MALEFICENTIA - Finis Gloriae Mundi (Khaos Division) - 21/08/2014 @ 08h38
Revoilà enfin MALEFICENTIA, auréolé d’une grande attente sur son dos, six ans après Revelation From The Ancestral Whisper. Le groupe francilien ne jouit pas d’une énorme notoriété, mais les connaisseurs connaissent la qualité du Black sympho que le groupe propose depuis le début des années 2000, une qualité qui n’a pas peut-être pas récolté une reconnaissance méritée, mais au moins les fans sont à l’affût. MALEFICENTIA ne sera probablement jamais un des groupes de Black sympho les plus en vue de la planète, mais ce qu’on attend, c’est du bon Black sympho, mélodique, old school, inspiré et traditionnel, bien loin de certaines grosses formations qui ont pêché par surproduction. Underground mais-pas-trop, MALEFICENTIA a depuis ses débuts capitalisé sur le Black sympho des 90’s, sans en faire des tonnes donc en restant authentique. Des bons riffs, de bonnes mélodies et de bons arrangements symphoniques suffisent et le groupe l’a bien compris. Born Of Steel And Fire (2000) et Under The Banner Of Suffering (2003) étaient donc d’excellents disques de Black sympho nineties, de mon avis Revelation From The Ancestral Whisper marquait un petit peu le pas mais restait un album plaisant, sans prétention. Finis Gloriae Mundi va permettre à MALEFICENTIA de poursuivre son modeste parcours discographique, toujours avec classe et application.

En 6 ans d’absence discographique, le style de MALEFICENTIA n’a pas bougé d’un pouce. Ce n’est pas ici que vous trouverez une once de modernité, ni même des arrangements sympho Disney ce qui semble être la mode chez les groupes « sympho », MALEFICENTIA est resté le même, et ce depuis ses débuts. On notera juste la disparition des corpsepaints et des pentacles pour les photos promo, mais musicalement le groupe en est resté à son Black sympho classique mais raffiné, avec force trémolos mélodiques et blasts, accompagné des vocaux black rocailleux et des voix death bien senties de Daevhorn, qui livre d’ailleurs ici sa meilleure performance, c’est tout simplement une voix parfaitement taillée pour ce type de Black sympho. La production est d’ailleurs également au diapason, ni trop crue ni trop gonflée. Par rapport aux deux premiers albums, on notera toutefois que les morceaux proposés sur Finis Gloriae Mundi sont moins longs (7’44 maximum), et que comme toujours l’album se déguste d’une traite. L’intro "Silence and Perdition" est lancée, nous sommes donc partis pour 49 minutes d’un Black sympho traditionnel très bien goupillé, entre assauts de trémolos/blasts, belles mélodies, cavalcades de claviers, breaks somptueux, lignes vocales bien menées, le tout formant un disque de Black sympho certes simple mais très entraînant, se ménageant quelques passages particulièrement épiques.

Si tout comme Revelation From The Ancestral Whisper, Finis Gloriae Mundi pêche parfois par excès de trémolos qui en deviennent un peu crispants, le reste est parfaitement dosé, notamment au niveau des claviers (ni trop ni pas assez, ne partant jamais dans des délires orchestraux imbuvables). Dommage qu’en dépit de passages foutrement prenants, Finis Gloriae Mundi manque d’un véritable hymne, ce qui permet de général de faire décoller n’importe quel disque de Black sympho. Une certaine linéarité s’installe mais dans sa globalité l’album demeure très plaisant. En ce qui me concerne MALEFICENTIA aura finalement tout dit avec ses deux premiers albums, mais 11 ans après Under The Banner Of Suffering il n’a pas baissé en qualité, bien qu’il ne propose rien de foncièrement neuf. Le temps n’aura donc pas eu d’influence sur MALEFICENTIA, qui porte fièrement la bannière du Black sympho traditionnel des 90’s. Un album de plus dans le genre certes, mais un album de Black sympho old-school qui ne part pas dans le kitsch ou l’approximation underground est une denrée finalement assez rare en 2014. Finis Gloriae Mundi ne révolutionne rien mais pour tout fan de Black sympho typé nineties qui cherche quelque chose d’équilibré et de bien fait, cet album est assurément à posséder dans sa discographie. Pour ceux qui étaient déjà fans de MALEFICENTIA, il s’agira de situer cet album par rapport aux autres mais ce qui est sûr, c’est qu’il ne décevra personne. Sans faire de chichis, MALEFICENTIA continue donc avec réussite à se porter garant d’un certain « trve » Black sympho.




Rédigé par : ZeSnake | 15/20 | Nb de lectures : 11814




Auteur
Commentaire
Will
IP:90.27.207.47
Invité
Posté le: 21/08/2014 à 21h12 - (113279)
Pas mal, mais un peu léger des fois. Disons qu'il est loin le temps des pionniers...
En matière de black sympho, le meilleur truc que j'ai entendu ces dernières années, avec le Lamendam de Carach Angren - et j'attends l'album de pied ferme (apparemment il devrait sortir d'ici la fin de l'année, mais il est tout le temps repoussé...), c'est Deathcode Society.

mydrin
Membre enregistré
Posté le: 21/08/2014 à 23h59 - (113280)
voilà une belle chronique, fidèle depuis leurs débuts je ne suis, une fois de plus pas déçu par ce nouvel album, bien au contraire, il est pour moi le plus travaillé et le plus abouti, bravo les gars



Ivan Grozny
Membre enregistré
Posté le: 25/08/2014 à 12h39 - (113299)
Très sympathique ce groupe français.



yann
IP:17.70.84.124
Invité
Posté le: 25/08/2014 à 15h23 - (113302)
j'ai reçu l'album il y a 3 jour et franchement c'est une tuerie, pour moi c'est et de loin leur meilleur et le plus abouti. j'ai hate de les voir en concert.

dédé
IP:82.229.167.171
Invité
Posté le: 26/02/2015 à 22h33 - (115884)
Daevhorn et sa bande, vous déchirez, hail !!!

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker