LEBEN OHNE LICHT KOLLEKTIV / IMMEMORIAL - Quantum Of Abstract Physics (Cold Dark Matter/Frozen Wing/Le Crépuscule du Soir) - 03/10/2012 @ 07h58
Lecteur régulier de VS, tu es habitué à ce qu’on te serve des musiques sombres ? Cette fois-ci nous allons donc creuser vers des contrées bien plus ténébreuses, vers l’au-delà, le chaos et la matière noire. Voici donc une production tripartite (Cold Dark Matter Records - Frozen Wing Records - Le Crépuscule du Soir Productions) qui va donner naissance à un split CD redoutable de formations à tendance Drone/Ambient. Le vide astral n’a pas de nationalité, mais ce sont deux formations françaises, LEBEN OHNE LICHT KOLLEKTIV et IMMEMORIAL, qui vont avoir la charge de poser leur art apocalyptique durant l’heure que dure ce split, nommé Quantum Of Abstract Physics.

LEBEN OHNE LICHT KOLLEKTIV :
Formé en 2005 par I.L. (REVERENCE, OSCULUM INFAME), le projet LEBEN OHNE LICHT KOLLEKTIV se pose comme une entité ambient particulièrement protéiforme. Après une première production en 2005 (SelbstmordInjektion) sous le nom MORD, LEBEN OHNE LICHT KOLLEKTIV prendra véritablement son envol avec No Links With… (2009), avec au programme un dark ambient à la croisée de plusieurs chemins : pur dark ambient, drone, indus, powernoise, martial… le tout dans un emballage bien évidemment très sombre et froid. Les 4 morceaux proposés par le projet sur Quantum Of Abstract Physics sont dans cette lignée, qui consiste à proposer un dark ambient qui ne se fixe pas de limites et est susceptible de plaire à tout le monde.

Cette petite demi-heure de musique obscure s’éveille par l’apocalyptique "The Dust Is Eternal", où les inattendues nappes de guitares dissonantes succèdent à un départ cosmique et suffocant. Le plus lugubre "Behind the Walls" nous emmène encore plus loin dans la noirceur astrale, avec des nappes d’ambiances particulièrement aliénantes, d’autant plus qu’elles sont accompagnées de samples lointains et étranges. Les rythmes martiaux vont ensuite donner une dimension plus funèbre à ce morceau, notamment grâce aux chœurs en bout de course. L’ambiance apocalyptique présentée par LEBEN OHNE LICHT KOLLEKTIV va alors connaître son paroxysme sur les 9 minutes 40 d’"Horizon", notamment grâce au fond orchestral et électro en forme de bande-son de fin du monde, accompagné d’un martèlement martial écrasant à souhait. Après cette vision d’un monde dévasté, place à la post-apocalypse avec le plus industriel "Dreams Injection" où des grattes tranchantes font leur apparition pour achever les derniers survivants de ce voyage astral. Dans l’ensemble, la vision de la physique abstraite de LEBEN OHNE LICHT KOLLEKTIV n’aura aucun mal à convaincre les amateurs d’ambient bien sombre, certes peu original mais suffisamment varié et maîtrisé pour retenir l’attention ou entraîner l’auditeur dans une spirale ténébreuse et nébuleuse à souhait.
Note : 8/10

IMMEMORIAL :
Après cette demi-heure d’ambient astral, place à une formation qui reste dans l’esprit d’une noirceur cosmique mais avec une approche différente. IMMEMORIAL est formé en 2006 par D. et compte dans ses rangs des membres de HKY, EIBON, COMITY et ARMS OF RA. Mais ce que le quintette nous propose est bien évidemment assez différent du Sludge ou du Hardcore. Entrevue sur le split avec SMOHALLA (Noyade Céleste, 2009), la musique d’IMMEMORIAL est décrite comme du « Total Terror Funeral Drone ». Osé, surtout que la partie de Quantum Of Abstract Physics proposée par le collectif se présente comme une unique piste de 30 minutes, "The Downfall Of Astral Radiance".

« Un espace où prévaut un environnement claustrophobique de pures ténèbres et terreur », voilà pour la description et pour être plus terre à terre, je dirais que IMMEMORIAL se place dans un Doom/Black ambient quasi-instrumental (on ne distingue que quelques râles sous-mixés) qui évoquerait un DARKSPACE version très dépouillée et funéraire. La progression du morceau est lente, mais parfaitement dosée, histoire de nous plonger bien doucement dans les ténèbres astrales. Le départ est très ambient, et les éléments « Metal » vont venir se mettre en place sur ce fond sonore bien évidemment apocalyptique à l’envi. Les riffs sont très appuyés en mode « Funeral Doom très Funeral », ce qui confère à "The Downfall of Astral Radiance" un côté particulièrement lourd et oppressant. L’œuvre s’éveille réellement au bout d’un petit quart d’heure, en plaçant quelques trémolos dissonants et des patterns de batterie percutants (qui ont tout le loisir de s’exprimer lors d’un long break atmosphérique), avant un final aux accents drone/ambient redoutable, ponctué par un assaut de Doom-Metal salvateur et noir comme jamais. IMMEMORIAL convainc peut-être un peu moins que son coéquipier de voyage astral LEBEN OHNE LICHT KOLLEKTIV pour l’aspect purement ambient, mais amène quelques éléments métalliques bienvenus (bien que plutôt « classiques » dans une optique Funeral Doom/Black), au sein d’un morceau rondement mené mais pas forcément facile à aborder ni à digérer. Il faut faire l’effort de se plonger dans "The Downfall of Astral Radiance", qu’on peut trouver longuet, pour l’apprécier à sa juste valeur.
Note : 7/10

Ce split qui était en gestation depuis quelques années voit enfin le jour (enfin, les ténèbres plutôt), et s’avère être une franche réussite entre deux formations qui se complètent à merveille, sous le joug d’une musique apocalyptique, parfait voyage initiatique dans les ténèbres astrales, que l’on imagine particulièrement noires et froides avec une pareille bande-son. Quantum Of Abstract Physics est une œuvre pas forcément révolutionnaire, dans le sens où un tel type d’ambient se trouve facilement par les connaisseurs, mais l’ensemble est cohérent et surtout, prenant du moment à ce qu’on soit réceptif à ce genre de musique dépouillée et parfois minimaliste et répétitive (si pour vous « Ambiant » rime avec « Chiant », passez votre chemin), bref la qualité et au rendez-vous et ne se dilue pas dans la grandeur de l’univers. A recommander fortement pour les amateurs de dark ambient avec une thématique cosmique/apocalyptique ; et à tenter pour ceux qui sont branchés par le Metal cosmique et sombre façon DARKSPACE, DE SILENCE ET D’OMBRE ou ESOTERIC et MONOLITHE, et qui n’ont pas peur d’être perdus dans le vide faute de se raccrocher à suffisamment d’éléments métalliques.

Le digipack de ce split sera disponible auprès des trois labels (Cold Dark Matter Records, Le Crépuscule du Soir, Frozen Wing Productions) courant octobre.

Bandcamp - 117 téléchargements


Rédigé par : ZeSnake | 15/20 | Nb de lectures : 14836




Auteur
Commentaire
Immemorial
Membre enregistré
Posté le: 03/10/2012 à 14h59 - (104022)
Merci pour la chronique !!!

Jehan
Membre enregistré
Posté le: 03/10/2012 à 20h14 - (104027)
Après un début d'écoute sur le bandcamp en ayant été attiré par l'artwork, j'ai l'impression que ça va être une bonne surprise...



Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker