LE METAL DANS LES PAYS MUSULMANS - Cette jeunesse qui a contribué au Printemps arabe (Camion Blanc) - 28/10/2014 @ 07h09
L'occident a crée la musique metal, c'est un fait, mais fort de son succès et de son évolution, toujours plus extrême au fil du temps, elle a réussi à s'exporter dans bon nombre de contrées où son acceptation se relève bien plus ardue. La musique metal est une musique forte, virulente, engagée parfois. Une musique qui, dans des pays en proie à certaines interdictions, se veut une véritable porte de sortie face à l'oppression. « Le Metal Dans Les Pays Musulmans » en est la preuve écrite, relatée par Mark LeVine, Professeur d'histoire à l'Université de Californie et musicien accompli ayant côtoyé un certain nombre de grands de ce monde. L'auteur, pour la réalisation de son ouvrage, est parti à la rencontre de la jeunesse issue du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord afin de nous faire découvrir comment dans ces pays, assez loin de nous géographiquement et culturellement, la jeunesse metalleuse arrive-t-elle à vivre sa passion, écouter ou jouer de la musique metal.

Durant l'ensemble des 404 pages de l'ouvrage, l'auteur nous fait voyager du Maroc au Pakistan, en passant par l'Iran, l'Égypte, la Palestine, Israël et le Liban. Un voyage instructif, dépaysant, nouveau, posant un regard ignorant sur une société différente. On se retrouve avec divers témoignages, issus de fans et de musiciens. Par leurs biais, on est face à la difficulté qu'ont ces jeunes à pouvoir jouir pleinement de leur passion. Être metalleux au MOAN n'est pas une mince affaire, même si ce n'est pas impossible. Selon l'endroit où l'on vit, la donne change considérablement. On y apprend que faire du metal n'est pas aussi simple qu'en occident, que s'acheter du matos, répéter et jouer en live relève parfois du parcours du combattant, souvent avec l'épée de Damoclès au dessus de la tête. Les gouvernements, bien souvent hostiles à ce genre de musique, peuvent parfois aller très très loin. De véritables chasses aux sorcières ont déjà eu lieu, menant de pauvres fans directement en prison. Accusés de satanisme, ces derniers ont subi tabassages en règle, persécutions, voire viols, avant de subir leur procès. Ce genre d'acte a eu de quoi refroidir un paquet de metalleux, mais pour la plupart, ceci s'apparente à une véritable cause.

Ils subissent, mais n'abandonnent pas, comme en Égypte où avoir les cheveux longs peut vous emmener, une fois encore, en cellule. Donc, afin de pouvoir vivre « normalement » le metalleux use de stratégie, comme cacher ses cheveux dans la rue, et pratique la plupart du temps sa passion à l'abri des regards indiscrets. Rien que le fait d'acheter de la musique relève du blasphème dans certains pays. La jouer aussi, si l'on vit en Iran ou au Pakistan. Au Maroc ou en Égypte, cela reste encore possible, s'il n'y a pas de descente de police pour interdire le show. Tout ceci renforce les jeunes fans à vivre leur passion, malgré les réprimandes. L'auteur nous brosse le portrait d'une génération coincée le cul entre deux chaises. D'un coté elle se voit subir la mondialisation, par la TV et internet notamment, et d'un autre coté elle est plongée dans un état où la religion est énormément présente et influente. Certains courants religieux, comme les Frères Musulmans, moins partisans du régime mis en place par l'Etat luttent tout autant que peuvent le faire les fans de metal. Même si leurs combats se rapprochent, leurs différences ne les rapprochent en rien et aucune union n'est jouable.

L'ouvrage ne s'arrête pas seulement au metal. Il brasse aussi différents courants « rebelles » tels que le hip-hop, très présent et plus facilement acceptable s'il suit les lignes de conduite du pouvoir. Beaucoup de rappeurs donnent leurs impressions sur le fait de pouvoir faire de la musique « non-traditionnelle » au sein de leur culture. À la différence du metal, celui-ci se voit moins pris en chasse car moins outrageux. On en apprend également beaucoup sur certaines formations plus pop-rock issu de pays où le metal est véritablement rare. Pour eux aussi, faire de la musique est très délicat si on ne rentre pas dans le carcan de l'état, comme en Iran. Certains pays refusent même catégoriquement d'avoir du chant voir, pire, des femmes sur une scène (sauf si celles-ci se voient jouer uniquement devant des femmes). Dans un pays comme le Maroc, la place des femmes au sein de la musique est acceptée de nos jours, même si parfois certains fans masculins n'hésitent pas à les huer pour le simple fait qu'elles soient du sexe opposé. Des formations 100% féminines, telles que MYSTIC MOODS, émergent et imposent leur style dans un monde où l'homme à une place plus « importante ». Cependant, il est bien rare de rencontrer des groupes uniquement féminins. Les filles font tout de même partie intégrante du monde metal d'Orient, comme le prouve la couverture de l'ouvrage. On les retrouve surtout lors des concerts et moins sur scène.

De nombreux groupes suivent les codes typiques du metal occidental, tel HATE SUFFOCATION en Égypte par exemple, mais pour beaucoup, le mélange des styles est souvent au rendez-vous. Metal, funk, jazz, rock, pas mal de formations s'orientent dans une fusion de genres qui se veut intéressant. Le metal pur et dur est tout de même fortement présent, même si l'auteur pioche beaucoup dans tout ce qui est « rock » au sens large à certains moments. Malheureusement, beaucoup de formations présentées dans l'ouvrage n'exercent plus à l'heure actuelle. Ce qui ressort énormément de ce livre, c'est le fait que d'être fan de metal dans le MOAN est très difficile et qu'il faut une sacrée paire de burnes pour affronter toute la pression exercée dans certains pays. Le Maroc ressort un peu comme une exception, permettant d'organiser un excellent festival, avec le L'Boulevard même si tout n'est pas rose pour les fans de metal là-bas.

Que ce soit en Égypte ou en Iran, ce livre démontre que, même si la pression contre cette musique est toujours vivace, les metalleux d'Orient ont cette niak qui les pousse à vivre pleinement leur passion. Après avoir lu les 404 pages de ce bouquin, on ne peut que saluer le courage des fans et musiciens présents là-bas et de croire que le metal issu des pays arabes devrait être bien plus médiatisé. L'auteur peut avoir, à certains instants, une fâcheuse tendance à trop aduler certains musiciens il n'en reste pas moins que cet ouvrage reste un bon livre, brassant différents courants, qui nous en apprend beaucoup sur une scène encore trop inconnue par chez nous.


Titre : LE METAL DANS LES PAYS MUSULMANS - Cette jeunesse qui a contribué au Printemps arabe
Par : Mark LeVine
Editeur : Camion Blanc
Traduit par : Reda Acheb
Nombre de pages : 404
Prix : 34 Euros


http://www.camionblanc.com/?p=detail_livre&ID=474


Rédigé par : Velvet Kevorkian | المعادن/ | Nb de lectures : 12611




Auteur
Commentaire
Moshimosher
Membre enregistré
Posté le: 28/10/2014 à 08h05 - (114356)
Ca m'a l'air intéressant tout ça... :)

Ennemie
Membre enregistré
Posté le: 28/10/2014 à 08h12 - (114357)
L'essaie est alléchant, même si il est difficile de parler largement de l'impact large de cette (ces) musique(s) dans tout ces pays, je félicite le travail.



GabinEastwood
Membre enregistré
Posté le: 28/10/2014 à 09h08 - (114362)
Pour l'avoir lu je peux dire qu'il est très intéressant, on y apprend que selon les pays les influences occidentales ou traditionnelles sont très variables. D'autre part le côté géopolitique y est expliqué de manière assez claire et construite.

L'auteur a bien potassé son sujet, et même si l'ensemble est parfois un peu "lourd" et dur à suivre ça n'en demeure pas moins extrêmement instructif.



Ivan Grozny
Membre enregistré
Posté le: 28/10/2014 à 13h41 - (114376)
Ce livre doit être certainement intéressant, mais je suis partagé par l'approche même du sujet, à cause de l'étiquette "printemps arabe". Le metal dans les pays musulmans sans l'accroche donnerait plus de crédit à l'ensemble. Ou sinon, autant lire de la littérature géopolitique, c'est un sujet sérieux.

AnusFraicheur
Membre enregistré
Posté le: 28/10/2014 à 14h04 - (114377)
Surtout quand on voit ce que ça a donné ce printemps arabe...

Reflebe
Membre enregistré
Posté le: 28/10/2014 à 16h46 - (114383)
Le sujet est intéressant même si comme dit Ivan Grozny, le sous-titre "Cette jeunesse qui a contribué au Printemps arabe" est peut-être excessif. En tout, j'ai l'impression qu'une partie de l'avenir du metal va se jouer dans le monde non occidental, ne serait-ce que parce que des scènes metal d'orient et d'Afrique émergent avec beaucoup de dynamisme et parce qu'on porte un regard (et des oreilles) vers elles. On trouve de plus en plus de documentaire à ce sujet (Global Metal, A l'est de l'enfer, Death metal Angola...). Si les groupes se démarque des modèle occidentaux dominants, il en sortira des choses à mon avis intéressante.

AnusFraicheur : Après la révolution française, on a eu un empire, un retour à la monarchie et une seconde révolution. ça se réduit pas à 1789 et la prise de la bastille. Alors, les printemps arabes, on verra bien ce qu'il en saura...

AnusFraicheur
Membre enregistré
Posté le: 28/10/2014 à 17h04 - (114384)
Reflebe : sans déconner...

veliki circus
IP:80.215.224.15
Invité
Posté le: 28/10/2014 à 19h41 - (114391)
Reflebe +1

Moshimosher
Membre enregistré
Posté le: 28/10/2014 à 19h44 - (114393)
@Ivan Grozny : je suis désolé mais, à mes yeux, le metal est un sujet sérieux. Peut-être même plus sérieux, en ce qui me concerne car, sans lui peut-être que je me serais suicidé depuis bien longtemps (je précise que, dans l'état actuel des choses, je ne suis pas du tout suicidaire). Par contre la situation géopolitique de nombre de pays n'a qu'un impact plutôt limité sur ma vie, la seule que j'ai et la plus importante pour moi parmi toutes celles coexistant sur terre... Bon, je précise que je ne suis pas particulièrement égoïste, peut-être même pas véritablement égocentrique, mais, cependant, honnête et, je crois, lucide... Franchement, si le metal n'était qu'un vulgaire enfantillage, nombre de metalleux "musulmans" de ces pays préféreraient rentrer dans le rang plutôt que de risquer leur peau, leur intégrité ou je ne sais quoi d'autre...

Quant à la référence sur le printemps arabe, faut pas négliger l'aspect marketing, tout simplement... Pour "juger" ce bouquin, mieux vaut d'abord le lire... en entier ! :)



Ivan Grozny
Membre enregistré
Posté le: 28/10/2014 à 22h01 - (114400)
Cher Moshimosher, ne me fais pas dire ce que je n'ai pas dit. Je connais très bien de l'intérieur ces techniques d'écriture, celles de faire coïncider dans une même tagline un sujet de société / politique avec du marketing. Il n'est pas question ici de faire du metal ou plus généralement de l'art un sujet mineur, l'art et la création sont toute ma vie. C'est le mélange des genres qui me dérange, et ici particulièrement cette manière très anglo-saxonne de porter le flambeau de la liberté — il est entendu dès l'accroche que le printemps arabe est positif — avec le sujet principal, le metal. En dehors, le metal dans les pays musulmans m'intéresse. Ce livre aussi peut-être, je réagissais uniquement sur l'accroche ;-)

pamalach
Membre enregistré
Posté le: 28/10/2014 à 22h04 - (114401)
Je n'ai pas encore fini de le lire mais je trouve que c'est vraiment intéressant comme bouquin. On peut voir combien la réalité des metalleux dans certains pays est différente de la notre et combien, coincé parfois dans nos représentations, on est loin d'imaginer comment ça se passe ailleurs.



Moshimosher
Membre enregistré
Posté le: 28/10/2014 à 23h43 - (114402)
@Ivan Grozny : ok, pas d'problème... :)

Reflebe
Membre enregistré
Posté le: 29/10/2014 à 11h06 - (114414)
AnusFraicheur : si, si je t'assures...

Jus de cadavre
IP:81.53.248.103
Invité
Posté le: 29/10/2014 à 19h32 - (114425)
Pourquoi pas à l'occas ce bouquin :)
Sinon concernant le printemps arabe et les commentaires de bistrot "ah ben on voit ce que ça a donné" me font rire aussi :)


Reflebe
Membre enregistré
Posté le: 30/10/2014 à 09h28 - (114435)
Y avait pas une section "le bar" dans le forum de VS un temps? On se rattrape où on peut pour les commentaires de gros bofs :)

borntogrowl
IP:147.173.195.85
Invité
Posté le: 31/10/2014 à 10h29 - (114447)
"Cette jeunesse qui a contribué aux printemps arabes". Ben bordel, y a pas de quoi être fiers....

Gandolf le Gritler
IP:209.159.138.18
Invité
Posté le: 01/11/2014 à 00h39 - (114465)
Trop classe le tchador en couverture

metatron
IP:86.76.205.46
Invité
Posté le: 01/11/2014 à 11h21 - (114469)
MOAN ? Gné ? Quoi k'est ce ?

metatron
IP:86.76.205.46
Invité
Posté le: 01/11/2014 à 11h22 - (114470)
Ah, ok, je viens de comprendre (Moyen Orient Afrique du Nord).

Localoca
IP:193.51.191.241
Invité
Posté le: 05/11/2014 à 10h07 - (114515)
je trouve que c'est du n'importe quoi comment parler de Printemps arabe et 95% des pays concernés dans le livre sont des pays qui n'ont rien avoir avec la révolution ?
Israel,Palestine,Pakistan, Maroc... ???!!!!!!
L'Egypte = Prise du pouvoir par l'armé, la révolution n'a pas été faite par les artistes ou les metaleux
Seul Pays ou l'art en général et la musique rock et métal ont joué un rôle c'est en Tunisie.... Et comment parler de Printemps arabe sans citer la Tunisie et le groupe metal Myrath ??!!!!!!! (et que jusqu'a maintenant c'est le seul pays qui a réussi sa Révolution)

Titre a changer....

Velvet Kevorkian
Membre enregistré
Posté le: 05/11/2014 à 11h17 - (114517)
C'est vrai que le titre est assez trompeur car le sujet du Printemps Arabe n'est évoqué que dans l'introduction du livre.

lelahel
Membre enregistré
Posté le: 08/11/2014 à 00h58 - (114603)
et la musique dans tout ça?!

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker