LURKING - Betrayed (Autoproduction) - 14/10/2014 @ 07h43
Suivant assidûment tout ce qui se passe au niveau de notre scène hexagonale, j'avoue que je n'avais jamais entendu parler de LURKING, et que si Anthony le bassiste du quintet ne m'avait pas contacté je serai resté à côté de cette formation parisienne. Celle-ci a été fondée en 2007 et a auparavant sorti 2 EP où Anthony et Wilfried (guitare rythmique) se partageaient le chant. Il faudra attendre 2011 et l’arrivée au micro de Delora pour que ce dernier ne se concentre désormais plus que sur son instrument.

L’arrivée de la chanteuse marque un tournant pour le combo qui sort un premier album autoproduit d’une durée de 46 minutes, où celle-ci nous montre l’étendue de son registre vocal passant allègrement du growl à la Angela Gossow à une voix plus symphonique et mélodique. Si le chant fait le grand écart c’est que musicalement il est très difficile de mettre le groupe dans une catégorie spécifique, celui-ci oscillant entre le heavy à l’ancienne et le thrash old-school, tout en intégrant des influences death, black et doom.

Si la mélancolie est de mise au début et à la fin de « So weak » très vite des accélérations thrashisantes font leur entrée et au milieu de tout cela on trouve du mid-tempo bien foutu et un très bon solo. On remarque d’ailleurs l’excellent niveau de chacun des membres et une production plus que correcte car même si elle manque un peu de puissance celui-ci est compensée par un excellent équilibre où le rendu de chaque instrument est net et sans bavure. D’ailleurs les guitares sont vraiment bien en place, que ça soit sur les riffs, les solos ou les parties plus calmes elles se juxtaposent avec aisance et plaisir pour l’auditeur, on peut citer cela sur « The Wreck » à la fois thrash et épique ou « Betrayed » très accrocheur et où l’alternance des voix fait mouche.

Mais ne l’oublions pas le quintet est difficilement classable, et la suite va nous le montrer car la mélodie et la tristesse seront plus présents, ce que l'on remarque aisément sur « Force Fed Design » ou « Left Behind » puisque que ces derniers ne sont pas sans rappeler les grandes heures d’ANTHEMON, puisqu’ils mélangent habilement tout ce qui faisait le charme des franciliens sur l’excellent « Dystopia » voire même durant la période de « Talvi ». Par contre on repère quand même que tout cela n’est pas exempt de longueurs, et l’on souhaiterait quelquechose de plus court et direct car par moment une certaines répétition et une légère perte d'intérêt se font sentir.

Cependant sans être l’album de l’année, celui-ci nous montre un groupe ayant plusieurs facettes intéressantes et qui possède un potentiel à suivre dans le futur, car ses multiples influences sont déjà bien en place et à ces derniers désormais de tenir compte de ces points négatifs pour avancer car on sent bien qu’il ne manque pas grand-chose pour que leurs prochaines sorties soient encore meilleures.




Rédigé par : GabinEastwood | 13,5/20 | Nb de lectures : 10040




Auteur
Commentaire
Lycanthony
Membre enregistré
Posté le: 15/10/2014 à 14h36 - (114016)
Merci Gabin. Ta chronique démontre une écoute attentive du CD.
Tes remarques font mouche car elles cibles des points dont nous avons justement discuté entre nous pour nous améliorer.
a bientôt !
Up The Irons !!!

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker