LORD DYING - Poisoned Altars (Relapse) - 04/02/2015 @ 07h41
La pochette et le patronyme clichés ne donnent pas plus envie que le regard bête et perdu des 3 acolytes aux cheveux gras qui ornent les visuels promos. Ceux-ci dissuadent plus qu’ils n’allèchent, mais le trio de Portland a lui aussi le droit à sa couverture médiatique, et Relapse croit en eux. Ils semblent d’ailleurs les seuls. Les liens vers les mp3 envoyés à tous les chroniqueurs du monde pour leur premier album m’avaient permis d’obtenir nonchalamment ledit téléchargement, pour finalement éviter d’aller plus loin. Bizarrement, j’ai eu le sentiment à ce moment-là que tout le monde avait fait comme moi, à prêter une oreille distraite à ce combo plus qu’à ne l’écouter attentivement. Le résultat d’hier n’est pas davantage excitant que celui d’aujourd’hui, pour leur second opus intitulé Poisoned Altars.

En décortiquant bien chaque titre, on y trouvera du passable voire même du bon. Mais dans son ensemble, le tout respire la médiocrité et te ressasse ce que tu connais déjà. Poisoned Altars est relativement bête dans son approche mais pas méchant, car il n’y a pas d’agressivité pure et dure. Il est le fruit de veaux qui foncent droit devant, peu talentueux, en se débarrassant de toute subtilité et même de charme, puisque cette galette n’a ni l’un ni l’autre. Ne faites pas l’affront à vos écouteurs de les considérer au moment d’insérer Lord Dying dans votre platine. Ils valent mieux que cela. Par contre, c’est du pain-béni pour votre voiture, où les kilomètres défilent et le cd se relance une seconde fois sans que l’on ne s’en rende compte. Nous sommes plus indulgents en véhicule où les sonorités extérieures gâchent de toute manière l’écoute attentive de musiques léchées et détaillées. Il est donc approprié de se tourner vers la simplicité, le tchak-boom sur des riffs basiques passe tout de suite mieux et de toute manière, c’est uniquement ce que ce trio a à offrir.

Le chant troublant y sera donc toléré. Non pas troublant par sa qualité, mais pas sa ressemblance avec Kirk Windstein, leader de Crowbar. Le mimétisme va loin puisque le timbre, le déclamé et les intonations rappellent par moment l’original, sans le challenger. Les riffs rythmiques à la fainéantise trop visible ne sont rien à côté de la batterie fulgurante. N’importe quel idiot ayant un minimum le rythme dans la peau peut être en mesure de tapoter aussi bien sur les quelques toms que le marteleur a à sa disposition. Oui, même toi ! Le tout donne une musique poussive et engoncée dans des clichés où elle se jette à pied joint sans retenue. Trop propre pour être appelé du sludge, les riffs ne sont pas assez percutants pour être du trash, les américains titubent d’un style à l’autre sans n’appartenir à aucun, et leur musique regroupe finalement les caractéristiques intrinsèques du Metal dans ses grandes lignes.

Lord Dying m’interpelle sur le choix de Relapse, et confirme que le label de Philadelphie n’a plus le nez creux pour les nouveautés. Certes, on ne peut pas découvrir les Mastodon-de-demain à chaque démo reçue, mais tout de même, ce genre de sortie prend tristement le pas sur le reste.

Après vous avoir ouvert mon cœur et dispensé toutes ces méchancetés à leur égard, je dois aussi vous confier que pour les besoins de cette chronique, j’ai écouté 1 à 2 fois par jour cette galette pendant 2 semaines, et je n’y ai pas éprouvé que du déplaisir. Parfois, on accepte volontiers l’auto-flagellation, baisser le niveau pour apprécier la simplicité. Le titre A Wound Outside of Time n’est pas désagréable, renforcé par quelques accélérations de-ci de-là qui tirent leur épingle du jeu tout comme quelques soli, certes basiques, mais remuants. Mais ce n’est pas suffisant, trop peu d’émotions se dégagent de cet opus.

Curieux de sensations nouvelles, passe (vite) ton chemin. Tel un plat surgelé, ce cd dépanne et peut même faire l’affaire lorsque rien d’autre n’est disponible, mais ne peut pas, et ne doit pas être la qualité acceptée au quotidien par tout metalleux prenant soin de lui. Lord Dying fait du Findus Metal, et doit être considéré tel quel.





Rédigé par : Bras Cassé | 11/20 | Nb de lectures : 9595




Auteur
Commentaire
Bernard
Membre enregistré
Posté le: 04/02/2015 à 13h54 - (115620)
Pas transcendant mais la note est quand même peut-être un peu sévère.

Burn
IP:82.66.214.120
Invité
Posté le: 05/02/2015 à 01h33 - (115624)
Non, pas du tout. Du sous sous High On Fire/Crowbar avec le côté super déconne de Red Fang... ça vaut même pas la moyenne, si on parle de note...

Dasap
IP:80.15.179.129
Invité
Posté le: 06/02/2015 à 13h54 - (115643)
Je te trouve dur, même si dans le fond c'est sur que le groupe ne révolutionne pas grand chose. Comme beaucoup de groupes d'ailleurs... Je les ai vu en live l'année dernière avec Red Fang justement et j'ai pris énormément de kiff à les voir. ca joue bien et ils font le taff. Après les goûts et les couleurs..

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker