MATGAZ - T'arrives ou tu repars : 60 jours sur la route avec James Leg et Mars Red Sky (Kicking Books) - 02/09/2014 @ 07h42
La vie sur la route a toujours alimenté l'inspiration des saltimbanques qui l'ont expérimentée au cours de leurs vies d'artistes. Si la légendaire maxime "On the road again !" reste encore aujourd'hui le cri de guerre de tant de musiciens sur la route, c'est qu'il y a une raison, c'est pas juste pour le "Style"...
Beaucoup de zicos le disent : A l'heure actuelle, le seul moyen pour un groupe d'exister et de subsister c'est de donner des concerts et de tourner. Comme le dit très bien Matgaz dans ce livre, à l'heure actuelle, un musicien ne peut plus se contenter QUE de jouer de son instrument... il doit poster régulièrement des infos sur les réseaux sociaux (même si il n'a pas forcément grand chose à raconter), tenir le stand du merch´ après le concert, conduire le van, gérer le biz' avec le label, avoir un œil sur les ventes afin de réapprovisionner les stocks en temps voulu... bref, le musicien "moderne" doit être plus que jamais "multi fonction".
Matgaz (vu que c'est lui qui nous intéresse aujourd’hui) est le batteur de MARS RED SKY, JAMES LEG et EPIQ. Après avoir usé ses baguettes aux quatre coins du monde, le bandanné a décidé de compiler ses notes de tournées, le bougre gardant toujours un petit carnet afin d'y noter les événements qui jalonnent la vie sur la route. Séquencé en trois parties (MARS RED SKY en Amérique du Sud puis en Europe et JAMES LEG sur le vieux continent), "T'arrives ou tu repars ?" nous propose sur 169 pages de nous emmener dans les aventures d'un batteur qui n'a pas sa langue dans sa poche.

Si les paragraphes de "T'arrives ou tu repars ?" sont rédigés sous la forme de "brèves" de concerts, ce n'est pas pour autant que le style est négligé. La plume de MATGAZ est directe, incisive et alimentée par un lexique gargarisé d'expressions imagées et de mots tout droits sortis de la quatrième dimension bordelaise. En quelques phrases, MATGAZ nous plante le décor du lieux de ses concerts, des personnes qu’il rencontre et des situations qui ont retenu son attention... et/ou lui ont pourri la vie. Un peu comme un Bénabar "Psyché", le batteur nous raconte les petits soucis du quotidien qui font tout le sel de la vie sur la route et qui amènent à appréhender le concert avec plus ou moins de sérénité. Attention cependant, quand je dis Bénabar, c'est la version "Hardcore censurée et interdite aux mineurs". MATGAZ n'est pas le genre de gonze à y aller par quatre chemins et ne se prive pas pour donner de francs avis sur les groupes avec lequel il joue ou sur les lieux et régions dans lequel il joue. Du coup, le récit apparaît frais et honnête et si le livre ne plaira peut être pas à tout le monde il à le mérite d'être honnête et de ne pas donner dans le cirage de pompes.

Plaisant, le livre se lit très vite et séduit rapidement par le ton humoristique et la gouaille de Matgaz. Si on gratte cependant le premier vernis de rigolage qui surgit de prime abord, on découvre ensuite tout le travail que doivent fournir les musiciens lambda qui veulent s'en sortir et les trésors de débrouillardises qu'ils doivent déployer jour après jour. Entre les plans galères, les désillusions, les incompétents et les abrutis de compèt', on voit bien qu'il faut avoir l'envie de faire de la musique chevillée au corps pour continuer. Tracer obstinément, sans se poser de questions... et pour parfois (souvent) pas grand chose.
Du coup, par rapport à des récits de rock star émaillés de "Je m'en foutisme" et de drogues diverses et variées, "T'arrives ou tu repars" dépeint une réalité où les difficultés économiques amènent un certain sérieux gommant l'insouciance et la fête débridée. Cela n’empêche pourtant pas "T'arrives ou tu repars" d'être plutôt lumineux, les satisfactions et la joie ressenties par l'auteur perçant au travers d'un petit détail, d'un concert fumant avec quelques centaines de personnes ou lors de la complicité partagée avec les collègues musiciens.

Premier pas dans l'écriture pour Matgaz, il réussit avec "T'arrives ou tu repars ?" un livre vraiment agréable à lire. Pas de quoi en faire tout un plat, mais largement de quoi en faire un carnet de route". Et tout ça pour 10 E en plus... on dit merci qui ?

Titre : T'arrives ou tu repars ? 60 jours sur la route avec James Leg et Mars Red Sky
Par : Matgaz
Editeur : Jarnac Vs Seattle / Kicking Books
Nombre de pages : 169
Prix : 10 Euros



Rédigé par : Pamalach | We're the Roadcrew/ | Nb de lectures : 11296




Auteur
Commentaire
..::Ju::..
Membre enregistré
Posté le: 02/09/2014 à 22h18 - (113422)
Waou
Trop cool, comme ça donne envie, cette chronique !
Bien joué Pam, tu as le don pour me faire dépenser des thunes... :)

J'aime en général ces livres simples et directs, sans politiquement correct et dont l'auteur ne se préoccupe pas des apparences. Je crois que je vais me laisser tenter...





pamalach
Membre enregistré
Posté le: 02/09/2014 à 23h55 - (113423)
Oui franchement ça se lit hyper facilement et il y a des passages qui valent leurs pesants de cacahouètes !




Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker