visage, crachée, jetée avec force et violence. « Corado Zeller » possède une grande force cathartique et libératrice. Parfois, on a bêtement envie de se donner des coups de masse sur la tronche ou de s’enfoncer des aiguilles sous les ongles dans un grand moment d’auto-apitoiement. Plutôt que de souffrir inutilement, on va écouter MUDBATH et laisser les Avignonnais nous faire du mal parce que ça fait du bien d’avoir mal. Du moins de cette façon. Je vous laisse avec les 17 minutes de "salmonella", moi, je vais aller jouer à saute-mouton avec les camions, sur le périph'.



Ecoute intégrale - 89 téléchargements


Rédigé par : Seb On Fire | 16/20 | Nb de lectures : 8958




Auteur
Commentaire
Tata
IP:82.239.187.246
Invité
Posté le: 09/03/2015 à 18h33 - (116025)
Olé très bon tout ça !

gardian666
Membre enregistré
Posté le: 09/03/2015 à 21h41 - (116026)
Ça m'avait bien écrasé la tronche au moment du stream intégral de la bête.

Là le titre, je crois qu'il m'a achevé pour ce soir.



Bras cassé
Membre enregistré
Posté le: 10/03/2015 à 00h32 - (116028)
J'avais vu juste dans la kro (dithyrambique) que j’avais faite pour leur premier EP. Mudbath l’a mise dans le mile. Le propos est plus posé et mature que leur EP, pour une musique massive mais presque stellaire. Il y a une réelle tension maîtrisée de main de maitre où chaque tempo semble réfléchi et dosé minutieusement. Beau travail, superbe album.

BassFrog
IP:2.92.212.119
Invité
Posté le: 07/07/2015 à 22h33 - (117190)
Excellent album !
Très bonne découverte, bonne continuation au groupe

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker