MITHRAS - Time Never Lasts EP (Galactic) - 20/02/2012 @ 08h19
Le moins qu’on puisse dire, c’est que MITHRAS revient de loin. Ils furent quand même considérés pendant un temps comme LE groupe de death outre-Manche, couverture du magazine TERRORIZER à l’appui (sûrement aidé par le fait que la rédactrice-en-chef d’alors était la femme de leur batteur, Leon, m’enfin bon…). Auteur d’un trio d’albums alliant la puissance de feu d’un MORBID ANGEL avec un côté spatial à la NOCTURNUS et même des éléments space-rock donnant l’impression à l’auditeur de flotter dans l’espace quelque part entre un trou noir et une supernova sur le point d’exploser, le Youri Gagarine et suppôt de Satan qui sommeillaient en nous allaient enfin faire la teuf ensemble…

Et là, schplouf. Séché en 2008 par le départ de son bassiste, chanteur et fondateur, Rayner Coss, et par une maison de disques (Candlelight pour ne pas les nommer) les virant sans sommation pour cause de ventes insuffisantes, le groupe – ou plutôt son alors unique membre, Leon Macey – s’est retrouvé un peu le cul dans l’eau. Donc tout frustrant que soit ce maxi ne contenant que deux nouveaux titres plus trois live, il tient quand même malgré tout du petit miracle. Déjà parce qu’il marque le retour de Coss et au format duo qui est le leur depuis leurs débuts en 1998, l’ex-BERZERKER Sam Bean n’ayant fait au final que figure d’intérim pendant l’absence de Coss. Mais aussi surtout parce qu’il prouve que MITHRAS a su garder intact son touché si particulier. Bon, ils ne l’ont pas fait évoluer des masses non plus il faut avouer mais pour les (très) nombreux déçus par le virage électro-guimauve-death-de-supermarché pris par l’ANGE MORBIDE, ces Anglais restent ceux qui ont réussi le mieux à reproduire le côté bastos des albums réalisés par Mister Azagthoth avec Steve Tucker au chant, ‘Formulas Fatal To The Flesh’ en tête.

Alors c’est vrai, le morceau-titre et « Inside The Godmind » se contentent de resservir un peu même la tambouille, à savoir un death à la fois très gras et véloce, où la double grosse caisse bien mise en avant dans le mix est constamment à fond mais bien contrebalancée par une guitare pleine de réverbération et évoluant parfois deux fois moins vite, aboutissant ainsi à un mélange de planant et de lourdeur qui a un peu trop tendance à être systématique mais qui, il faut avouer, marche du tonnerre de Dieu. Et puis le second du lot se permet quand même à environ une minute trente une accélération démoniaque avant de s'achever ensuite dans un chaos cosmique... Alors certes, ce n’est pas en se basant sur ces onze nouvelles minutes que l’on peut vraiment préfigurer ce que MITHRAS fera sur son quatrième album actuellement en préparation mais le groupe n’ayant jamais fait preuve de vélléités révolutionnaires, disons que je doute que l’objet soit très différent.

Et puis n’oublions pas ces trois titres live, enregistrés en 2008 à Londres lors de ce qui devait, ironiquement, être le dernier concert de Coss avec le groupe. Même si le mix réitère la balance si particulière que l’on retrouve sur leurs albums studios (chant, batterie et solos très en avant, basse inexistante), il reste incroyablement propre et puissant. Et puis surtout, ils ont l’intelligence de sélectionner trois titres tirés de leurs deux premiers, et moins connus, albums, dont un « Wrath Of God » rappelant beaucoup « Where The Slime Live » avec ses harmoniques artificielles qui font squiiiiiiik…

Du menu fretin peut-être mais du menu fretin qui a des ‘cojones’ qui tiennent la cordée pendant près de trente minutes (ça c’est une longue érection) et qui, surtout, est vendu par le groupe lui-même via son propre label sur son site internet, dégoûtés qu’ils furent par un business qui n’en finit plus de se crasher avec force sur le rempart infranchissable de la connerie humaine.

http://www.mithras.org.uk/ - 159 visite(s)

YouTube - 98 téléchargements


Rédigé par : Olivier 'zoltar' Badin | 6,5/10 | Nb de lectures : 11438




Auteur
Commentaire
Sagal
Membre enregistré
Posté le: 20/02/2012 à 12h14 - (100588)
Tiens, ça me fait penser que je n'ai toujours pas commandé ce EP: Erreur à réparer très vite !
Leon Macey est un compositeur absolument génial et cet enregistrement augure du meilleur pour la suite.

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker