MISERY INDEX - The Killing Gods (Season Of Mist) - Selection VS du 16/05/2014 @ 07h59
5 albums.
4 types talentueux.
3 styles imbriqués.
2 décennies d’expérience musicale.
1 certitude : MISERY INDEX est grand, MISERY est fort.

MISERY INDEX fait partie de ces groupes admirés (voir adulés) aux 4 coins de la planète Metal, auréolés d’un sans-faute discographique, incroyables en concerts, et au talent certain, qui n’usurpent à aucun moment leur statut et leur réussite. Underground, la réussite, bien sûr. Les mecs ne roulent pas sur l’or non plus... Mais MISERY INDEX possède tout de même une véritable aura sur la scène Metal.

MISERY INDEX fédère autour de son Death/Grind/Core viscéral, il suscite l’attention et l’attente, il stimule et passionne. Et, bien sur, détruit les cervicales et annihile les scepticismes, grâce à son énergie incroyable, superbement dosée et parfaitement assénée.
Rares sont les groupes à faire autant l’unanimité, je trouve.
Et le nouvel album des ricains ne va certainement pas ternir cette réputation, bien au contraire !
Second album chez Season Of Mist, et 5ème album du groupe, "The Killing Gods" est, après de très nombreuses écoutes, sans hésitations, l’un des meilleurs de MISERY INDEX.

Toujours cette hargne à fleur de peau, cette rage palpable, cette violence maîtrisée.
Toujours ces riffs simples mais tellement efficaces, ces leads et ces semblants de mélodies qui personnalisent les titres
Toujours ces roulements et ces patterns de batterie bien plus diversifié qu’il n’y parait, cette assise rythmique qui confère au groupe une identité vraiment particulière
Toujours ces alternances de tempos, oscillant entre lourdeur, groove et brutalité.
Toujours ce son sec, légèrement rugueux et ultra puissant.
Et toujours ce duo de hurleurs, Jason et Mark, toujours ces cris arrachés, ces hurlements rageurs, teigneux et expulsés avec les tripes.

Mais cette fois-ci, "The Killing Gods" expose une forme d’harmonie et de maturité tellement frappante et puissante, qu’on ressort totalement scotché de l’écoute de l’album.
"The Killing Gods" semble moins hargneux de prime abord, moins direct. Comme si les aspérités Grind s’estompaient. Mais il n’en n’est rien...
En réalité, MISERY INDEX a concocté une petite bombe, qui n’explose totalement qu’au bout de plusieurs écoutes. Vicieux, les mecs... Mais on leur pardonne, tellement le résultat est incroyable.

Sans bouleverser son style, MISERY INDEX le sublime. "The Killing Gods" regorge de titres à la ‘Carrion Call’ ; c’est-à-dire faussement lourds et mid-tempos, mais dont l’intensité s’accentue en cours de déroulement, pour s’achever dans une explosion imparable et une violence jouissive (à l’image de ‘Colony Collapse’, ‘Conjuring the Cull’ ou ‘Heretics’).

Mais ne croyez pas que le groupe se ramollit, oh non... !
Il a appris à maîtriser sa violence, à la rendre plus pernicieuse, et à la distiller de façon plus subtile. Mais c’est bien toujours de Death/Grind dont on parle, et nul doute que les amateurs de brutalité bien sentie (dont je fais partie) seront conquis !

Outre les titres rapides et expéditifs, dont l’immédiate efficacité vous clouera sur place, "The Killing Gods" regorge de morceaux plus construits, foisonnant de violence et de blastbeats, tributaires de la bestialité typique du groupe.
A l’image de ‘Gallows Humor’ ou ‘Cross to bear’, qui débutent sur des faux mid-tempos groovy et rugueux, avant d’exploser et de laisser la violence pure faire parler la poudre. Et que des dires des incroyables ‘The Killing Gods’ et ‘The Harrowing’, à la fois aventureux, variés et addictifs...
Le tout porté, comme habituellement avec MISERY INDEX, par des riffs percutants, secs, et mélodieux, au pouvoir d’accroche immédiat.

La différence sur "The Killing Gods" réside donc dans le fait que le style du groupe est moins hachuré et découpé d’un titre à l’autre, et plus compact et homogène. Chaque titre possède sa propre structure, son propre déroulement, avec son lot de blast-beats, de groove, d’accélérations et de surprises ; mais cette diversité commune unit les titres entre eux, et on ne retrouve plus de cassures rythmiques entre les titres. L’osmose est totale.
La conséquence, immédiate, est incroyable, puisque les explosions, accélérations et autres rythmes belliqueux sont ainsi mieux mis en valeur, car intégrés dans une dynamique complètement ahurissante.

Mais comment font-ils ... ?

Comment font-ils pour, systématiquement, à chaque nouvel album, provoquer en nous, en moi, ce phénomène incroyable et incontrôlable de montée en pression et de développement de l’addiction ?
Comment réussissent-ils à me rendre, à nous rendre aussi rapidement réceptif et addictif à leur mode d’expression ?
Comment font-ils pur captive aussi rapidement et surement mon attention, mon corps, mon esprit ?
C’est du talent à l’état pur, rien à dire !



https://www.facebook.com/MiseryIndex - 240 visite(s)

J'achète ici - 118 téléchargements


Rédigé par : ..::Ju::.. | 18,5/20 | Nb de lectures : 14447




Auteur
Commentaire
Bernard
Membre enregistré
Posté le: 16/05/2014 à 10h04 - (112114)
Ça donne envie!!!

AkiraToriyama
Membre enregistré
Posté le: 16/05/2014 à 10h32 - (112116)
cet album est une pépite ! c est clair
maitrisé de bout en bout

Blind
Membre enregistré
Posté le: 16/05/2014 à 11h06 - (112117)
Je n'ai pas écouté ce nouvel album mais je dois dire que les deux derniers (je ne parle pas du live qui tient presque plus de l'Ep que du véritable album live, pas mal au demeurant) m'ont moins plu que les précédents. Je rêve que ce nouvel album soit un retour à ce qui est pour moi l'âge d'or du groupe: la période entre "Retaliate" et "Discordia", soit les années 2003 à 2006 (avec la sortie de l'excellent Ep "Dissent" en 2005).

Moulinexxx
Membre enregistré
Posté le: 16/05/2014 à 11h19 - (112118)
+1 Blind, cette période était terrible, suis fan de Retaliate et Dissent !

Après une première écoute, je n'ai pas retrouvé une telle puissance sur ce petit dernier, mais ça sonne quand même pas mal du tout.

Maxgrind
IP:83.195.135.243
Invité
Posté le: 16/05/2014 à 12h05 - (112121)
Je plussoie 100 000 fois ta chronique, ton engouement et ta prose dithyrambique, mon cher Ju.

Que dire de plus sur Misery Index? Ce groupe est à l'image d'un grand cru, qui prend en maturité et qui s'améliore sans cesse, et leur dernière offrande "The Killing Gods" en est encore la démonstration.

Avec Misery Index, je suis déjà en terrain conquis et une seule écoute m'a suffi pour apprécier pleinement leur nouveau chef d'oeuvre. Pourtant, mon exigence est très grande mais le groupe n'a jamais su me décevoir, fort d'une discographie sans aucune fausse note (ce qui est très rare, il faut le préciser).

Quid de ce The Killing Gods? Il faut juste aligner la liste des superlatifs pour décrire encore une fois le dernier album des Ricains.
Certains sceptiques me diront "on est en terrain connu", je vous réponds OUI MAIS...

Alors, OUI, il y a bien des relents de Heirs To Thievery (l'ombre de The Carrion Call plane sur certains morceaux, comme précédemment dit par Ju) et de Traitors MAIS comme à son habitude, le groupe sait se renouveler et nous distiller quelques petites surprises.

Les 4 premiers titres s'enchaînent et sont une seule et même pièce. On commence par l'intro instrumentale Urfaust (une première pour le groupe), très mélodique et du plus bel effet qui enchaîne directement avec le tube tout en puissance The Calling. S'ensuit l'interlude The Oath (encore une autre première pour le groupe, il me semble), très ambiancée et réussie qui enchaîne encore directement avec un autre tube, Conjuring The Cull. Un format auquel Misery Index ne nous avait pas habitué.

Après, c'est LA GROSSE DÉFERLANTE DE TORGNOLES avec enchaînement de titres supersoniques (The Killing Gods et Cross To Bear, ouhlalala, mes aïeux) ou plus mid. On notera tout de même moins de blast qu'à l'accoutumée mais cela n'empêche pas la sentinelle Adam Jarvis de nous impressionner avec son jeu bourrin ET subtil. Le mec est véloce, il envoie toujours du lourd!

The Killing Gods est très homogène et s'écoute d'une traite. Et puis, on relance l'album, encore et encore. Car il faut le dire, la musique de Misery Index a toujours été addictive.

Avec cet album, le groupe continue d'assouvir nos oreilles et demeure toujours fièrement sur son trône. Misery Index est grand!

Phil
IP:78.192.38.132
Invité
Posté le: 16/05/2014 à 12h47 - (112122)
Tout est question de goût. Bon album sans plus pour moi. Un bon 14/20

Didier
IP:62.141.32.45
Invité
Posté le: 16/05/2014 à 12h50 - (112123)
J'aime bien mais je ne suis pas fan au point, comme Maxgrind, de décréter que la musique de ce groupe est "addictive"

Meridian
Membre enregistré
Posté le: 16/05/2014 à 22h06 - (112128)
J'ai reçu l'édition limitée avec la bonus track ce midi et je n'ai eu le temps d'écouter que l'intro dans la voiture, ainsi que le début de "The Calling". Intro surprenante d'ailleurs ! Je pressens un album moins facile d'accès. La chronique de Ju et le commentaire de Max me font vraiment envie, surtout la petite référence à "The Carrion Call" qui reste l'un de mes titres préférés pour son groove grassouillet et le tabassage de caisse claire juste après le solo (ce moment est incroyable).

RDV plus tard pour un commentaire plus détaillé :)

P.S.: je suis hyper exigeant avec ce groupe, j'attends beaucoup de cet album (on a quand même attendu 4 années...)

Bobbie
IP:82.226.37.150
Invité
Posté le: 17/05/2014 à 00h30 - (112132)
Les deux titres en écoute tuent. Ce groupe a vraiment quelque chose en plus, bien à lui. Vivement une nouvelle date en France. L'année dernière ils avaient tout cassé au HF.

Gégé
IP:90.24.172.51
Invité
Posté le: 17/05/2014 à 09h13 - (112137)
Alors, autant j'adore quasiment toute la discographie de MI sans réserve, autant celui-là me laisse pour l'instant plutôt froid.

A voir sur le long terme mais il me laisse vraiment sur ma faim là... Y'a pas un Conquistadores, un Pulling out the Nails ou bien un Ruling Class Cancelled qui te restent dans la tête pendant des jours.

J'espère changer d'avis après davantage d'écoutes!

RBD
Membre enregistré
Posté le: 17/05/2014 à 21h37 - (112141)
J'étais au concert de Toulouse l'autre soir (seule date française, avec Gorguts), ils ont joué au moins deux nouveaux titres. J'ai encore pris un caramel dans le buffet...

Lazarus
IP:93.19.55.183
Invité
Posté le: 18/05/2014 à 17h22 - (112146)
Excellent chronique! Tout à fait d'accord et ce "The Killing Gods" est certes moins facile d'accès aux premières écoutes mais après c'est une merveille!

Meridian
Membre enregistré
Posté le: 19/05/2014 à 10h35 - (112151)
Cet album a le syndrome de la vierge : c'est assez difficile de rentrer dedans mais une fois qu'on y est c'est de la pure jouissance. L'approche est différente, notamment dans la première moitié ("The Calling" reste mon titre préféré d'ailleurs) ; la suite raccroche plus avec l'époque Discordia et post-Discordia. Je n'ai pas eu le temps de lire les paroles mais en général même ça c'est travaillé : de l'Anglais soutenu pas facile d'accès pour le lecteur lambda et bon nombre de références historiques, philosophiques et politiques (même si pour le catholique que je suis, les textes sont souvent agaçants. Parenthèse fermée).

Néanmoins une chose me dérange : la production. Elle me rappelle un peu celle de Discordia justement, en toutefois moins dégueulasse. Les parties "basses" de la batterie sont inaudibles lorsque toutes les cordes travaillent de concert, c'est dommage. Par moments j'avais une espèce de bouillie que des écouteurs plus neutres (Klipsch image S4 II) ont un petit peu corrigée.

J'aurais mis 18/20 si nous avions eu droit au son de "Traitors".

Et pour ce qui est de la chro, elle est pas mal.



Dédé
IP:81.251.195.106
Invité
Posté le: 24/05/2014 à 08h08 - (112259)
Gégé: et conjuring the cull avec son groove pachidermique?! Ne sent tu pas le futur hit du groupe?!!
Non mais arretez de deconner, on a du tres lourd la, rien qu'en ecoutant l'intro on sent venir le monstre.
Aprés un seul bémol que j'espere dissipé une fois l'objet sortit: la prod. Je trouve celle de siberian sur le live in munich bien meilleur...



BassFrog
IP:94.41.126.211
Invité
Posté le: 25/05/2014 à 17h15 - (112268)
Du très lourd !!

Même si avec eux on est habitués et qu'on sait d'avance qu'on va prendre cher, il arrivent à nous surprendre avec des plans au groove irrationnel , des passages supersoniques qui envoient comme c'est pas permis, le tout avec un sens de la mélodie franchement unique.

Misery Index, le groupe qui réussit à assembler des plans, des ambiances de divers horizons avec une cohérence DE BATTARD. Tout en nous faisant morfler à chaque minute. Enorme.

Le seul hic ici, ben c'est la prod.
Autant sur le précédent la double pédale était abusivement mise en avant, autant là quand le batteur (toujours ultra impressionnant ce mec au passage) envoie la purée on perd en impact à cause d'une bouillie toute moisie en guise de kalachnikov.
Dommage.
Mais ce n'est qu'un détail !

Je plussoie : MISERY INDEX est très grand !!!!!

Ils éclatent toute la concurrence et réussissent à se surpasser à chaque sortie.

Chapeau les mecs.


BassFrog
IP:94.41.126.211
Invité
Posté le: 25/05/2014 à 19h23 - (112269)
Putain d'addictif, ça c'est bien vrai...

Il est vraiment ultime cet album, arrrrrghh

RBD
Membre enregistré
Posté le: 14/06/2014 à 11h57 - (112558)
“Heirs…” m’avait quelque peu déçu de la part d’un groupe aussi addictif. La prestation live à Toulouse fin avril avait fait mieux que me rassurer une fois de plus.
Ce nouvel album explose à nouveau le plafond des attentes comme avant. Et chez moi, ce fut dès la première écoute. Moins direct et sensiblement moins rapide qu’il y a dix ans, MI reste bien méchant tout de même, et techniquement intense. Jarvis blaste comme un dieu (bon, en concert il trigge…) mais la finesse de son jeu s’épanouit de mieux en mieux et c’est très clair sur cet album.





Blob
IP:212.76.241.98
Invité
Posté le: 01/07/2014 à 13h19 - (112691)
Excellent album!

j'ai du mal à m'expliquer comment j'ai fait pour passer à côté de ce groupe pendant autant d'années (je crois que je les confondais avec un gignoble groupe de deathcore canadien...).

Je vais devoir rattraper mon retard avec le reste de leur disco...

Blob
IP:212.76.241.98
Invité
Posté le: 01/07/2014 à 13h20 - (112692)
lire "ignoble"

Black Comedon
IP:81.246.44.244
Invité
Posté le: 23/12/2014 à 10h36 - (115276)
Découvert sur le tard, mais quelle torgnole ce truc !

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker