MANILLA ROAD - Metal/Invasion (Golden Core) - 07/11/2014 @ 08h20
Il y a un peu plus d'un an, je vous parlais d'« Invasion », premier album de Manilla Road paru en 1980 et ré-édité par les labels Shadow Kingdom et High Roller aux formats CD et vinyle. Il est vrai que depuis plusieurs années entre de nouvelles productions studios, la discographie des années 80 et 90 de Manilla Road est ré-exposée à coup de ré-éditions en pagaille.

Celle faisant l'objet de cette chronique s'est pour ainsi dire, déjà produite en 2004, sous la houlette de Cult Metal Classics Records. A l'époque « Invasion » et son successeur « Metal » (1982) se retrouvaient ensemble au sein d'un double digipack.
10 ans plus tard, le label allemand Golden Core a décidé de mettre ces 2 premiers albums 'historiques' du groupe américain sur un seul CD, pour proposer sur un 2ème des traditionnels bonus : morceaux live, inédits, enregistrements issus des répétitions, etc. Le livret contient lui toutes les paroles, des photos et en préambule une longue interview de Mark 'Shark' Shelton.

De manière un peu étonnante, le premier CD de cette ré-édition propose l'album « Metal » d'abord, ce qui chronologiquement n'est pas le plus (crystal) logique. Je vous ai déjà parlé de « Invasion », pour le résumer je disais, « c'est un album heavy et rock n'roll avec un sens de la composition marqué, rappelant par moments une sorte de RUSH en plus couillu et moins propre ».

« Metal » qui lui succède se situe dans une veine similaire et est aussi marqué par cette production brute où la section rythmique rugueuse et vieillotte dégage un charme certain. « Enter the Warrior » en ouverture a le mérite de mettre les choses au clair, ce titre à la fois saccadé, presque dansant, est assez primitif et met pour le moins en avant cette voix éraillée/nasillarde très particulière, qui a pu, peut, et pourra en repousser plus d'un. Mais si vous souhaitez continuer l'écoute, le court et ultra efficace « Defender » vous donnera les velléités nécessaires pour défendre notre planète contre de possibles envahisseurs (c'est ce qu'ils disent dans les paroles) !

Le tandem basse/batterie est très à l'avenant, renforçant l'aspect « préhistorique » des compositions. Les plans de guitares sont soient peu distincts (le très catchy « Far Side of the Sun », présenté ici dans une version raccourcie) ou bien rarement du genre à marquer les esprits (le bourru « Queen of the Black Coast » qui sonne un peu forcé ou le morceau « Metal » ayant besoin de 4 minutes pour décoller !).

LA pièce à retenir de ce 2ème album de Manilla Road est sans conteste « Cage of Mirrors », petit bijou de près de 9 minutes d'un heavy metal épique balbutiant mais très prometteur. Les phases intro/outro en douceur sont remarquables, et le plus gros du titre est riche en rebondissements : enfin de vrais riffs et solis (ceux sur « Out of Control with Rock'n'Roll » auparavant valent aussi le coup) et un Shelton appliqué et faisant preuve d'une belle maîtrise vocale.

Le 2ème CD contenant titres live et captés en répétitions, s'adresse vraiment aux die-hard fans du groupe. Le son y est souvent roots et peu équilibré, pour un inédit (live) « Over and Over Again the End » vient même à saturer après 3 minutes, c'est plutôt inaudible...

Les débuts de Manilla Road ne sont clairement pas ce qu'il y a de mieux dans la (longue) carrière du groupe, quelques bonnes idées y ont germées, enfouies au milieu de morceaux ayant pour beaucoup mal vieilli avec un degré d'efficacité peu élevé. Ces 2 premiers albums sont avant tout les témoignages et prémices d'une discographie qui s’avérera par la suite bien plus brillante.



http://www.manillaroad.net/ - 131 visite(s)


Rédigé par : gardian666 | Réédition pour l'histoire/ | Nb de lectures : 10040




Auteur
Commentaire
Raoul Volfoni
Membre enregistré
Posté le: 08/11/2014 à 06h59 - (114604)

J'aime beaucoup "The Deluge" et les 2 derniers.
Le cote Roots et Raw me plait bien mais la ca picotte les oreilles. Je passe.



ManOfShadows
Membre enregistré
Posté le: 13/11/2014 à 11h38 - (114710)
Ces deux albums ont une espèce de charme suranné. Tous les groupes doivent bien commencer, et ces débuts discographiques sont certes très immatures mais il y déja la griffe Manilla Road et les très bons solos de Mark Shelton, qui est surement l'un des solistes/compositeurs les plus sous-estimés du monde.

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker