LIVHZUENA - Dark Mirror Neurons (Klonosphere/Season of Mist) - 07/08/2015 @ 08h48
LIVHZUENA avec le H avant le Z. LIVHZUENA avec le H avant le Z, à répéter pour que ça rentre dans le crâne. Il ne faut pas se tromper pour retrouver facilement le groupe sur facebook et Metal-Archives (Google est plus intelligent et corrige de lui-même, lui…). Derrière ce nom bizarroïde se cache un groupe breton existant depuis 2011, mais surtout une formation très intéressante dans le registre du « Metal français ». Avec guillemets car on parle bien d’un ensemble, et même si LIVHZUENA (j’ai encore failli mal l’écrire…) ne fait pas à proprement parler du « French Metal », ce Metal groovy et polyrythmique voire un peu alternatif, il en arbore quelques caractéristiques. Déjà le passage par la Klonosphère et ensuite des influences communes, à commencer par GOJIRA et un peu de MESHUGGAH. Mais Dark Mirror Neurons, premier album après un deux-titres en 2013 (dont les deux morceaux se retrouvent ici), va proposer quelques apparats un peu plus personnels, notamment au niveau de l’ambiance, plutôt qu’un énième copiage de HACRIDE (pourtant cité en influence), du KLONE des débuts, et consorts…

Au niveau du style autobaptisé « Neckbreaker Music », LIVHZUENA pratique plus simplement du Death moderne progressif, faisant bien évidemment étalage d’une certaine technique, de nombreux passages complexes sont là pour le prouver. Même si l’on pense à un MISTAKEN ELEMENT, Dark Mirror Neurons n’est un album ni foncièrement cérébral ni vraiment groovy, s’inscrivant plutôt dans une atmosphère sombre et futuriste. Des effets d’ambiance divers et variés vont donc épicer les 41 minutes (ni trop, ni pas assez) de ce premier album d’ores et déjà bien troussé. Un petit côté cyber se dégage souvent de l’ensemble, me faisant parfois penser à JENX signé sur le même label, d’autant que le chant de Franck est assez proche de celui de Xav. Un chant éraillé assez particulier, voire même rebutant aux premières écoutes, car on pourra le trouver quelque peu poussif. Mais il colle finalement bien à l’ensemble, très proche du ton à la Ben Hollyer (OCTOBER FILE) notamment utilisé par SUTRAH récemment, ce qui ne choque pas quand on a l’habitude des chants « Hardcore » parfois utilisés dans le French Metal. Ce n’est toutefois pas le point fort de LIVHZUENA, mais ça ne sabre pas Dark Mirror Neurons outre mesure, dont la musique est de toute façon de qualité, avec en sus une excellente production moderne et percutante (réalisé au Slab Sound qui a notamment vu passer LOUDBLAST).

Et Dark Mirror Neurons démarre fort en mettant directement sur la table toutes les capacités de LIVHZUENA (j’allais encore me gourrer sur l’ordre des lettres, si si). D’abord l’air de rien sur un départ plutôt mélodique qui nous présente également le chant, mais plus ce "Mars" avance plus les plans s’enchaînent sans prévenir, amenant d’abord une certaine efficacité puis ensuite d’excellentes compos techniques, en plus de riffs très percutants. L’ensemble n’est jamais tape-à-l’œil et riffs mélodiques et lignes de chant reviennent en boucle pour ne pas perdre l’auditeur dans un maelström technique stérile. Une dualité entre simplicité des schémas et technique des compositions que l’on retrouve encore pour "Nalli", à la fois plus lourd et plus accrocheur, grâce notamment à quelques riffs coup-de-poing et des écarts de voix, accompagnés de petites fulgurances de sweepings. L’ambiance futuriste commence également à se poser, et elle se découvre au fur et à mesure de l’album, en fond de "Wave the Banner" grâce à quelques petites trouvailles comme ces chœurs originaux, tandis que le morceau retrouve les velléités mélodiques entrevues sur "Mars" en plus de continuer à étaler riffs bien percutants et petits assauts techniques. Mélodies que l’on retrouve en force sur "Shadows and Matter" (on a même le droit à un peu de chant « clair »), morceau à part mais peut-être la piste la plus marquante de Dark Mirror Neurons, le riff principal reste en tête et c’est d’ores et déjà un tour de force de la part de LIVHZUENA (je l’avais encore mal écrit punaise !) pour son premier album (dans le style et par rapport au reste, ce morceau me fait penser au "Ommatidia" de THE NEW DOMINION pour ceux qui connaissent). Et l’ambiance si particulière continue à s’exprimer, sans pour autant user d’artifices, qui vont surtout se retrouver pour "Quantic Quake Monster", avec le throat singing qui accompagne des riffs plus sombres, nous offrant quelques moments assez sidérants. Des moments presque épiques que l’on retrouve aussi au sein de "Void", où LIVHZUENA manie avec une certaine aisance les variations de tempo et se montre toujours inspiré dans le riffing à la fois lourd et technique.

Dark Mirror Neurons se clôt par son morceau-titre qui en huit minutes, résume bien toutes les capacités actuelles de LIVHZUENA avec de plus une structuration lancinante plutôt bienvenue, ajoutant une nouvelle valeur ajoutée aux travaux d’ambiance des bretons. Du bel œuvre pour un premier album, qui laisse encore entrevoir quelques possibilités d’amélioration. Le Metal du groupe pourrait être encore plus varié, notamment du point de vue des passages techniques, sans tomber dans le démonstratif et sachant que l’ensemble est déjà bien goupillé. Les influences sont bien évidemment encore palpables, un "Void" sent quand même le GOJIRA de trop loin, même si l’efficacité est au rendez-vous sur les moments les plus rythmés. Enfin, le chant doit tout de même progresser, il demeure parfois un peu plat sur l’ensemble de certains morceaux ("Wave the Banner", "Void"), paraît même fatigué sur "Dark Mirror Neurons", et pourrait bénéficier de plus de variations comme celles entrevues sur "Nalli". En l’état, Dark Mirror Neurons n’en est pas moins un très bon début, s’éloignant d’une bonne partie de ses collègues grâce à son côté cyber-sombre qui n’en fait pas des tonnes, capitalisant plutôt sur de petites trouvailles et un travail sur la lourdeur « moderne » des riffs. Voilà donc un « premier album » prometteur dans un genre Death moderne influencé mais personnel, et sur ces belles bases il ne me reste plus qu’à souhaiter un avenir riche pour LIVZHUENA. LIVHZUENA pardon. Merde.



http://livhzuena.wix.com - 99 visite(s)


Rédigé par : ZeSnake | 15/20 | Nb de lectures : 8253




Auteur
Commentaire
Schrissse
IP:77.146.7.76
Invité
Posté le: 14/01/2016 à 16h23 - (119158)
Un très vraiment bon premier disque ! "Shadows and matter" est effectivement le meilleur morceau !

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker