MIRROR QUEEN - Scaffolds of the Sky (Tee Pee) - 22/05/2015 @ 07h29
Les différentes informations (logo, pochette, label, etc.) que j'avais pu récupérer sur Mirror Queen avant de poser une oreille dessus, me faisaient craindre d'avoir affaire à un énième groupe tapant dans le stoner/rock/psychédélique, comme il en sort chaque mois par dizaine (sans exagérer). Après consultation de la biographie promotionnelle assortie avec le digipack et une première écoute de « Scaffolds of the Sky », je dois dire que mon intérêt pour Mirror Queen a grandi. La formation new yorkaise pratique non pas un stoner conventionnel mais une musique tirant sa substance d'un subtil croisement entre le hard rock des 70's et le heavy metal (anglais) du début des années 80. A cette addition d'influences, les étiquettes psychédéliques, progressives et... stoner peuvent aussi se faire une place.

Concernant l'aspect 'progressif' de la musique de Mirror Queen, j'entends par là que les compositions peuvent se voir soudainement agrémentées de breaks pertinents (tels quelques plans versant dans un stoner/doom aux riffs plus incisifs et rugueux) ou de partitions instrumentales particulièrement étoffées (« Strangers in our own Time », « At the Borderline on the Edge of Time » et ses différentes couches de guitares), sans compter que les rythmiques ne sont jamais les mêmes d'un titre à l'autre ; en témoigne ce « Vagabondage » assez remuant qui possède au passage une partie justement assez détonante, laissant le soin à un long solo de guitare de nous estomaquer. Des traces psychédéliques surgissent ci et là, à l'image de l'instrumental « Dark Ships Arrived » ou de la longue coupure au milieu du morceau-titre ; on reste cependant encore loin d'un My Sleeping Karma ou Samsara Blues Experiment.

Personnellement, je trouve que du côté de Mirror Queen les parties de guitares sont parfaitement tenues, appuyées par un jeu de basse qui est tout sauf réduit à faire de la figuration ; cette association instrumentale et l'utilisation à bon escient des cymbales donnent vraiment de la consistance à des titres plutôt passionnants à suivre, d'autant que la production est ajustée au contenu musical. Quant au chant, il développe des lignes plus éthérées et mélodiques, évoquant entre autres les vocalistes de Blue Öyster Cult. La transition est toute trouvée pour parler un peu justement de cette cover du B.Ö.C placée en fin d'album, Mirror Queen n'a pas choisi le titre le plus évident ou connu de la formation de Long Island en jetant son dévolu sur un « Wings Wetted Down » dont l'ambiance correspond plutôt au ton global de « Scaffolds of the Sky ». Une reprise assez fidèle dans l'interprétation, plus heavy que l'original sans la dénaturer et non plus se l'approprier complètement.

« Scaffolds of the Sky » n'étant pas très long, il est de ces albums relativement faciles à digérer et à se repasser 2 ou 3 fois de suite. Et si j'ai parfois eu le sentiment de décrocher un peu sur des partitions plus lentes (soporifiques diraient d'autres), chaque composition affiche suffisamment de créativité pour que tout aficionado d'un heavy/hard rock à tendance doom et psyché trouve de quoi s'éclater un peu avec cet album.





Rédigé par : gardian666 | 15,5/20 | Nb de lectures : 7889




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker