LUMBAR - The First and Last Days of Unwelcome (Southern Lord) - 08/01/2014 @ 08h01
Parvenir à sortir de bons albums aide à marketer correctement son groupe, tout du moins à ancrer celui-ci dans les mémoires. Les ventes "suivent" en règle générale et les labels sont nettement moins frileux à signer les nouvelles offrandes faites par des membres de combos reconnus. C’est comme cela que cela marche, la ribambelle de supergroupes où différents artistes s’associent pour fonder une nouvelle entité, pullulent ces dernières années, la quantité dépassant malheureusement la qualité.

Mike Scheidt, connu des fans de doom grâce à Yob, une valeur sûre du milieu, a lui aussi envie de se faire plaisir et de surfer sur sa petite médiatisation. Il s’entoure d’un de ses potes, Aaron Edge, influent lui aussi dans la sphère metal puisqu’il est le directeur artistique du hype et non moins excellent label californien Southern Lord, et joue dans une foultitude de groupes. L’annonce de sa maladie fut le point de départ du projet, son besoin de s’exprimer et d’expier sa douleur étant la clef de voûte de The First and Last Days of Unwelcome. Jamais 2 sans 3, et l’énorme Tad Doyle, guitariste/chanteur du peu médiatisé Tad, pourtant un des précurseurs du grunge made in Seattle, vient compléter les rangs. A eux 3, ils brassent large et peuvent composer avec la voix et la notoriété du premier, le carnet d’adresse et la nécessité de s’exprimer du second, et la grande connaissance du milieu du dernier.

Place à la musique avec ce très court The First and Last Days of Unwelcome, honnête dans l’absolu mais très fortement influencé par Yob. Oui, trop fortement influencé, et là est le point de discorde. Le pire est que Scheidt n’a pas participé à son écriture, le travail revenant à Edge. Le manque de surprise pour cette musique certes ambiancée mais au climat peu marquant, est renforcé par un concept fumeux : la fameuse création de l’univers en 7 jours, vu, revu et re-revu. Les 3 voix trafiquées sont renforcées par de nombreux samples, ne créant malheureusement pas l’émulsion attendue. On se retrouve avec un travail soigné mais presque inachevé avec ces 24 toute petites minutes, qui confirment que le désir d’exister de ses protagonistes passe au premier plan, devant le besoin de pondre une galette intemporelle. Le plaisir de jouer entre potes à moindre danger et moindre frais semble de circonstance. A aucun moment, je n’ai trouvé de prises de risque, de volonté de créer et d’innover. Les titres très courts (3 autour des 5 minutes, les 4 autres en dessous de 3 minutes) noyés de riffs sans réel relief n’ont pas le temps de développer leur propre univers, on se croirait avec un opus tronqué auquel il manque quelque chose.

La force de ce projet est clairement la raison qui a poussé Aaron Edge à l’initier. The First and Last Days of Unwelcome marque des points sur l’aspect symbolique et cathartique de sa démarche, puisque musicalement, cette sortie est boudinée dans la seconde division à laquelle elle appartient pleinement. Je ne ressens pas l’envie de se distancier de Yob et les voit choisir la facilité pour ne devenir finalement qu’un simple ersatz. Lumbar n’a pas grand-chose à offrir musicalement, entre une durée riquiqui, un concept éculé, une trop grande connivence avec le groupe-mère, ces compos qui se cherchent une atmosphère mais ne prennent pas le temps de la développer. Ce qui aurait pu/du n’être qu’un simple EP, est une fébrile et dispensable sortie metal, qui a le mérite d’être le témoignage d’un homme face à sa douleur et ses peurs.


Rédigé par : Bras Cassé | 12,5/20 | Nb de lectures : 12242




Auteur
Commentaire
o_O
IP:90.18.205.229
Invité
Posté le: 08/01/2014 à 12h15 - (110645)
wow quel procès à charge! Scheidt, Doyle et Edge sont rhabillés pour l'hiver, à croire qu'ils n'auraient monté ce projet que pour satisfaire leurs gros égos et surfer sur leur petite médiatisation...
En l'occurence l'initiateur du projet, c'est Edge et donc pas Mike Scheidt "qui s'entoure d'un de ses potes" (au passage, s'entourer d'un pote ça doit etre assez difficile...). Peut etre que Doyle peut brasser large mais c'est aussi le propriétaire du studio où l'album en question a été enregistré, mais vu le ton de la chronique c'est peut être pas un point positif à rajouter à son cv.
Que ce soit proche de Yob, peut être, et encore 7 morceaux pour 24 minutes ça change quand meme pas mal de 4 morceaux pour 55 minutes, la dynamique n'est pas du tout la même et ça n'en fait pas un handicap (àmha), ET le travail d'écriture n'est pas revenu à Edge comme c'est dit puisque c'est lui qui est à l'origine de ce projet qui ne traite absolument pas de la création de l'univers en 7 jours... pour le concept fumeux on repassera mais pour la connaissance de ce qu'est Lumbar c'est carrément flou (au mieux).
Il ne me semble pas qu'aucun des 3 protagonistes ait monté ce projet parce qu'ayant le besoin de se sentir exister, on en dira pas de même du chroniqueur et de sa prose

Madrigal
Membre enregistré
Posté le: 08/01/2014 à 16h37 - (110649)
Je suis assez d'accord avec o_0.
J'ai interviewé Mike Scheidt sur le sujet.
Clairement, c'est Aaron Edge qui a proposé à Mike Scheidt de chanter pour lui car il ne pouvait plus physiquement. ce n'est que la musique d'Edge. Scheidt a aimé la musique, il a dit banco mais a proposé d'aller l'enregistrer chez Doyle pour marque le coup car ça risquait d'être la dernière livraison d'edge à cause de sa maladie.
Ce n'est pas un super groupe comme le présente la presse, c'est une participation pour aider un ami et il s'avère que les noms des participants sont très intéressants.
Scheidt me disait qu'il ne fallait pas considérer de Lumbar comme un album avec les standards classiques. Il y a un début et une fin, point, c'est un témoignage dans la douleur de la musique d'Edge.
C'est très court, c'est pas exceptionnel, mais l'ambiance est très bonne et le produit n'est pas cher. Faut appréhender le sujet un peu différemment de d'habitude.

Bras cassé
Membre enregistré
Posté le: 08/01/2014 à 20h07 - (110650)
Merci a vous 2 pour vos commentaires qui completent cette kro.
Les infos ne sont pas legion sur ce projet, donc je laisse planer le doute sur le theme des fameux 7jours, puisque c’est ce que j’ai lu a plusieurs reprises. Pour le reste, Edge est bien l’initiateur du projet, mais pourquoi ne pas s’etre entoure d’illustres inconnus si le message est le plus important? Pourquoi avoir des stickers sur l’album mentionnant “le nouveau super projet de Mike Scheidt” alors que Edge est le directeur artistique du label qui produit l’album?

Mais tout ca est de la poesie puisque ce qui nous interesse ici est la musique, et elle est franchement quelconque.


Madrigal
Membre enregistré
Posté le: 09/01/2014 à 06h33 - (110653)
ça ce sont les labels malheureusement... ou heureusement d'ailleurs. Il faut bien faire vendre. aaron edge est moins connu que mike scheidt

après oui, la musique prime. J'étais dubitatif au début à cause de la durée. 25 minutes merde... et puis si on prend ça pour ce que c'est, un témoignage d'une ambiance avant une mort possible, beaucoup de choses prennent du sens. C'est loin d'être l'album de l'année mais c'est très plaisant...
après les coups et les douleurs ;-)

Sydz
IP:212.234.218.50
Invité
Posté le: 09/01/2014 à 09h44 - (110656)
Pour l'avoir acheté avec mes petits sous a moi, je ne regrette pas l'acquisition.
Effectivement c'est un peu court et pas très original. Mais y'a de l'ambiance, du gros son, un chant remarquable (forcément c'est Mike Scheidt, et c'est peut être pour ca que Edge a fait appel a lui, ca court pas les rues les voix de ce type)
Je comprend pas qu'il se fasse lyncher comme ca (entre la chronique de New Noise et celle VS...),
à croire que Yob a tellement de succès que tout ce qui touche a ce groupe est devenu has been.

Sydz
IP:212.234.218.50
Invité
Posté le: 09/01/2014 à 09h45 - (110657)
Et puis limite, rien que pour l'artwork, ca vaut le coup de chopper le vinyle.

o_O
IP:90.18.205.229
Invité
Posté le: 09/01/2014 à 16h03 - (110661)
En définitive autant de mauvaise foi et de parti pris à l'encontre de ce projet n'arrivent finalement pas à cacher que le chroniqueur connait très mal ce dont il parle:
les infos pas légion? ben, tu lis peut-être pas l'anglais parce que y'a eu quand meme pas mal d'interviews des protagonistes et ta chronique ne laisse absolument aucun doute quant à ton interprétation (foireuse) du concept des 7 jours, pas plus que tu ne sembles savoir ce que dit vraiment le fameux sticker donc tu parles.
Du coup c'est quand meme plus facile de parler des à cotés, suspecter les zicos et le label (de quoi d'ailleurs? collusion? avoir la chance d'avoir des potes un peu célèbres? faire du fric sur un album pressé à 1500 ex? ) mais ça ne tient pas la route bien longtemps, parce que la musique peut en effet ne pas être à ton goût mais si tu as écouté l'album de la même manière que tu t'es interessé à son (véritable) concept et à sa genèse, eh ben t'as pas dû en entendre grand chose...

Bras cassé
Membre enregistré
Posté le: 09/01/2014 à 19h54 - (110664)
De quoi tu parles? Vantes les mérites de cet album au lieu de me tailler. Je reconnais volontiers mettre trompé sur le concept des 7 jours, que tu rectifies ici grace à ton commentaire, mais quel est l’intérêt de monter sur tes grands chevaux ? L’album, je l’ai en main propre, et c’est bien Edge, à la fois compositeur de cette galette et directeur artistique du label, qui a inscrit (ou validé) la mention « nouveau projet de Mike Scheidt », et qui à mon gout décrédibilise sa démarche. Et puis relis la kro, la genèse, oui, je l’ai saisis.
Je trouve cet album fadasse, et si tu ne ressens pas la même chose, viens tout simplement nous dire pourquoi.


grrr
Membre enregistré
Posté le: 10/01/2014 à 08h44 - (110670)
Très (trop?) court mais après tout pourquoi pas?
Je lui trouve de petits relents drone par moments...
En tout cas, atmosphère prenante, écrasante et album commandé!




o_O
IP:90.18.205.229
Invité
Posté le: 10/01/2014 à 12h56 - (110675)
Tailler? ah non, je voulais simplement répondre à ta chronique sur le ton que tu as employé pour l'écrire. Parce qu'il suffit de te relire pour savoir qui de nous deux monte sur ses grands chevaux. D'ailleurs un autre commentaire parle de "lyncher", c'est peut-être pas par hasard... Ce qui me gêne ça n'est pas que tu n'adhères pas à cet album -tu auras peut-être remarqué que je n'ai pas parlé de ta note et que j'ai dit plus haut que la musique peut très bien ne pas être à ton goût- mais la façon dont tu en parles. Ou dont tu n'en parles pas, en fait, puisque quelqu'un qui ne connaitrait pas Yob pourrait difficilement se faire une idée de ce qu'est, musicalement parlant, Lumbar. Ok on a un peu du cv des 3 zicos, ce qui manifestement les rend suspects... et?...
"surfer sur sa petite médiatisation"? "Le plaisir de jouer entre potes" "à moindre danger" "à moindre frais", tu en es sûr?
Edge qui aurait mieux fait de "s'entourer d'illustres inconnus"? dans quel but? tu reviens sur cette affaire de sticker "qui décribilise sa démarche". Ah bon? A nouveau tu ne nous parles pas de la musique et je ne comprends pas en quoi cela devrait décridibiliser la démarche de faire un album pressé à 1500 exemplaires et dont on sait déjà qu'il n'y aura pas de suite.
Cet album c'est la mise en musique d'un homme confronté à une maladie dégénérescente, et dont l'issue certaine (mais ça c'est le lot de tout le monde) est connue à plus ou moins brève échéance (et là y'a déjà beaucoup moins de monde dans ce cas). Je ne dis pas que c'est un album exceptionnel mais qu'il y avait certainement une autre manière (je ne dis pas "plus intelligente", pour que tu ne penses pas que je te prends de haut) d'en parler.

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker