MORTALS - Cursed to See the Future (Relapse) - 08/08/2014 @ 09h30
"Cursed to see the future" fait la part belle à un heavy sombre, plein de riffs crasseux, de groove, de hurlements, à mi-chemin entre HIGH ON FIRE et DARKTHRONE…

Au petit jeu du descriptif, certains labels ne sont jamais à court d’idées. Alors, comme cela MORTALS serait le rejeton illégitime d’HIGH ON FIRE et de DARKTHRONE ?
Mouais, pas totalement faux puisque l'on retrouve bien ci et là quelques éléments qui rappelle vaguement le stoner doom brut et furieux du premier et l’apparente noirceur minimaliste du second, même si, évidemment, MORTALS n’en tutoie ici à aucun moment le génie.

Je vous laisse juger sur pièce, mais me concernant, ce n’est pas vers ces deux formations historiques que je tendrais les esgourdes mais plutôt vers leurs défunts compatriotes de LUDICRA. Car, à n’en point douter, MORTALS partage de nombreux points communs avec le quintet de San Francisco qui a popularisé la notion de "grey metal", sorte de black épique et mélancolique hanté par de vils relents hardcore/punk, quelques incursions doom et un zeste de turbo boost NWOBHM.

Tout d’abord, ce sont deux charmantes demoiselles qui officient aux vocalises, Lesley Wolf pour le premier et Laurie Sue Shanaman pour le second, et qu'elles démontrent de sérieuses aptitudes dans le raclement de gorge passée au papier émeri. Ce râle haineux ferait d'ailleurs passer nombre de leurs collègues masculins pour de joyeux drilles enamourés et la copine Angela pour une pucelle exaltée. Ensuite, les parties de batterie, assurée par Caryn Havlik d’un côté et le très en vue Aesop Dekker (AGALLOCH) de l’autre prennent leur source dans des influences plus hardcore que métal et ponctuent invariablement de leur apparente simplicité les assauts d’une section rythmique qui se montre aussi convaincante dans le mid-tempo que dans des accélérations plus thrash.
Enfin, la basse est audible ! Oui, audible… voire prégnante ! Chez les deux formations, ça cogne, et plutôt bien !

Le power-trio est donc très à l’aise dans son heavy/black organique, un brin lourdaud, parfois redondant. Mais c’est finalement lorsqu’il s’éloigne du chemin tracé qu’il dévoile sa noire quintessence. Prenez ce final enjoué et tout en finesse qu’est "Anchored in time". Il tire son épingle du jeu avec son côté délicieusement retro et mélodique, sa structure plus progressive, moins pantouflarde que celle qui caractérise le reste de l’album. C’est d’ailleurs le morceau le plus court avec ses quatre petites minutes trente, là où trois d’entre eux dépassent les neuf minutes. De là à dire que MORTALS est plus efficace quand il réduit la voilure, il n’y a qu’un pas que je sauterai bien volontiers. Même si ce n’est finalement pas tant sa durée parfois excessive qui le pénalise mais ce côté pachydermique, cette inéluctable monotonie qui s’installe au fil des minutes et finit par prendre le dessus.

C’est bien dommage, parce qu’avec un soupçon d'’originalité supplémentaire, des compos un brin moins rigides et un propos recentré sur l’efficacité, nos trois donzelles taperaient à coup sûr pile-poil là où ça fait mal.




Rédigé par : Targhost | 12/20 | Nb de lectures : 11697




Auteur
Commentaire
Kvorfah
IP:109.6.127.230
Invité
Posté le: 10/08/2014 à 13h25 - (113169)
C'est chiant comme la pluie.

Bras cassé
Membre enregistré
Posté le: 11/08/2014 à 04h37 - (113176)
Un poil lourdaud certes, mais j'y entends de belles choses, avec des ambiances assez prenantes

Moshimosher
Membre enregistré
Posté le: 12/08/2014 à 00h44 - (113184)
Ben, moi, j'aime bien ! :)

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker