MAD AT THE WORLD - Destruction Process (Autoproduction) - 28/04/2014 @ 07h14
Nouveau venu sur la prolifique scène “core” parisienne, MAD AT THE WORLD compte bien faire la bagarre avec tout le monde. Quand je parle de « nouveaux venus » il faut relativiser car on compte des membres de groupes tels que Aosoth, Antaeus, Dig, Cut Loose, Disloyal, Backboned, Tromatized Youth et Right For Life pour ne citer que ceux là. A eux cinq, ils ont déroulé pas mal de câbles. Ce qui les rassemble aujourd’hui c’est l’envie de faire du hardcore et l’amour du Metal avec un grand H. Parce que MAD AT THE WORLD, à ne pas confondre avec le groupe de rock chrétien des nineties, donne dans le hardcore très velu et très couillu, un genre qu’il y’a vingt ans on appelait encore metalcore.

Histoire de se faire un petit nom parmi ses congénères, le groupe après plusieurs concerts plutôt prometteurs, arrive avec une première démo deux titres « Destruction Process » enregistrée par Jêrome Turblin mixée par Taylor Young qu’on ne présente plus et masterisée par Boatright, qu’on ne présente plus non plus. Bref, que de la qualité. Il en va de même pour l’artwork à base de peinture flamande qui sent bon le edgemetal et le metal que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître. Musicalement on est dans cette même veine, du hardcore metallisé avec une petite touche edgy au niveau de certains riffs. Les guitares mixent thrash, metal et hardcore pour livrer de bons riffs qui font bouger la tête. C’est efficace à défaut d’être novateur ou transcendant. Ce premier morceau « Time Heals Nothing » se démarque par un bon mix entre vitesse et lourdeur, le riff principal est de bonne facture et les « moshparts » suffisamment lourdes que pour donner envie de balancer des coups de lattes. La voix rappelle parfois celle de John Tardy. Mais un John Tardy qui se serait mis au hardcore et sied bien au genre pratiqué par les parisiens. On pense à des groupes comme All Out War, Carnivore, Sepultura et quelques autres groupes flamands de l’époque.

Le morceau suivant est plus long, flirte avec les cinq minutes et navigue entre plusieurs atmosphères avant de partir dans un riff à la Earth Crisis lui aussi classique mais efficace. Le tout dans un mid-tempo plus ou moins lourd selon les passages et avec les grosses moshparts qui débarquent à mi-morceau histoire de montrer ses muscles. Le morceau est peut-être un peu long et perd en efficacité dans sa dernière partie mais cette longueur, bon c’est pas non plus du prog, on va se calmer, lui amène un petit truc en plus. Les morceaux sont de bonne facture sans pour autant être géniaux mais sont malheureusement un peu gâchés par la grande compression du son (peut-être due à la mise en ligne de la musique) qui ne laisse que très peu d’espace aux instruments. C’est dommageable car la composition et l’exécution des titres est bonne, on sent que les gars ont de la bouteille. « Destruction Process » joue son rôle, installer le groupe puis faire connaître le nom et le son. La graine est plantée maintenant il va falloir travailler pour trouver une vraie identité musicale tout en restant dans ce style qui leur va bien. Classique, un peu trop générique mais bien exécuté et par moment efficace, MAD AT THE WORLD est là, avec du travail, y’a moyen de faire quelque chose de vraiment très en bien dans un genre de hardcore qui manquait sur Paris.

Si le son de cette première sortie gâche un peu la fête, sur scène, le groupe muscle son jeu et sort les muscles grâce à des sets courts mais mû par une vraie intensité hardcore et une belle puissance metal. Une musique qui donne envie de se bagarrer et des casser menton à la Bill Laimbeer. Pour le moment, c'est surtout en live que se vit le musique de MAD AT THE WORLD. C'est justement ça qui fait leur force.



Ecouter. Télécharger. Acheter. - 74 téléchargements


Rédigé par : Seb On Fire | 3/5 | Nb de lectures : 11337




Auteur
Commentaire
Moshimosher
Membre enregistré
Posté le: 28/04/2014 à 14h03 - (111947)
Pas mal du tout... :)

HOLYxVIER
Membre enregistré
Posté le: 28/04/2014 à 14h06 - (111948)
Pour moi dérouler du câble... a une toute autre signification... Mais connaissant goulax...

huhuh



djabtrash
Membre enregistré
Posté le: 28/04/2014 à 22h47 - (111956)
:)

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker