MIKE TRAMP - Museum (Target) - 15/01/2015 @ 07h41
Avec Museum, Mike Tramp poursuit son chemin dans la voie tracée par son précédent album, Cobblestone Street, paru en 2013. Les fans de la facette la plus hard rock du chanteur danois en seront encore une fois pour leur frais, mais il va falloir s’y habituer puisque l’ex-leader de White Lion et Freak Of Nature semble désormais uniquement concevoir sa musique dans un registre folk-rock dépouillé et majoritairement acoustique. La pochette du disque nous montre d’ailleurs un Mike tout sourire avec sa guitare sèche dans les mains, posant fièrement sur sa bécane. Pas de tromperie sur la marchandise, donc.

C’est un fait, le Mike Tramp nouveau semble aujourd’hui en paix avec lui-même et bien décidé à rompre avec un passé un peu trop encombrant. Du moins en studio, car le chanteur ne peut se permettre de faire l’impasse en concert sur ses hits passés. A ce titre, l’introductif « Trust in Yourself » fait figure de véritable profession de foi, avec des paroles on ne peut plus explicites : « I’m free, that’s me, and that’s the way it’s gonna be ».

On est aujourd’hui bien loin du retour mi-figue mi-raisin de White Lion au milieu des années 2000. Tant mieux, serait-on tenté de dire, puisque le chanteur s’avère tout à fait convaincant sur cette collection de folk songs intimistes et introspectives. Parmi les moments forts de l’album, citons les poignants « Better », « Mother » et « Time For Me To Go », sur lesquels le vocaliste nous invite à partager ses doutes, ses joies et ses peines. Assurément, Museum est un album fait avec le cœur.

Contrairement à bon nombre de ses collègues de la « grande époque », la voix de Mike Tramp n’a pas subi les ravages du temps. Certes, le chanteur ne pousse désormais plus sa voix éraillée jusqu’à la rupture comme ce fut le cas autrefois avec White Lion, mais cela convient parfaitement avec style pratiqué. A ses côtés, Mike Tramp peut également compter sur le talent du multi-instrumentiste Soren Andersen (vu en live avec Glenn Hughes, notamment), responsable des arrangements et du travail de production.

Lassé d’attendre un hypothétique come-back de l’énigmatique Vito Bratta pour remettre sur pied le Lion Blanc, Mike Tramp a décidé depuis plusieurs années de tracer sa route sans regarder en arrière. On ne saurait lui donner tort tant le chanteur semble aujourd’hui épanoui. A vous de voir cependant, si vous êtes prêts à suivre le vocaliste danois dans sa nouvelle direction musicale.



http://miketramp.dk - 97 visite(s)


Rédigé par : up the irons | 13.5/20 | Nb de lectures : 9149




Auteur
Commentaire
Steve
IP:109.212.60.93
Invité
Posté le: 15/01/2015 à 22h17 - (115411)
J'avais bien aimé son premier album solo "Recovering the wasted years" et même le suivant "More to life than this", mais ensuite je trouve qu'il ne fait plus que se répéter, aussi bien au niveau des textes que de la zique, devenue très quelconque finalement par rapport à tout ce qui se fait dans le folk-rock en ce moment (un nom ? Matt Mays par exemple, excellent chanteur canadien à suivre, et son album "Coyote" sorti l'an dernier)

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker