LOVE SEX MACHINE - Asexual Anger (Throatruiner/Lost Pilgrims) - 09/03/2016 @ 07h15
LOVE SEX MACHINE sait se faire discret. Les lillois font profil bas et se font discrets depuis la sortie de leur dernier disque. Sans crier gare, on les a vu revenir avec un nouvel LP « Asexual Anger ». LOVE SEX MACHINE fait partie de ces groupes de ventre mou, capable de coups d’éclats ponctuels mais auxquels il manque un petit quelque chose pour rivaliser sur la longueur avec les grands champions du style. « Asxual Anger » confirme ce constat. Le disque est correct mais sans plus. On écoute ça bien tranquillement, on se dit que « tiens, c’est pas mal ça » puis ça retombe dans le moyenne du genre comme si le groupe ne parvenait pas à atteindre cette constance dans l’excellence. Et c’est dommage car cet album à vraiment ses bons moments mais donne aussi l’impression de tourner un peu à vide et de ne pas parvenir à se renouveler, à redonner un coup quand c’est nécessaire où à tuer le Game à l’aide de la partie qui tue, du morceau qui va mettre tout le monde d’accord. LOVE SEX MACHINE n’a pas cette mentalité de tueur des surfaces qui te claque le but de la victoire au moment opportun.

Les lillois font tout bien pourtant. Trop bien peut-être. On sent l’application et l’envie de faire une musique qui leur plait mais dans cette scène qui, actuellement, déborde de groupes, seuls les plus forts survivent. Et la lutte sera acharnée, sans pitié. On trouve tout ce qu’on attend d’un album de sludge/postcore/crustyblack. Du gros son, des riffs de plombs, une basse ultra lourde et une batterie bien boueuse. Puis la voix. Sur la voix, y’a pas grand-chose à redire, le boulot est fait plus que correctement et le mec donne tout. Vraiment tout. Mais la musique ne suit pas assez. Derrière c’est trop balisé, trop classique, presque banal aurais-je envie de dire, en poussant un peu. Les riffs sont lourds, pachydermiques, avec une petite pointes de son « djent » sur certains (« Drone Syndrome ») mais cette lourdeur ne s’accompagne d’aucune atmosphère ou ambiance susceptible de transporter, d’emmener ailleurs, de mettre celui qui écoute dans un état presque second. On écoute, on bouge la tête, mais on ne ressent pas grand-chose. La musique passe mais ne pénètre pas et, finalement, l'ennui arrive. Irrémédiable. Cruel. Sans pitié. Je ne sais pas comment l’expliquer d’une meilleure façon.

Il n’en reste pas moins de bonnes choses sur « Asxual Anger » comme la doublette « Black Mountain », « Aujeszky » en milieu de disque qui là, propose quelque chose de plus habité grâce à sa touche postcore plus poussée ou une lourdeur un peu plus insidieuse qui fait la différence sur ces deux titres par rapport au reste. Là, on sent poindre quelque chose sous la carapace de la musique, une descente vers l’enfer qui parle aux tripes plus qu’aux oreilles. Le son est maousse, gros, lourd, dans la lignée de ce que fait un Black Sheep Wall ou un Admiral Angry avec, toutefois, un peu plus de fuzz ici ou là. LOVE SEX MACHINE fait dans la destruction auditive mais sans réelle conviction. On sent l’envie d’en découdre et de venir jouer dans la cour des grands de la lourdeur mais les lillois n’ont pas encore ce qu’il faut pour être en mesure de rivaliser malgré une voix hargneuse au possible et quelques morceaux d’excellente facture. Le reste tourne un peu en rond, la faute à un manque de variété, de variations dans les riffs et la structure des morceaux. Plus proche de Black Sheep Wall que d'Admiral Angry et, quelque part, ça me fait vraiment chier d'écrire ça.



Ecouter. Télécharger. Acheter - 78 téléchargements


Rédigé par : Seb On Fire | 12/20 | Nb de lectures : 6646




Auteur
Commentaire
gulogulo
Membre enregistré
Posté le: 09/03/2016 à 08h29 - (119587)
Le constat final est pas faux, sauf que contrairement à BSW ils ne surjouent pas une oufdinguerie qu'ils n'éprouvent pas dans leur teuté.



ManOfShadows
Membre enregistré
Posté le: 17/03/2016 à 13h31 - (119647)
Mon ressenti est similaire à celui de la chronique. C'est bien fait, consciencieux et noir, mais c'est le grand vide musical et émotionnel. Un pétard mouillé.



Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker