MORGOTH - Ungod (Century Media) - 19/05/2015 @ 07h28
Revenus aux affaires en 2011 pour célébrer les 20 ans de "Cursed" (leur premier méfait) lors d'une tournée marathon, les allemands originaires de la région de Dortmund n'avaient pas donné de nouvelles au niveau discographique depuis 1996 et la sortie de "Feel Sorry for the Fanatic". Faut dire que son Metal Indus aux forts relents de KILLING JOKE avec des morceaux de Death et d'Electro dedans avait de quoi décontenancer le fan de base. Pourtant, avec le nom de l'album et sa pochette, on ne peut pas dire que celui-ci n'était pas prévenu...
Mais, alors que tout allait pour le mieux (avec notamment une tournée VALLENFYRE/MORGOTH/BOLT THROWER), c'est la stupeur générale lorsqu'en décembre 2014 le groupe annonce le départ de son chanteur : l'unique Marc Grewe et son growl si personnel et caractéristique. Un remplacement par Karsten « Jagger » Jäger (DISBELIEF) et un retour sur Century Media, label historique du groupe, nous voilà enfin avec "Ungod" entre les mains et les oreilles. Annoncé par son label comme le parfait mélange entre "Cursed" et "Odium", que vaut vraiment ce quatrième album ?

Dès l'entame de "House of Blood", voilà l'auditeur rassuré ! MORGOTH reprend les choses là où il les avait laissées avec "Odium" et ce sera le cas sur tout l'album. Des titres comme "Black Enemy", "Nemesis" les instrumentaux "Ungod" et "The Dark Sleep" (judicieusement placé en fin de disque), la production, les patterns de batterie, tout est là pour nous rappeler le meilleur album du combo allemand. Mais si "Odium" présentait une facette progressive, "Ungod" se veut plus direct et se rapproche ainsi de "Cursed". On y trouve également cette noirceur et cette lourdeur qui donnent l'identité de ce groupe si unique et un peu à part de la scène Death allemande. Groupe qui n'a pas oublié de faire un petit clin d'oeil à son album mal aimé, en effet les débuts de "Snakestate" et "Traitor" n'auraient pas dépareillé sur le "Feel Sorry". La marque des grands à n'en point douter car ils sont peu les groupes qui assument un passé jugé gênant par la presse et les ventes (on en parle du "Swansong" de CARCASS ou bien ?).

Bien sûr, la grande interrogation concerne Karsten « Jagger » Jäger. Peut-il faire oublier Marc Grewe ? La réponse est un "oui" franc et massif ! c'est certes surprenant mais à l'écoute de ce quatrième opus, impossible de faire la fine bouche tant le chanteur de DISBELIEF a su se fondre et dans la musique et dans les pas de son illustre prédécesseur avec ce chant dans la lignée d'un Martin Van Drunen (ASPHYX) des grands jours bien qu'un peu moins rugueux. Et on peut saluer ici le talent des membres pour avoir trouvé le chanteur adéquat en pareille situation. Au vu du résultat, pas sûr qu'un chanteur abordant un autre registre aurait été mieux indiqué. Alors, certes y a zéro prise de risques mais vu le résultat final, difficile de faire la fine bouche...

Bref, un retour miraculeux ET gagnant pour un album marchant dans les pas de deux classiques du Death européen des années 90. "Ungod" montre ainsi un groupe non seulement sûr de ses moyens mais également en avance sur son temps tant le son si proche de celui de l'époque est toujours aussi actuel ainsi que des compos qui ne jurent pas avec ce qui se fait aujourd'hui.
Beaucoup ont essayé, peu ont réussi... Quel retour !! MORGOTH est grand, qu'on se le dise.




Rédigé par : Youpimatin | 17/20 | Nb de lectures : 9227




Auteur
Commentaire
Keyser
Membre enregistré
Posté le: 19/05/2015 à 09h10 - (116723)
Pas super emballé. Effectivement c'est bien l'album entre Cursed et Odium et c'est justement ça qui m'ennuie, préférant les débuts plus burnés du groupe. Heureusement, il n'y a pas les expérimentations, ici c'est plus classique. Mais trop classique, dans le mauvais sens du terme. Ce n'est pas du tout déplaisant, ça s'écoute facile et il y a pas mal de riffs et leads cools mais que c'est mou et sans vrai génie. Le chanteur de Disbelief fait une excellente prestation cela dit, on est d'accord, dans la droite lignée de Grewe. 6/10, 6,5/10 max pour moi.



Bernard
Membre enregistré
Posté le: 19/05/2015 à 12h49 - (116726)
Plus fan de 'Odium' que de 'Cursed' ce nouvel album me va à ravir. Tiendra-t-il sur la distance, est une autre question, mais pour l'instant je savoure mon plaisir.

GabinEastwood
Membre enregistré
Posté le: 19/05/2015 à 13h07 - (116727)
Assez partagé pour ma part, certes c'est un des meilleurs come-back qu'on ait eu depuis un moment mais ça reste quand même en dessous de ce qu'ils ont pu faire par le passé.

Il y'a des bons moments, mais ça manque un peu d'idées et surtout il y'a des passages trop mous et d'autres trop longs. Sans atteindre le niveau de Marc Grewe le chant tient la route.

Un peu du même avis que Keyser, et pour la note ça vaut un bon 15, pas +



Strat
Membre enregistré
Posté le: 19/05/2015 à 15h31 - (116728)
Un retour assez intéressant, mis en avant par Youpimatin. Alors oui, niveau registre du chant le risque pris est minimime, mais ça me va bien. Merci pour la kro !



Burn
IP:82.66.214.120
Invité
Posté le: 19/05/2015 à 18h02 - (116729)
Plus catchy et mélodique que Cursed, et très peu (pas) d'arrangements "indus" à la Odium. Cet album est différent, et excellent.

Humungus
Membre enregistré
Posté le: 20/05/2015 à 00h01 - (116732)
Bah j'aurai vraiment pas dit mieux que GabinEastwood.
Le bougre a tout bien résumé ma pensée concernant cet nouvel album et ce "nouveau" groupe.
J'avais moi aussi été très surpris (dégoûté) à l'époque du départ du Sieur Marc Grewe. Vraiment le truc auquel je ne m'attendais pas du tout, surtout suite à la fameuse tournée évoquée ci-dessus qui avait été une vraie claquasse pour moi. MORGOTH étant alors au top sur scène.
Pis les différents noms jouant avec eux... Quelle affiche bordel de dieu ! Mais quelle affiche !

RBD
Membre enregistré
Posté le: 20/05/2015 à 20h39 - (116740)
Carsten Jager a été recruté à la dernière minute par relations, mais c'était l'homme de la situation.

Les riffs cherchent le style d'Odium avec un son plus typé Death Metal qui rappelle Cursed. Et je regrette que l'arrière-goût Doom de leur première période ne réapparaisse pas. Cela donnerait de la saveur, car ce disque manque d'inspiration. Il passe agréablement mais n'est pas à la même hauteur qu'une discographie antérieure qui touchait la perfection et le risque mesuré et gagnant. Certains riffs d'Ungod frisent l'autoparodie. Mais déjà, la focalisation des concerts de reformation me laissait craindre un blocage sur une certaine image restreinte du passé.

Peut mieux faire.





Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker