MALADIE - Still (Apostasy) - 03/04/2015 @ 07h54
Pas évident de taper des chroniques alors qu’une vilaine grippe nous empêche de faire quelque chose d’un tant soit peu constructif. Mais on va quand même essayer, avec un groupe très à-propos : MALADIE. Fallait l’inventer. Ou alors c’est une mise en condition ? Pour cela il aurait fallu bien plus qu’une simple grippe, le groupe s’étiquetant « Plague Metal ». Le groupe ? Voilà une notion qui se retrouve bien pour MALADIE, formation originaire d’Allemagne qui compte pas moins de… 9 membres ! Un collectif pas loin de THE OCEAN dans la démarche, même si l’ensemble paraît volontairement plus stable (enfin pour l’instant). Et pas de all-star band pour le coup, MALADIE comportant des membres de combos pas forcément très connus comme TOMBTHROAT, SPHERON, RAW, DAWN OF DISEASE, DEADBORN ou encore JACK SLATER. Plus parlant pour VS, nous retrouvons également au sein de MALADIE Déhà, reconnu ici même pour ses travaux avec WE ALL DIE (LAUGHING) et MERDA MUNDI au milieu de sa foultitude d’autres projets parmi lesquels CLOUDS et VAER. Le belge exilé en Bulgarie prête main forte à MALADIE depuis sa formation en 2009, en assurant vocaux, claviers et violoncelle (!). 9 membres, des têtes pensantes prolifiques et voilà que MALADIE s’annonce déjà comme un projet riche et quelque peu imprévisible. Après Plague Within sorti de manière un peu inaperçue en 2012, voici Still toujours chez Apostasy Records qui va montrer un groupe en pleine évolution et qui surtout semble capable de faire quelque chose de grand, une MALADIE à potentiel pandémique.

Avec un nom comme MALADIE, on pense de suite avoir affaire à du Metal quelque peu désenchanté, sombre et dépressif, et on ne s’y trompera pas. Si la base est un Black-Metal mélodique qui avait été notamment mis en exergue sur Plague Within, pas facile d’accès car un peu trop cru et se contenant parfois d’aligner trémolos sur trémolos, Still va montrer que la MALADIE a beaucoup de cordes à son arc, beaucoup d’angles d’attaque de son organisme hôte, proposés par 9 âmes malades qui transmettent leur douleur par le biais d’un Metal décharné mais néanmoins créatif. Still se pose alors comme la collusion entre un BM dépressif pas trop raw, à la TOTALSELFHATRED (le premier album) par exemple, et un Metal avant-gardiste et progressif qui use de chants clairs et d’instrumentations plus classiques comme de nombreux claviers, cordes et cuivres. Naturellement, et même si je ne sais pas quel est le degré d’implication de Déhà dans la composition, on retrouve aussi une vibe chère au chevelu belge qui se retrouve dans WE ALL DIE (LAUGHING) et les vocaux arrachés chers à MERDA MUNDI. Voilà pour la forme mais ce n’est qu’un résumé barbare de ce que propose MALADIE, certes mélancolique et dépressif mais aussi accrocheur et agressif à certains égards. Ceux qui avaient déjà été contaminés par Plague Within vont découvrir un MALADIE mieux produit qui varie nettement son propos, la durée de Still fait d’ailleurs quasiment le double de son prédécesseur (72 minutes contre 38), même si le combo allemand (d’origine) multiplie interludes et autres passages/breaks dépouillés gorgés de claviers tristounets. Mais pour le Metal, MALADIE n’y va pas avec le dos de la cuillère avec des pistes tournant d’un peu moins de 8 à 18 minutes. Il est toujours difficile d’encaisser une MALADIE alors préparez votre auto-médication pour affronter Still.

On entre directement dans le vif du sujet avec "Demutatio" qui nous accueille par des chœurs religieux du plus bel effet, première surprise à mettre au crédit de MALADIE avant d’autres, comme le départ en riffs doublés par des claviers pour un effet très Black Sympho, alors que les vocalistes Black s’égosillent déjà. Des prestations vocales très prenantes qui font aussi une bonne partie du charme de MALADIE, en plus des passages en chant clair très aériens, beaux et maîtrisés (on a même le droit à des strophes en français), le collectif fait déjà preuve d’une certaine classe quand il s’agit de donner dans un Black progressif/avantgardiste raffiné (splendide intégration du saxophone) et mélodique (le solo est magnifique) mais qui sait aussi s’énerver quand il le faut, grâce à des blasts et des trémolos très sévères. Mais "Demutatio" n’est presque qu’une mise en bouche car le fleuve "Inexistentia" est à venir : le raffinement du groupe en est déjà à son paroxysme avec 18 minutes certes longues mais passionnantes, entre riffs lourds et belles montées de mélodies et trémolos, avec des chants parfaitement posés et alternés (certains breaks sont un régal) et quelques petites surprises (comme ces riffs d’obédience mélodeath inattendus), le tout se terminant par une outro très libératrice. Mais la MALADIE ne laisse qu’entrevoir la guérison avant d’attaquer de plus belle. Et pour "Asperitas" les allemands n’hésitent pas à sortir les riffs et les blasts pour un BM plus déglingué rappelant Plague Within, où les vocalistes se lâchent tandis que les gratteux proposent des compositions particulièrement lancinantes et efficaces, avec des fulgurances épiques remarquables aussi. L’effort est prolongé par l’excellent "Discrepantia", le morceau le plus varié, le plus percutant et le plus accrocheur de Still qui fait montre de toute la folie et de l’inventivité de MALADIE avec en sus des riffs et mélodies de premier choix. Et pour le dernier véritable morceau de Still, "Semivivus", le groupe va s’échiner à maintenir la tension qu’il a créé tout en creusant encore plus son aspect avantgardiste pendant 16 minutes. Du bel œuvre, une nouvelle fois grâce aux chants et aux compositions très inspirées et parfaitement goupillées, le tout se terminant à nouveau dans une explosion épique et mélancolique.

Still se termine par les 8 minutes de "Evigilantem", sorte de grosse outro mystique et théâtrale pas forcément indispensable malgré son final blastant car tout a été dit auparavant, et qui avec les différents interludes de l’album ("Agnitio", "Abdico", "Circuitus") allongent surtout la durée de l’album sans véritable plus-value, même si ces passages piano/acoustiques sont bien beaux et font office de belles respirations. Ce second opus de MALADIE n’est donc pas exempt de petites longueurs, et souffre parfois d’un petit côté foutraque et confus quand il en met partout avec son trident trémolos/blasts/cris de damnés, mais dans la forme nous sommes un cran au-dessus de Plague Within tout de même. La progression de MALADIE est évidente et l’équilibre parfait n’est pas loin, en tout cas les passages de grande classe sont déjà là, en plus d’une certaine personnalité même si les influences sont palpables à chaque instant. Grâce à de purs moments de grâce et à un style maîtrisé et inspiré même si l’on a vu plus digeste, Still est un album assez fort et prenant, qui ose et réussit en proposant, à mon goût, une sorte de IN TORMENTATA QUIETE (pour le côté baroque et théâtral avec l’alternance des chants (et le saxophone aussi)) qui aurait oublié de prendre son prozac et aurait écouté trop de BETHLEHEM. Déhà et ses camarades de jeu nous proposent donc une variation très intéressante et fouillée du Black dépressif et du Black avant-gardiste, pour un Still qui regorge de moments paradoxalement beaux et emplis de folie. Une MALADIE mentale qui ne laissera que peu de répit à votre cortex, mais quand on se retrouve dans un état second, c’est ça qui est bon. Gardez votre paracétamol ou votre ibuprofène à portée de main mais laissez-vous contaminer…




Rédigé par : ZeSnake | 15.5/20 | Nb de lectures : 8912




Auteur
Commentaire
Maladymaginerr
IP:82.237.110.228
Invité
Posté le: 07/04/2015 à 15h57 - (116426)
J'aime plutôt bien le premier, je suis curieux de découvrir celui-ci, la chronique donne envie.

Bras cassé
Membre enregistré
Posté le: 11/04/2015 à 04h50 - (116484)
Super kro qui donne envie

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker