MAD VOID - Disaster Brewery (Autoproduction) - 23/06/2016 @ 07h27
Tout le monde ou presque s’accorde à dire que depuis plusieurs années la scène française est d’une grande variété de styles et d’une haute qualité musicale, le dernier exemple en date nous vient de la jolie région normande d’où débarque ce quatuor formé l’an dernier avec des vieux briscards de la scène locale ayant évolué dans diverses formations de Stoner, Hardcore, Metal plus mainstream et même Rock U.S, du coup il n’est pas étonnant que ce premier EP rassemble toutes ces influences.

Car les gars n’ont pas perdu de temps et nous livrent déjà une première sortie de qualité et très professionnelle où l’on sent notamment rôder l’ombre de KYUSS, ORANGE GOBLIN et DOWN, d’ailleurs la bande à Phil Anselmo se fait entendre dès le départ avec l’excellent « Rise Up » où le riffing et la lourdeur sentent vraiment la Louisiane tout en sachant alterner entre parties agressives et d’autres plus posées et calmes avec d’ailleurs un solo tout doux et parfaitement en raccord, avant de repartir sur du tempo bien gras et massif afin d’obtenir un résultat très accrocheur et réussi. Avec « Time » on est sur du mid-tempo bien lourd et qui s’écrase encore plus par la suite avant de relâcher son étreinte au milieu du titre pour mieux ensuite revenir aux origines sur le dernier couplet, le tout en y parsemant quelques breaks agréables pour là encore une excellente impression générale. Le constat est le même pour « Desert » qui est construit à peu près de la même manière et où s’ajoute une longue plage instrumentale qui explose à l’arrivée du solo, quant à « Steady Joe » il s’avère parfait pour terminer ces quasiment vingt minutes de super son, car cette ultime plage s’avère est celle qui est la plus directe et rentre-dedans avec d’entrée un petit solo de batterie suivi d’un rythme bien nerveux et énergique mais qui arrive toujours à garder ce côté lourd. En alternant les passages avec juste basse/batterie (d’obédience Grunge) avec ce côté gras typique au Stoner les mecs concluent par quelquechose d’un peu différent du reste mais tout aussi efficace.

Du coup les quatre titres passent tout seul le cap des écoutes multiples et se révèlent accrocheurs dès le départ, car outre un son vraiment excellent et équilibré (dont le côté naturel sied à merveille à ceux-ci) il faut également souligner le chant vraiment convaincant de Tristan qui sait se faire énervé comme plus posé (et dont on peut trouver une certaine ressemblance avec Eddie Vedder ou Chris Cornell sur les parties plus douces) ainsi que la qualité d’écriture de ses acolytes qui savent varier quand il le faut et placer chaque partie là où elle est le mieux. Du coup sans rien révolutionner les normands arrivent quand même à y glisser une subtilité agréable et personnelle qui montre déjà une vraie cohésion ainsi qu’une grande maturité qui ne demande qu’à éclore un peu plus dans l’avenir, qui pour eux s’annonce radieux s’ils continuent à ce niveau-là.




Rédigé par : GabinEastwood | 8/10 | Nb de lectures : 6017




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker