MACHINE HEAD - Bloodstone & Diamonds (Nuclear Blast) - 21/11/2014 @ 07h35
GabinEastwood

Depuis 20 ans Robb Flynn a toujours fait ce qui lui plait, changeant de line-up comme de chemise et n’hésitant pas à se mettre à dos une bonne partie de ses fans suite au calamiteux « The Burning Red » où la musique tout comme le look totalement improbable a fait fuir de nombreux puristes. Il faudra attendre l’arrivée de Phil Demmel sur le très réussi « Through the Ashes of Empires » pour que le quartet connaisse un très gros regain d’intérêt et la plus longue période de stabilité de son histoire. Pourtant les choses ont à nouveau évolué dernièrement avec le départ définitif du bassiste Adam Duce (remplacé par Jared MacEachern) et aussi une arrivée en grande pompe chez Nuclear Blast après avoir quitté Roadrunner qui s’occupait d’eux depuis leurs débuts.

Robb Flynn se retrouve du coup seul membre d’origine encore présent dans l’actuelle formation, et a désormais le contrôle absolu en matière de compositions et de vision à court et long terme. Si tous les membres ont participé à la conception de cet opus, son leader reste bel et bien le décideur en dernier recours et celui-ci n’a jamais eu peur d’innover ou de changer radicalement de style, ce qui a donné du très bon comme du mauvais. Mais celui-ci n’en a que faire et continue sa route contre vents et marées et a encore confirmé en interview que la première période du quartet est morte (il suffit de voir le peu de place qui lui est consacrée en concert) et que désormais c’est l’actuelle entamée avec « The Blackening » qui trouve grâce à ses yeux avec ses titres à rallonge et ce son très moderne. Il faut d’ailleurs souligner qu’une nouvelle fois c’est la paire Robb Flynn/Juan Urteaga qui s’est chargé de la production, le tout mixé par Colin Richardson, donc aucune surprise c’est lourd, puissant et compact.

Du coup les attentes comme les interrogations étaient nombreuses car si « Unto the Locust » avait dans l’ensemble recueilli de bons échos, il n’en restait pas moins qu’il était plus abordable et mélodique que son génial prédécesseur. Ce qui était sûr c’est que le groupe avait rempli son nouveau bébé à ras-bord, car avec ses 12 titres pour 71 minutes d’écoute, il est aujourd’hui leur disque le plus long. De ce fait on pouvait craindre à juste titre du remplissage inutile comme on a pu l’entendre sur les derniers METALLICA ou IRON MAIDEN.

Quand enfin « Now We Die » a été disponible en écoute l’impression était mitigée, certes on reconnait sans peine les riffs des derniers disques, le style bien caractéristique des solos mais un élément venait gâcher la fête… les violons ! Le père Robb l’avait dit par le passé qu’il n’excluait pas d’intégrer des claviers et autres éléments classiques si cela apportait un plus à l’ensemble, hors là force est de constater que si le titre est bon l’adjonction de ces parties ne sonne franchement pas terrible. Heureusement que la sortie de « Killers & Kings » nous redonnait espoir car il est bien brutal et lourd et assez inspiré de « Beautiful Mourning » au niveau des riffs et de la batterie, et même si là ce sont les chœurs qui ne sont pas des plus inspirés on retrouvait la puissance et la hargne qui ont fait la réputation du combo d’Oakland.

On s’aperçoit finalement rapidement que ce nouvel opus va nous réserver des surprises, dans tous les sens du terme, et mélangeant les ambiances et la vitesse. Parmi les bons titres on trouve le lent, technique et mélodique « Ghosts Will Haunt My Bones » qui aurait pu avoir sa place sur « The More Things Change », « Night of Long Knives » qui est hyper rapide à la limite du blast par moments et avec un côté légèrement épique bien sympa, et malgré les quelques imperfections on accroche bien. Suivent ensuite deux grosses tueries avec « Eyes of the Dead » qui est totalement dans la continuité des deux précédents albums, et qui est tout autant inspiré, rapide et avec des solos qui arrachent bien, alors que « Beneath The Silt » est tout l’inverse car hyper lourd et lent au début, où d’ailleurs le chanteur/guitariste se contente de susurrer les paroles, avant une grosse accélération sur la fin, ces deux titres vont sûrement être des cartons sur scène. A côté de cela on trouve « Game Over » qui nous montre que le groupe n’est pas encore fini et nous réserve même quelques surprises avec des influences punk pas dégueulasses et malgré quelques longueurs il est très convaincant, tout comme « Take Me Through The Fire » qui conclut les débats d’excellente façon avec son côté très simple et rentre-dedans qui fait mouche.

Cependant la crainte du remplissage était bien fondée car à côté de ces très bons morceaux on trouve « Sail Into The Black » qui est déjà beaucoup trop long, et surtout plombé par une intro là aussi bien trop étirée en longueur où l’ambiance monacale et triste est pourtant bien retranscrite par cette guitare acoustique, malheureusement ça s’éternise bien trop et même si par la suite la partie électrique arrive ça n’arrive pas à relever le niveau. « In Comes The Flood » est totalement atypique car on se demande si on n’est pas en train d’écouter une bande originale de film fantastique, le début faisant grandement penser à ça, et puis on part dans de l’épique à la fois pompeux et grandiloquent, relevé par des chœurs et des voix claires franchement pas terribles. Toujours dans le surprenant « Damage Inside » n’a rien de brutal, au contraire on a droit à un genre de berceuse mélancolique avec beaucoup d’écho, des voix féminines en arrière-plan et seulement une guitare tout en mélodique sans basse ni batterie, alors oui c’est très joli et triste mais on ne voit pas trop ce que cela vient faire ici. Enfin il y’a l’inclassable instrumental « Imaginal Cells » tout en mélodie et douceur qui n’est pas sans rappeler le début de « Descend the Shades of Night ».

Cette dernière livraison du groupe sera sans doute celle qui fera le plus parler (tant l’écart entre ses douze pistes est large) et qui demandera un sacré paquet d’écoutes pour bien assimiler les morceaux, car autant son prédécesseur était direct et facilement mémorisable autant là c’est une autre paire de manches tant le côté massif et impénétrable est présent. Alors oui son leader en fait par moments des tonnes au niveau vocal et de trop nombreuses longueurs sont présentes mais néanmoins cela reste cependant un bon album qui se situera dans leur moyenne mais qui aurait pu être encore meilleur sans les excès évoqués plus haut. Ce qui est sûr c’est que le groupe a définitivement tourné le dos à sa doublette magique des débuts et on voit bien que 20 ans après son premier disque mythique MACHINE HEAD est définitivement un poids-lourd de la scène metal que l’on soit fan ou pas de leur son en général.

Pamalach

La chronique de l'ami Gabin est, je trouve, tout à fait pertinente et je ne reviendrais pas sur la genèse de l'album pas plus que sur la note de 14/20 que je trouve parfaitement justifiée. Juste un petit mot en avant propos sur le digipack superbement illustré et de dimension pour le moins imposante. Pour en revenir au contenu, je pense que j'apprécie cet album pour des raisons différentes de GB et si je relève pour "Bloodstone and Diamonds" les mêmes problématiques que lui, je ne les situe pas tout à fait aux mêmes échelles. Alors bien sûr, il y a des longueurs, des morceaux dispensables et quelques "roucoulades" vocales parfois trop appuyées, mais ce qui m'a surpris au prime abord, c'est cet espèce de mix inattendu entre le MH "actuel" et des vibes semblant surgir de beaucoup plus loin.
Les relents parfois hardcore, les beats quelques fois épurés de McClain et les gros riffs massifs me semblent comme sortis d'une faille temporelle, un peu coincés entre "The More things changes" et "The Burning red". Attention, quand je parle de "The burning red", je ne fais pas référence au coté néo mais à certains passages bien précis. Le pont chant/guitare de "Nothing Left", le riff monolithique de "Devil whit king's card", le beat au charley de "From this day", la grandiloquence un peu pompeuse de "Enter the Phoenix", le mélodique "The burning red"...voila autant d'échos du passé qui me paraissent venir se coller de manière subtile aux compositions de "Bloodstone...". Flynn accorde ainsi à ses compositions actuelles riches en harmonies et en changements d'ambiances sa simplicité passée, le bougre faisant en plus preuve d'audace en accordant de la place aux cordes et aux expérimentations peu évidente comme sur l'intro de "Sail Into The Black" ou la tiédeur de "Beneath the slit". Et c'est précisément là, que je trouve que l'album perd en impact, l'équilibrage entre l'audace, la patate, l'efficacité et la grandiloquence ne trouvant pas toujours leurs justes places dans les chansons. Peut être trop ambitieux finalement.

Étrange aussi de voir aussi à quel point le groupe replace encore et encore ses gimmicks dans ses compostions. Pour ma part « Imaginal Cells » me fait irrémédiablement penser à "Real Eyes, Realize, Real Lies" ...mais sans l'urgence et la menace de son aïeux. Les fameuses harmoniques naturelles calées dans les riffs sont un peu "l'AOC" du groupe depuis "Davidian"…mais si souvent, le groupe est arrivé à nous les ressortir de manière originale, en caler comme ici un peu partout fait immanquablement perdre de l'impact et de la surprise. L'expression musicale finit donc par se brouiller un peu et perdre en pertinence.

Niveau paroles, et contrairement à ce que l’on pourrait croire, Machine Head n'a pas toujours raconté la même chose dans ses paroles même si la colère, le sentiment de revanche et la peur ont squatté les lyrics pendant pas mal d'années.
Quasi de tous temps, Flynn a mêlé des lyrics très personnels tirés de ses expériences à des paroles plus sociales, religieuses et politiques. Ici, on retrouve toutes ces thématiques, mais de la même manière que ses goûts musicaux se sont élargis avec les années, le chanteur propose des axes d'entrées pas inintéressants à plusieurs reprises. Dans "Night of long Knives" par exemple, Flynn fait référence à la "Manson Family" tout en utilisant le nom du célèbre fait historique, sur "Killers and kings" il propose une métaphore du monde actuel vu par un prisme médiéval, sur "Game over" enfin, il parle d'une manière à peine voilée d'une amitié brisée...peut être celle de son ex camarade Adam Duce. Semblant comme en lutte perpétuelle, les idées de batailles, de mort, et d'acharnement dans le dépassement de soi n'ont pas déserté les dossiers du combo...l'univers du groupe n'est pas encore rose bonbon.

Au final, malgré des défauts, une vitesse bien moins présente et quelques "péchés" d'orgueil, on n'a pas non plus à faire à n'importe qui, preuve en faite avec une grosse moitié de l'album composé de morceaux TRÈS satisfaisants. Du "hit" "Now we die" au pétaradant "Killers and kings", de l'audace de "Sail into black" à l'énergie de "Game over" on se laisse emporter par la mélodie de "In Comes The Floods", la noirceur de "Night of longs knives", la méchanceté de "Eyes of the dead". Plus les écoutes défilent et plus l'album se relève, les chansons s'affirment et la machine s'emballe, marquant parfois des pauses, des crachotements et des accrochages mais filant toujours tout droit…continuant de foncer tête baisée dans la direction qu’elle choisie. Puisse-t-il toujours en être ainsi.




Rédigé par : GabinEastwood & Pamalach | 14/20 | Nb de lectures : 14808




Auteur
Commentaire
Le Chef
Membre enregistré
Posté le: 21/11/2014 à 10h05 - (114849)
Gros gros bof pour ma part...
La musique de MH me fait penser de plus en plus au Mc Do: ça donne envie, donc tu en bouffes mais t'as toujours autant la dalle après.
En pourtant le groupe nous propose encore un menu XL avec plusieurs sauces...la prochaine fois j'irais chez Quick !



Le Chef
Membre enregistré
Posté le: 21/11/2014 à 10h07 - (114850)
*j'irai



Droom
IP:217.77.225.130
Invité
Posté le: 21/11/2014 à 10h18 - (114851)
La première des deux chroniques n'est franchement pas géniale.
Ou alors.
Dire que les violons ne "sonnent pas terribles" sans explication supplémentaires, bof. Mais à la limite on s'en fiche.
"Ghosts..." sur TMTC ? Euh ?
"Imaginal Cells" qui rappelle "Descend" ? What ?
Bon, bref. Tout ça pour à la fois remercier le chroniqueur de cette chronique, mais également pour signaler quelques écueil assez importants - dont ce ton bien trop "parlé" pour être retranscrit par écrit.

Le disque ? Boarf. Le costume est taillé trop grand. C'est beau mais ça coupe mal. On est content de retrouver MH, mais alors, c'est sans l'étincelle dans les yeux, cette fois, hein.

Droom
IP:217.77.225.130
Invité
Posté le: 21/11/2014 à 10h19 - (114852)
Je vais arrêter de laisser des commentaires, si c'est pour écrire avec des fautes grosses CMB. Désolé.

DIMECHAG
Membre enregistré
Posté le: 21/11/2014 à 10h37 - (114854)
Difficile de véritablement juger un album en quelques semaines.
C'est rigolo cette époque du consommable ou on se fait une idée en quelques secondes sans s'acharner et vite passer à autre chose.



ennemi juré
IP:93.14.83.72
Invité
Posté le: 21/11/2014 à 10h41 - (114855)
Album moyen. Un ou deux titres sortent du lot. De bons passages, mais le reste est superficiel. La fin ne sert strictement à rien. Bon la voix de Flynn est reste toujours percutante pour moi.
13/20

le botch
IP:82.216.174.88
Invité
Posté le: 21/11/2014 à 11h19 - (114858)
Je m'attendais à un dézinguage en règle et il n'en est rien !

C'est un bon album pour moi, technique, varié et GENEREUX !!!

Burn My Eyes et The Blackening sont évidemment 3 crans au dessus mais je le trouve carrément au dessus de l'album à la sauterelle...

Bref, du bon divertissement, pas plus que ça, mais moi ça me va ;)

Droom
IP:217.77.225.130
Invité
Posté le: 21/11/2014 à 11h37 - (114859)
"Difficile de véritablement juger un album en quelques semaines." - DIMECHAG
Autant je suis le premier à être d'accord avec ça lorsque je lis des avis avant la sortie, ou le jour même de la sortie d'un disque, autant là, comme tu le dis, ça fait DES SEMAINES qu'on peut écouter la bête. En des semaines, on a largement le temps d'écouter le truc calmement et une bonne vingtaine de fois (au moins). Faut pas croire que tout le monde mâche la musique.
Enfin je ne sais pas. Ce que je sais en revanche, c'est que je n'ai (malheureusement) déjà plus envie d'écouter le disque dans son intégralité(que j'ai acheté, hein - ce n'est pas du stream vite fait mal fait).
Bref. Me sens d'humeur à débattre. Mais pas trop à parler du disque, bizarrement.

Simplement, j'aurais aimé :
- couper toutes les intros (notamment "Sail Into the Black") ;
- terminer juste après "Damage Inside" ;
- virer "Eyes of the Dead" contre un truc de la trempe de "Seasons Wither" ;
- modifier le refrain de "In Comes the Flood" (à mon sens le meilleur morceau du disque malgré les tonnes de cordes);
- voir le groupe en concert.

Re-bref.

Et fin.



Lestat69
Membre enregistré
Posté le: 21/11/2014 à 11h38 - (114860)
Hello,

Pour ma part je trouve cet album dantesque, il tourne en boucle chez moi et ça faisait longtemps que je n'avais pas apprécié un album de Machine Head comme ça.
Je le trouve varié que ce soit en musique ou pour le chant, la prod est top et on sent qu'il se sont donné un fond et ont mouillé la chemine
En gros l'album me plait beaucoup



Jérémy
IP:83.165.37.205
Invité
Posté le: 21/11/2014 à 12h30 - (114862)
Jamais compris l'intérêt de faire des chroniques... Chacun aura sa vision du truc. Certains le trouveront Enorme, d'autre Moyen et d'autres A chier..
Bref, mon commentaire n'apporte pas grand chose, désolé :D

Kevin
IP:83.201.187.235
Invité
Posté le: 21/11/2014 à 12h47 - (114863)
La première critique est d'un manque de professionnalisme. Par exemple, le passage complètement subjectif sur les violons qui "sonnent pas terrible", ça veut dire quoi? C'est faux? non, t'aimes pas les instruments classiques sur de Metal? Donc c'est nul? Bref, c'est dommage. Si vous voulez un bon Chroniqueur il y a Nicolas Ranko Muller l'ancien batteur de Svart Crown.(J'dis ça j'dis rien)
Pour ma part, j'ai beaucoup aimé cet album, premièrement pour sa diversité, on y retrouve des influences Thrash/Rock/Lyrique/Stoner, deuxièmement pour le chant, Robb Flynn est juste impressionnant, qu'on soit surpris par tout ce chant clair au premier abord ok, mais delà à chier sur les lignes de chant faut vraiment avoir de la merde dans les oreilles. On sent un réel travail de composition, c'est vraiment grandiose. D'autre part, le riffing du CD, c'est juste la branlée, accrocheur à mort, parfois à des tempo plus lents et plus lourd que jamais, parfois à un bon vieux 200bpm, aucune déception là dessus en tout cas.
Je ne comprend pas comment on peut être con au point de comparer encore cet album au blackening ou à Burn my eyes, tous les albums de Machine Head sont différents, il y a toujours une prise de risque et c'est ça qui est bon.


gardian666
Membre enregistré
Posté le: 21/11/2014 à 13h14 - (114864)
@Kevin :

"Je ne comprend pas comment on peut être con au point de" ----> "Par exemple, le passage complètement subjectif". Euh tu te moques pas un peu du monde là ?

Et je te trouve aussi très objectif dans ton commentaire, je pense que tu devrais en faire une véritable chronique.

gardian666
Membre enregistré
Posté le: 21/11/2014 à 13h17 - (114865)
Et Nicolas "Ranko Muller" sur VS ?? Attends ça me dit quelque chose...un blog peut être, des articles excellents il me semble, oui je crois que l'on connaît. :)

Kevin
IP:83.201.187.235
Invité
Posté le: 21/11/2014 à 14h26 - (114869)
J'ai pas compris Gardian666 le "Je ne comprend pas comment on peut être con au point de" ----> "Par exemple, le passage complètement subjectif". Euh tu te moques pas un peu du monde là ?"

Keyser
Membre enregistré
Posté le: 21/11/2014 à 16h24 - (114875)
Décevant. Robb en fait trop. Trop de chant clair, trop de samples, trop long... et pas assez de bons riffs!



Alex
IP:46.235.152.45
Invité
Posté le: 21/11/2014 à 16h44 - (114876)
Comme Keyser.

A part un bon passage a 2min05 sur Killer & Kings (et qui devrait faire de la casse en live), le reste est bof surtout venant de MH. Ca manque vraiment de rage et de bons riffs. Je doute que beaucoup se mettent a jouer de la gratte apres avoir ecoute cet album :( Le seul point positif: la prod est massive (Colin Fucking Richardson encore une fois)

Slash
IP:129.175.84.218
Invité
Posté le: 21/11/2014 à 17h31 - (114878)
Album très très moyen. Trop de passages creux, trop de facilité, etc.

Un album pour les Kevins haha !

pamalach
Membre enregistré
Posté le: 21/11/2014 à 17h44 - (114881)
'Je ne comprend pas comment on peut être con au point de comparer encore cet album au blackening ou à Burn my eyes, tous les albums de Machine Head sont différents"

Tu devrais mesurer tes propos quand tu parles de "cons". Veux tu qu'on s'amuse à lister les "ponts" qui lient les deux albums ? J'en vois plusieurs d'assez manifestes.

gardian666
Membre enregistré
Posté le: 21/11/2014 à 17h45 - (114882)
Cher Kevin, as-tu déjà lu une chronique/critique musicale objective ?

Bon, je vais arrêter de faire du HS, d'autant que Machine Head ne m'intéresse pas du tout.

brisenuque
IP:78.247.73.30
Invité
Posté le: 22/11/2014 à 00h35 - (114889)
17 sur 20 tres bon comme d hab

Maxgrind
IP:2.8.13.207
Invité
Posté le: 22/11/2014 à 10h06 - (114893)
Il ne se passe rien... Mais alors vraiment rien !!!

Cet album est d'un chiant, d'un ennui profond, d'un plat encore plus plat que le plat pays...
En plus, c'est formaté comme pas possible et les gimmicks de Rob Flynn sont insupportables/horripilants.

Non, c'est définitivement un album à enterrer ou à jeter.

Il est déjà loin le temps de The Blackening :O

karrios
IP:5.49.187.58
Invité
Posté le: 22/11/2014 à 11h00 - (114897)
Pour ma part, il m'a fallu 4 à 5 écoutes pour commencer à apprécier l'album dans son ensemble, et maintenant que j'ai dépassé ce stade, je prends de plus en plus de plaisir(ça avait déjà été le cas avec unto the locust). Donc deux très bons albums qui ne doivent pas être jugés sur une seule écoute.
Alors, oui, effectivement, burn my eyes au début des années 90 et the blackening en 2007 nous ont scotchés dés la première écoute et n'ont rien perdu de leur puissance aujourd'hui, mais ces deux albums resteront sans doute leurs chef-d'oeuvres.

CROM
IP:90.52.232.100
Invité
Posté le: 22/11/2014 à 12h58 - (114901)
Musique de supermarché fait pour les consommateurs

sid
IP:80.215.192.8
Invité
Posté le: 22/11/2014 à 13h03 - (114902)
Oui mais alors musique de supermarche a Clisson pendant le hellfesse.

mozart fucker
IP:82.216.174.88
Invité
Posté le: 22/11/2014 à 18h46 - (114906)
"Musique de supermarché fait pour les consommateurs"...
Oui, entre les rouleaux de pq et les kinder bueno c'est ça ? Non mais ce qu'il faut pas entendre sérieux ! Pour moi c'est du tout bon, un peu long certes et moins énervé qu'avant mais à 45 ballets les mecs savent encore nous pondre des putains de pavés à en faire pâlir bien des jeunots... Alors oui la prod' est lisse, oui ça manque de simplicité et d'humilité, non ça ne va toujours pas aussi vite que Napalm Death, mais bon sang, en terme d'efficacité, de qualité et d'accessibilité, le nouveau MH se pose toujours là !

Kloug
IP:81.57.120.21
Invité
Posté le: 23/11/2014 à 10h40 - (114909)
Apres plusieurs ecoutes je le trouve pas mal du tout ce t album. Quelques passages dispensables mais globalement on prend plaisir a l'écouter

MFH
IP:83.205.166.56
Invité
Posté le: 23/11/2014 à 13h25 - (114910)
D'accord avec Kairos. Un album qui s'apprécie de plus en plus au fil des écoutes. D'accord aussi : y'aura pas de second Burn my eyes ni de second Blackening. Ceci dit, pour moi, la disco de MH est hyper cohérente et y'a rien à jeter, même pas le Burning Red ou le Supercharger. Machine Head, des piliers du métal... Robb Flynn : un putain de chanteur, un putain de gratteux, un putain de compositeur, un peu poseur certes mais il peut se le permettre.
Vu à Toulouse, le groupe a retourné le bikini. Gros son, grosse prestance. Les derniers titres s'intègrent parfaitement aux anciens. Et le nouveau bassiste... eh ben au moins les backing vocals sonnent justes.
Y'a pas beaucoup de groupes que je suis depuis 20 ans qui tiennent la comparaison avec eux...

Krakatau
Membre enregistré
Posté le: 23/11/2014 à 21h37 - (114915)
Y a 15 ans Robb avait les cheveux jaune pipi et jouait du neo tt pourri. Alors si à l'epoque on m'avait dit que je me choperais 4 albums de MH d'affilé....!
Sinon l'album: 1ere partie excellente (l'enchainement Sail/Eyes fait tres mal!), 2e partie moins bonne mais globalement c'est encore une fois tres bon, on sent qu'il y a eu du taf derriere.



plop
IP:89.3.101.27
Invité
Posté le: 24/11/2014 à 10h54 - (114917)
Je suis d'accord, les violons sont juste horribles. Et non pas parce-que je n'aime pas cet instrument sur du metal. Pour preuve, j'adore SepticFlesh. En revanche, je trouve Sail into the Black le seul bon morceau de l'album..

RBD
Membre enregistré
Posté le: 24/11/2014 à 20h15 - (114925)
Mitigé... Il y a de bons moments sur les premiers titres qui souffrent déjà d'être un peu trop rallongés. Mais dans la seconde moitié ça vire au remplissage en reprenant la recette du Heavy un peu compliqué mais parfois naïf qui m'avait déjà hérissé pour "The Blackening". Les samples font mièvre (je ne suis pas contre les speeches et les violons par principe, je précise !). Et c'est donc l'ensemble qui est clairement trop long.
Après, le son est très bien, Flynn est en forme, et c'était excellent sur scène la semaine dernière. Détail qui arrachera un 3/5.



Ivan Grozny
Membre enregistré
Posté le: 25/11/2014 à 02h13 - (114928)
Comme Keyser, la même chose.



vsgreg
Membre enregistré
Posté le: 26/11/2014 à 11h46 - (114941)
Je voulais juste confirmer ce que disait Gabin, les violons apportent un côté kitch assez ridicule.



CROM
IP:90.52.177.140
Invité
Posté le: 26/11/2014 à 23h01 - (114946)
"Oui, entre les rouleaux de pq et les kinder bueno"
Pas loin en fait, à l'espace "culturel" juste à côté...

le Botch
IP:89.156.44.158
Invité
Posté le: 27/11/2014 à 11h56 - (114957)
Pas mal mais trop long, efficace mais trop démonstratif, énergique mais trop racoleur, bien produit mais trop propre sur lui... Frustrant mais pas mal du tout au final ! 14/20

coqflo
IP:86.68.134.151
Invité
Posté le: 27/11/2014 à 19h58 - (114963)
je ne vois pas aussi le rapport avec les rouleaux de pq et kinder beuno dans machine head désolé

Bras cassé
Membre enregistré
Posté le: 01/12/2014 à 00h00 - (115005)
Album assez mauvais pour ma part. C'est fini, le mielleux a pris le pas sur tout le reste, le pere Robb a perdu ses couilles. L'echainement In Comes the Flood / Damage Inside est franchement embarassant, une superbe doublette de mievreries. Clairement l'album de Robb, tout est mis en avant pour valoriser son chant, que je trouve de plus en plus insupportable.
Finalement, MH est honnete, l'a peu pres, ils ne connaissent pas, c'est l'excellence (les 2 premiers et The Blackening) ou de la soupe (tout le reste de la disco), rien entre les 2.

SlaytaniC
IP:83.195.7.95
Invité
Posté le: 11/01/2015 à 10h18 - (115387)
le ridicule ne tue pas?... pas sure. pompeuxkitch ou melochiant? au choix. le miens est fait. sans moi.

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker