LED ZEPPELIN - Celebration Day (Rhino) - 07/12/2012 @ 08h26
Le 10 décembre 2007, alors que Mouammar Kadhafi est à Paris et qu’en Russie Vladimir Poutine présente son 1er ministre Dmitri Medvedev comme candidat à sa succession, c’est à Londres que tous les fans de musique ont les yeux rivés ce jour-là.

En effet alors qu’on ne l’espérait même plus, Led Zeppelin fait son retour sur scène pour un concert hommage à Ahmet Ertegün (mort presque un an auparavant et fondateur d’Atlantic Records, le label historique du groupe) avec ses 3 membres survivants et Jason Bonham (fils du batteur originel, et dont la mort le 25 septembre 1980 à l’âge de 32 ans provoquera la fin officielle de la légende 3 mois plus tard) à la batterie.

Hormis pour les albums « No Quarter » et « Walking into Clarksdale » avec le duo Page/Plant (il suffit de se rappeler le passage mémorable des compères à NPA où un "Rock N’Roll" magistral avait ébloui l’assistance) c’est l’occasion pour toute une nouvelle génération de découvrir enfin le groupe sur scène après tant d’années d’absence.

L’évènement qualifié par la presse britannique comme le « plus grand évènement rock de l’histoire » provoquera un enthousiasme jamais vu, car plus de 20 millions personnes se connecteront au site internet chargé d’attribuer les 20.000 places disponibles de l’O2 Arena. Le record sera même homologué par le Guiness Book dans la catégorie « Plus forte demande de billets pour un concert unique ».

Le concert quant à lui propose 2h de show, avec 16 titres connus et moins connus. Le DVD s’ouvre avec une présentation façon cinéma, les noms des musiciens apparaissant chacun leur tour à l’écran.

Pas de fioritures pour la réalisation, c’est sobre et sans effets superflus. Les plans sont relativement longs et évitent les écueils des montages supersoniques (genre à la Michael Bay avec 10 plans à la seconde), par moments on a droit à une image sablonneuse typique des années 60-70.

N’espérez pas vous voir dans le public, si celui-ci est discret pour les cris et applaudissements, quasiment pas un plan visuel en revanche, hormis sur "Stairway to heaven". Bref le réalisateur s’est concentré uniquement sur le groupe et la musique.

La setlist elle pioche dans toute la discographie du groupe (entre parenthèses le nombre de titres pour chaque album) :
I (2), II (2), III (1), IV (4), "Houses of the holy" (2), "Physical Graffiti" (3), "Presence" (2)

Les lumières s’éteignent et résonnent les 2 coups de batterie de « Good times, bad times », entrée en matière très directe avec une version proche de la version album. Clin d’œil également puisque leur premier album s’ouvre sur ce titre.

« Ramble on » direct et efficace confirme que le groupe est en forme, que le son est excellent, et que malgré leur âge ils tiennent encore très bien la route.

Petit bilan après 2 titres, John Paul Jones fait toujours dans la sobriété et l’efficacité, et ses arrangements au clavier sont également sublimes (on en reparlera plus tard).
Jimmy Page est toujours le maître, à la fois blues, rock et hard, son style et son jeu si caractéristique est toujours aussi reconnaissable.
Pour la voix de Robert Plant, même si elle n’est plus aussi aiguë et puissante, reste toujours juste et carrée.
Enfin Jason Bonham, où comment remplacer son père et son style légendaire. Il avait la pression le fiston et ce qu’on peut dire c’est qu’il tient la baraque, alors certes son jeu est moins groovy et moins fluide, mais il est plus direct et plus épuré et cela lui permet de s’approprier les morceaux sans les dénaturer, et rien que pour cela il fallait le faire quand même !

Revenons aux morceaux, « Black Dog » survitaminé fait bouger la salle, tout comme un « In my time of dying » très puissant avec son riff entêtant au possible.

Petit surprise avec "For your life", tiré de l’album “Presence” et qui n’avait jamais été joué live, une curiosité efficace et réussie et qui a toute sa place dans la setlist.

« Trampled under foot » est l’occasion pour le groupe de rendre hommage à Robert Johnson, pour une version puissante et agréable.

« Nobody’s fault but mine » assez fidèle à l’album et rendue en hommage aux Blind boys of Alabama, continue de faire monter le concert en température et en intensité avant un des grands moments du show, qui voit arriver un « No Quarter » juste incroyable et sublime. Le synthé de John Paul Jones nous entraîne dans un monde cosmique et lunaire, encore plus belle et réussie que la version disque, celle-ci va vous envoûter pendant longtemps.

« Since I’ve been loving you » est elle aussi magique et planante, Jimmy Page a épuré son jeu sur ce titre tout comme Jason Bonham, mais ils arrivent parfaitement à rendre le côté mélodique et triste de ce bijou entre blues et rock.

« Dazed and confused » est le morceau le plus long du concert, un peu plus de 10 minutes, là encore Jimmy Page nous refait le coup de l’archet, ambiance incroyable et magnifiée par les lumières dignes d’un concert de Pink Floyd.

« Stairway to heaven », chaque fois que je l’écoute elle me file toujours des frissons. Magnétique et envoûtante, et 40 ans après sa sortie, ça reste un des plus beaux joyaux de l’histoire du rock.

« The song remains the same » toujours groovy et puissante comme la version studio, ça reste un des grands morceaux du groupe.

« Misty mountain hop », l’occasion pour John Paul Jones de s’amuser au clavier, avec ce titre assez atypique dans leur discographie mais qui a toute sa place pour cette soirée mémorable.

« Kashmir », lourde comme un 38 tonnes, avec son riff si facile en apparence et son rythme binaire, il reste un des grands hits du groupe et ils nous le prouvent une nouvelle fois.

Petit rappel bienvenue avec « Whole lotta love » toujours énergique et bondissant.

Deuxième rappel qui concluera la soirée avec « Rock N’roll », une grande soirée de rock n’roll en effet, et les Anglais ne pouvaient pas mieux choisir pour terminer cette soirée.

2h de concert qui nous prouvent qu’on a vu le plus grand groupe de l’histoire du rock, et une prestation qui restera dans l’histoire tout court.

Malgré une longue absence scènique, le fait que le combo a raccourci certaines versions live et la durée globale du show, on a certainement vu un des concerts du siècle avec une prestation d’ensemble exceptionnelle.

A noter les nombreuses versions existantes : 2CD + DVD – 2 CD + blu-ray- 2CD + 2 DVD - 2CD + 2blu-ray – Vinyl – 2CD uniquement.

Il faut aussi préciser que les 2ème DVD et blu-ray contiennent les répétitions à Shepperton Studios.

Tout le monde y trouvera son compte au niveau de la version de son choix et c’est le cadeau indispensable pour Noël pour faire plaisir ou se faire plaisir !

http://www.ledzeppelin.com/ - 126 visite(s)


Rédigé par : GabienEastwood | Live culte/ | Nb de lectures : 13514




Auteur
Commentaire
SvartNjord
Membre enregistré
Posté le: 07/12/2012 à 09h12 - (105000)
Je crois que j ai trouve le cadeau de noel du padre



Floyderz
Membre enregistré
Posté le: 07/12/2012 à 10h44 - (105002)
Je me suis fait plaisir, je suis allé au cinéma voir ce concert. On dira ce qu'on voudra mais le son maousse+l'écran de la taille d'un appart, ça vous change la vie!
Groupe mythique que l'on devrait, comme Pink Floyd ou les Rolling Stones, apprendre à l'école avec Bach et Bethoveen!
Le son est excellent et je ne m'attendais pas à une telle claque. Les zicos font le boulot et Robert Plant a arrangé certains passages pour les passer plus facile et il a raison! à 58 ou 59 ans à l'époque, il avait pas le choix.
Mais celui qui m'a fait un deuxième trou au cul, c'est John Paul Jones!! Il est aussi impressionnant que discret et ses parties basses/claviers sont justes exceptionnelles!
J'ai eu la chance de le voir avec Them Crooked Vultures et même avec un Dave Grohl en mode bucheron, il est là et tient la baraque.
Pour en revenir à Led Zep, mon sentiment est quand même que les mecs se demandaient un peu ce qu'ils faisaient là, au milieu de 20 000 personnes, presque 30 ans après. Et puis rapidement, je pense qu'ils se sont rappelé qui ils sont et là...la machine s'est remis en route pour notre plus grand bonheur!
J'espère que cet événement restera unique car aujourd'hui je suis pas sûr que la magie serait encore là. Et puis ils ont encore pris 5 ans dans le buffet. D'ailleurs Plant a déclaré que le rock et le hard/rock, c'était fini pour lui...



redkaos
Membre enregistré
Posté le: 07/12/2012 à 16h32 - (105008)
J'ai encore versé ma larme sur Since I've been loving you...live magique pour un groupe mythique.



redkaos
Membre enregistré
Posté le: 07/12/2012 à 17h05 - (105009)
J'ai encore versé ma larme sur Since I've been loving you...live magique pour un groupe mythique.



Ivan Grozny
Membre enregistré
Posté le: 08/12/2012 à 02h42 - (105016)
Il y a un chauve dans le groupe, c'est Jason Bonham, comme quoi.



Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker