MOLLO/MARTIN - The Third Cage (Frontiers) - 23/03/2012 @ 08h59
The Cage est le nom de l'association de Dario Mollo (Voodoo Hill), guitariste italien, et Tony Martin, l'ex-chanteur de Black Sabbath, qui a œuvré dans le légendaire groupe anglais de 1987 à 1991 et 1993 à 1996. Entouré d'amis italiens et anglais, ce projet né en 1998 n'avait rien publié depuis 2002 et l'album 'The Cage 2'. 10 années ont passé, et les voilà de nouveau réunis pour un troisième volet de hard rock mélodique. La première chose à noter, c'est la production de l'objet, clinquante et puissante permettant de bien mettre en avant le jeu des guitares. Un premier point de sûr, on ne peut pas dire que du côté du son, le groupe soit desservi. Les musiciens eux-mêmes, sont de toute façon bien expérimentés, pour preuve, Tony Martin qui chante toujours avec classe et finesse, usant son organe vocal à grand coup de (nombreuses) intonations mélodiques.

Mais si The Cage maîtrise le hard mélodique, il le joue sans vraiment convaincre; si vous voulez passer plusieurs minutes à vous ennuyer, alors écoutez le triptyque en milieu d'album que constitue les titres «One of the Few», «Still in Love with You» et «Can't Stay Here» et vous verrez que c'est vraiment pas folichon: le premier, très accessible dans sa constitution (le refrain est parfaitement huilé) est très passe-partout est en fait d'une banalité affligeante, le second, si il propose quelques (discrètes) sonorités orientales se veut également très moyen et répétitif, les intonations vocales étant trop poussées; bien heureusement les soli bien que très démonstratifs, sont assez impressionnants de rapidité d'exécution et nous secouent un peu. Mais on atteint des sommets de médiocrité avec le troisième morceau nommé plus haut, mollement rock, aux riffs peu engageants et au refrain très faiblard. Dario a la bonne idée de glisser un solo brillant qui se révèle au final l'unique intérêt de ce titre...

Je vous cite là les 'pires' moments de cet opus, qui en contre-partie n'en comptent que très peu que l'on pourrait évaluer positivement ; «Wicked World», en ouverture fait le métier, riff solide, refrain entêtant, des paroles assez intéressantes pour dénoncer un monde pourri et dévaster par les gouvernements actuels, bref la panoplie idéale pour bien démarrer l'album. «Cirque du Freak» qui retentit juste après, est déjà d'un bien moindre niveau, les riffs empruntent (explicitement) au Metallica des années 90 et le refrain tombe mal, trop calibré et mélodique pour être en accord avec des textes pourtant également assez dénonciateur des vices et problèmes de ce bas monde... On passera aussi sur le gonflant «Blind Fury» plus martial où les guitares retrouvent du mordant, mais Mr. Martin fout tout en l'air en s'égosillant sur un refrain abrutissant.

Il reste quoi alors à sauver de cette troisième galette d'un duo pourtant très bon avec leurs instruments respectifs ? L'enchaînement «Wardance», «Don't Know What it is About You» est pour moi au-dessus du lot, bien que ces deux morceaux soient assez opposés, l'un étant assez sombre et massif, quand l'autre nous ferait 'taper des mains' et chanter un refrain, que, l'on aime ou pas, a de grandes chances de rester en mémoire une fois écouté ! Ah et puis comme tout groupe de hard mélo qui se respecte, les 'power ballades' sont présentes, et sans être renversantes, sont suffisamment chouettes pour passer un bon moment. «Oh my Soul» est l'une d'elles (démarrant étrangement de manière similaire au «Kashmir» de Led Zep) et on peut noter toute l'émotion transmise par le Tony pour sublimer ce titre, sa prestation vocale étant en un mot, magnifique. «Violet Moon» est l'autre temps calme de l'opus, culminant à plus de 7 minutes dans de délicates harmonies plongeant l'auditeur dans un profond romantisme...

Ce serait un doux euphémisme que de qualifier cet album de moyen, tant il est inégal, et plus plombé que réussi. Si les bons morceaux se comptent sur les doigts d'une main, ils ne sont pas pour autant éblouissants pour nous faire penser que «The Third Cage» est un album correct. Dommage parce que je le répète, les musiciens ne sont pas des manches, mais ici la qualité d'écriture est le gros point faible de l'album.





Rédigé par : gardian666 | 11,5/20 | Nb de lectures : 11199




Auteur
Commentaire
grozeil
Membre enregistré
Posté le: 23/03/2012 à 17h22 - (101258)
Quel dommage. Pas encore écouté, mais je ne vois que des critiques de cet ordre là. Vraiment dommage de lire ça, tant Dario Mollo est un super guitariste (et normalement compositeur), Tony Martin un chanteur absolument terrible (même si d'année en année, son organe faiblit), et le premier album un (quasi) chef d'oeuvre dans le style. Je vais quand même l'acheter, mais je ne m'attends pas à une pépite, malheureusement.

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker