MENACE - Impact Velocity (Season of Mist) - Selection VS du 21/02/2014 @ 07h56
MENACE, c’est assez curieux comme nom de groupe. Cela annoncerait-il un projet musicalement « menaçant » pour Mitch Harris, guitariste de NAPALM DEATH ? Absolument pas. D’ailleurs, la découverte du premier single "I Live With Your Ghost" avait décontenancé son monde, il est clair que l’on attendait pas vraiment ça de Mitch surtout que Shane Embury (NAPALM DEATH bien évidemment) et le batteur Derek Roddy (dont le CV comporte des participations à du brutal genre AURORA BOREALIS, BLOTTED SCIENCE, HATE ETERNAL, MALEVOLENT CREATION, NILE, TODAY IS THE DAY…) sont de la partie, et même Max Cavalera a été un temps associé au projet. Pourtant, le propos musical de MENACE n’est pas étonnant pour qui a suivi scrupuleusement le parcours de Mitch. MENACE en a donc appelé aux souvenirs de MEATHOOK SEED, projet de Mitch (et Shane également) qui avait signé deux albums dans les années 90 : Embedded (1993) qui donnait dans une sorte de Death Metal industriel puis B.I.B.L.E. (1999) qui avait pris un virage plus cool, plus « progressif ». Beaucoup se sont rappelés de ce second album à l’écoute des premiers extraits de Impact Velocity qui signe le début de l’aventure MENACE, qui au premier abord devrait assurer la continuité de MEATHOOK SEED 15 ans après B.I.B.L.E.. Absolument pas. Enfin, disons qu’on y retrouve une certaine base mais le résultat est bien différent…

Alors on pourrait se dire que vu qu’il y a Mitch Harris et Shane Embury, il suffirait de remplacer Derek Roddy par Danny Herrera, virer les autres musiciens, accélérer le tempo des compositions et mettre Barney au chant, ce qui nous donnerait… ben, du NAPALM DEATH. Aucun intérêt, car bien sûr MENACE n’est pas NAPALM DEATH et n’est donc pas spécialement destiné aux fans de NAPALM. C’est Mitch qui se fait son petit projet et qui veut faire quelque chose de différent de son Deathgrind habituel. Mitch dit d’ailleurs de MENACE que « It’s more than just a band or a solo projet, it’s the result of my life’s work ». Qu’est-ce que ça donne alors ? De l’A.I. ou « audio-installationism » selon Mitch. Cela ne va pas nous avancer pour le moment mais MENACE n’est pas forcément facile à classifier. « Rock/Metal progressif » est assez fourre-tout, surtout que les termes « Rock » et « progressif » sont discutables mais ça reste un raccourci acceptable. Jouons plutôt au jeu des comparaisons et du name-dropping. Pour moi ce qu’il ressort de Impact Velocity, c’est ce qu’aurait pu faire DEVIN TOWNSEND s’il avait essayé de faire du AYREON, ou plutôt du STAR ONE période Space Metal en plus « simple », moins true prog, plus accrocheur. D’ailleurs certains passages de B.I.B.L.E. de MEATHOOK SEED étaient assez proches des travaux de DEVIN TOWNSEND, ce qui amène un gros point commun entre projet passé et projet présent et un partage d’influence, même s’il est difficile de savoir si Mitch s’est réellement inspiré de l’œuvre du divin chauve canadien. MENACE reste un projet personnel, assez unique en son genre même, qui va nous donner un album au minimum intéressant, au mieux carrément génial. Je ne vais pas vous cacher bien longtemps vers quel extremum je me situe…

Mitch assure toutes les parties de guitare et les claviers sous le pseudo « Synergus », et surprise de taille c’est lui-même qui assure tout le chant sous un alter-ego nommé « Cygnus ». Première curiosité de Impact Velocity surtout que Mitch ne tenait pas le micro chez MEATHOOK SEED. S’il est clair que ce n’est pas un grand chanteur, il parvient à tenir la baraque grâce à des variations étonnantes, et surtout sa performance vient du fond du cœur et transpire la sincérité, prouvant que MENACE n’est pas un projet calculé ou forcé. La sincérité du chant va alors servir la musique, qui se veut accrocheuse mais pas dans l’optique de créer du hit à la pelle. Impact Velocity est très varié et si vous vous étiez arrêtés sur les trois singles, le reste de l’album pourrait bien vous surprendre et ce de plusieurs manières. MENACE pratique un Metal «« progressif »» aux compos directes agrémentées de divers claviers qui posent des ambiances et des sonorités résolument futuristes, accompagnées de quelques cordes et d’électronique assuré par Nicola « Radix » Manzan. Mais MENACE n’est pas du genre dégoulinant et ce qui ressort, c’est la simplicité du propos qui est pourtant servie par de nombreux apparats musicaux, où morceau après morceau nous découvrons la richesse de l’univers musical proposé. Autant dire que l’équilibre est remarquable et que Impact Velocity est un album qui peut plaire à tout le monde, amateurs de Metal progressif/atmosphérique à la base comme mordus de Metal plus extrême et bourrin qui s’autorisent de temps à autre une pause et qui préfèrent quand ça vient de metalleux. Les paroles sont variées, je vais vous laisser les découvrir et elles ne semblent pas suivre un concept particulier, mais ce qui est sûr, c’est qu’elles sont basées sur les propres expériences et émotions de Mitch, ce qui se ressent à chaque instant et confère à Impact Velocity un certain impact émotionnel, pour un album prenant et, quelque part, onirique, donc dépaysant, étrange et surprenant tout autant qu’il est accrocheur et même efficace.

"I Live With Your Ghost" qui ouvre l’album n’est pas forcément représentatif, c’est un opener catchy qui remplit le rôle de tube pour accrocher d’emblée. Mais on découvre déjà l’univers de MENACE, son ambiance futuriste, ses sonorités particulières, et ces riffs simples qui ont une sous-couche de NAPALM DEATH et MEATHOOK SEED surtout que Russ Russell s’est chargé du son. On découvre aussi la forme des morceaux de Impact Velocity, classique couplet-(pont-)refrain mais terrible, et surtout porteur de surprises : le dernier couplet de "I Live With Your Ghost" est magique, et MENACE n’hésite pas à user de ce schéma à l’envi pour nous livrer des fins de morceaux exceptionnelles (notamment "Multiple Clarity" et "Positron" mais je vais y revenir). Toutefois, après ce vrai « single » d’entrée MENACE va s’échiner à montrer toutes ses facettes en variant son propos. Les 3 morceaux suivants sont donc les plus calmes : "Painted Rust" est sublime et épique, toujours dans un esprit futuriste qui me fait penser à ce qu’avait fait ATOMA, et mine de rien Mitch assure aux vocaux (même s’ils semblent un peu trafiqués ici), parvenant sans mal à transmettre des émotions avec des variations bienvenues (notamment vers 2’30 où son chant en devient très touchant). "Multiple Clarity" poursuit dans cette veine mais avec une plus forte emphase sur les riffs (accompagnés de superbes violons en fond), les couplets sont particulièrement prenants, et le couplet final est très poignant, faisant de ce morceau la plus belle pièce de l’album. "To the Marrow" est plus classique et plus simple mais on se laisse toujours prendre au jeu des mélodies et du chant (le refrain est à nouveau très touchant), surtout quand la fin du morceau s’offre des accents à la ARCTURUS période Sideshow Symphonies.

On quitte le registre « cool » de Impact Velocity pour se diriger dans des directions différentes. "I Won’t See the Sun" est la piste la plus directe de l’album, dans un esprit très DEVIN TOWNSEND avec ces synthés qui doublent les riffs. Mais même quand elle se la joue simple et efficace, la musique de MENACE est toujours riche avec des arrangements et des lignes vocales travaillées, pour un morceau court mais très majestueux. "Drowning in Density" est à mon sens le seul accroc de l’album, les compos ne décollent pas et le refrain est plat, dommage car Mitch est à nouveau excellent dans les couplets, mais même moyen MENACE fait toujours de bonnes choses. De toute façon le meilleur est à venir avec cette tuerie qu’est "Positron" : le début du morceau, avec un refrain très posé, n’est peut-être pas surprenant (malgré les riffs qui font mouche d’emblée) mais le dernier couplet est absolument fantastique ! Mitch se lâche avec ses gimmicks vocaux et le résultat est saisissant et fabuleux, quelle claque ! Impossible de ne pas reprendre à tue-tête ses « Positron, Posi-troooooon » tout en appréciant claviers et violons ainsi que le final épique comme jamais. "Everything and Nothing" remet les riffs appuyés à l’honneur pour un morceau efficace, à nouveau sublimé par un très bon refrain et une dernière partie époustouflante.

Et maintenant que MENACE a sorti les gros riffs, il ne va plus les lâcher pour le reste de l’album qui va, c’est sûr, en surprendre plus d’un. Certes le début de Impact Velocity et MENACE tout entier surprenait déjà, mais en réalité Mitch va désormais récupérer plus d’éléments de son groupe principal NAPALM DEATH. Les riffs retrouvent une véritable vibe NAPALM, même s’ils ne sont bien évidemment pas aussi bourrins (on penche d'ailleurs vers ce qui s'était fait dans les deux albums de MEATHOOK SEED), mais l’esprit est bien là. Impossible ne pas tiquer dès que les guitares se mettent en marche pour "Within Context", même si le côté MENACE de Mitch reprend vite le dessus grâce à des passages plus cool. Mais nous ne sommes pas au bout de nos surprises car Mitch s’autorise sans crier gare des screams comme il en fait dans NAPALM DEATH ! "Malicious Code" reste dans cette lignée et le chant de Mitch finit par se marier à la perfection à ces riffs plus croustillants, inattendus au vu du début de l’album, tandis que ce morceau finit par partir dans un délire musical qui évoquera les expérimentations les plus tarées de DEVIN TOWNSEND. Un côté foufou qui va se retrouver à fond les ballons dans le morceau-titre où tout le monde se lâche, Derek « Samorost » Roddy pour quelques blasts (!) et Mitch pour des compos et des lignes de chant alambiquées (avec à nouveau ses cris hallucinés à la NAPALM). Mais il est le temps de laisser place à ce générique de fin qu’est "Seamless Integration", piste la plus électronique et originale de Impact Velocity ou des passages narratifs laissent place à un formidable refrain destiné à être repris à chœur, avant un final dépouillé tout en ambiances. Enfin l’édition digipack de l’album propose un bonustrack dénommé "Insult to Injury", à nouveau plus rentre-dedans avec un chant crié sur les couplets, démontrant quelque part que dans la globalité de Impact Velocity, MENACE est à NAPALM DEATH ce que les projets solo de DEVIN TOWNSEND sont à STRAPPING YOUNG LAD.

Avec un ensemble de morceaux qui ont chacun leur propre identité, MENACE est un projet original qui a une véritable vision et une véritable cohérence, au sein d’un Metal futuriste de haut vol, qui n’en fait pas des tonnes et réussit le tour de force de faire preuve de richesse au sein de sa simplicité apparente et assumée. L’important est surtout que Mitch Harris a livré sa vision pour son projet, projet qui vient du cœur et des tripes et qui est livré avec sincérité et passion, sans chercher à faire un truc énorme MENACE propose pourtant un album déjà abouti et totalement réussi, souvent épique mais aussi véritablement touchant. Il y aurait des reproches à faire, on peut trouver l’ensemble naïf par moments, Mitch peut faire encore mieux au chant (mais personnellement j’ai du mal à reprocher quoi ce soit à un chant aussi authentique), la production est parfois un poil abrasive pour ce genre de musique et les deux bassistes, Shane « Erebus » Embury et Fred « Serpens » Leclerq, n’apportent rien de vraiment significatif, mais il est difficile de ne pas tomber sous le charme de ce petit album qui est finalement très grand. C’est aussi ça la force de MENACE, c’est un charme indéniable qui opère dès la première écoute et qui ne s’estompe pas facilement. Mitch a voulu faire passer des émotions et de ce point de vue Impact Velocity est une franche réussite, avec des morceaux de premier choix dont certains ont un impact émotionnel très fort et resteront gravés à jamais. C’est pas du NAPALM DEATH, mais il y en a un peu et de toute façon MENACE est MENACE, un projet génial qui a pondu un album tout simplement beau, magnifique et magique même. Posi-troon, Posi-troooooon !




Rédigé par : ZeSnake | 17/20 | Nb de lectures : 19494




Auteur
Commentaire
kane
IP:82.120.59.158
Invité
Posté le: 21/02/2014 à 12h10 - (111071)
Je suis intrigué, je vais écouter. Y'a tout pour me plaire.

Sperme de nain
IP:97.125.132.1
Invité
Posté le: 21/02/2014 à 14h08 - (111074)
Très agréablement surpris par les extraits !

vincesnake
Membre enregistré
Posté le: 21/02/2014 à 17h23 - (111083)
Un projet parallèle intéressant mais je n'adhère pas du tout à la voix.

Moshimosher
Membre enregistré
Posté le: 23/02/2014 à 21h45 - (111114)
Une bonne surprise, en fait... et pour le coup, j'aime bien la voix ! Les deux derniers clips sont vraiment puissants, je trouve ! :)

Adacrar
IP:82.64.165.204
Invité
Posté le: 26/02/2014 à 14h40 - (111167)
Aime pas trop leur musique, mais putain les clips sont du bon travail^^

TheCarpenter
Membre enregistré
Posté le: 26/02/2014 à 16h31 - (111169)
Concrètement c'est quelle style ça ? Metal alternatif ? Hard rock ?

ZeSnake
Membre enregistré
Posté le: 26/02/2014 à 16h48 - (111172)
un petit peu du premier, rien du second :)
c'est une sorte de Metal progressif futuriste, avec des morceaux à structure simple couplet/refrain, voilà tout.

Bras cassé
Membre enregistré
Posté le: 26/02/2014 à 17h30 - (111173)
Excellente kro serpent, très détaillée et qui donne envie. L’album sort dans 3 semaines, je verrai à ce moment-là mais l’extrait est intéressant.

ANKHOU
IP:78.122.50.232
Invité
Posté le: 26/02/2014 à 20h58 - (111178)
J'adhère pas trop à la musique (pas d'émotion en ce qui me concerne) mais chapeau à la Marchande de Sable ds les 2 derniers clips!

vsgreg
Membre enregistré
Posté le: 04/03/2014 à 15h29 - (111220)
J'ai très vite pensé à Meathook Seed au premières ecoutes de l'album .... et vraiment au second Meathook Seed pour la proximité avec Killing Joke.

Malheureusement j'aime pas trop ce second disque et je pensais que ça passerait pas.

Mais à force d'ecoutes, le disque est très riche et passe de mieux en mieux.

Le côté décallé et étrange du chant de Mitch est déconcertant aux premiers écoutes ... je pensais que ça allait me rebuter et au final, j'arrive à m'y faire.

Un disque très chouette en tout cas !



Moulinexxx
Membre enregistré
Posté le: 17/03/2014 à 11h38 - (111396)
J'approuve cette kro à 100%, cet album est un pur chef d’œuvre, tout simplement.

Je suis fan de Devin Townsend (de ses débuts surtout) mais je ne supporte pas qu'on le plagie, or ici même si on pense parfois au Canadien, ce projet si singulier a une identité tellement forte qu'on finit par ne plus le comparer à quoi que ce soit.

Bref, tout a été superbement dit et de façon très juste dans la kro.

Très certainement album de l'année, les vrais coups de cœur étant ceux que l'on attendait pas.



Kairos
IP:86.221.184.176
Invité
Posté le: 30/03/2014 à 16h43 - (111579)
les extraits ont éveillés ma curiosité, mais 2 ou 3 écoutes complètes ne m'ont pas emballé. L'album est plutot chiant pour ma part

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker