LEASH EYE - Hard Truckin' Rock (Metal Mind/Season of Mist) - 25/03/2014 @ 08h02
Le premier contact avec un album est souvent visuel. Certes, l'image doit permettre d'identifier le style du groupe et je concède volontiers que le Rock et le Metal véhiculent énormément de clichés pour y parvenir. Entre les pochettes gore du Death Metal, les signes blasphématoires du Black ou les poses ingénues des castafiores en dentelle blanche qui se prennent pour des princesses dans le Metal Nympho à Poufettes, on est servi de tout côté. Mais force est de constater qu'ici le groupe concourt sérieusement à l'élection de la pochette la plus laide. L'identité d'un groupe passe aussi par son nom. Avec Leash Eye, le choix est au minimum curieux. Mais bon, tous les noms de groupe contenant truck, engine, car, motor, rotules, jantes alu ou encore pneu étaient pris. Là aussi, je concède que les autres styles ne font guère mieux surtout depuis l'émergence de la vague Poumon, Cheveu, Fauve, Breton, Bite, Couille et Camion ! Reste que le groupe aurait pu trouver autre chose que cette écriture ridicule située au carrefour artistique improbable du Glam-Rock et du Hip-Hop Bling-bling. Il pourrait être écrit « Lorie » que ça ne choquerait pas. Enfin, le nom de l'album a au moins le mérite d'annoncer la couleur au cas où l'on aurait pas saisi toute la subtilité de la pochette. Et puis, l'honneur est sauf, le mot « truck » est finalement écrit quelque part ! Surtout, les deux premiers albums de Leash Eye étant nommés « Veni » et « Vidi », il était préférable qu'ils ne persévèrent pas dans cette voie. Car, rien n'est jamais gagné. Surtout pas quand on démarre avec autant de casseroles fixées au pot d'échappement.

Heureusement, l'essentiel reste la musique et de ce point de vue “Hard Truckin' Rock” est rassurant. Leash Eye agit au rayon Hard-Rock tendance Southern quelque part entre Black Label Society et Spiritual Beggars. Le groupe polonais se rapproche en effet des suédois par l'utilisation d'un orgue Hammond. Armée d'une production solide et convaincante, Leash Eye pose du bon riff bien gras et bien senti (The Nightmare Ain't Over) appuyé par la puissance d'une session rythmique efficace. Le chanteur dont le timbre rappelle parfois celui de Mustasch mène bien la barque et son énergie est communicative. On se laisse ainsi facilement porté par les morceaux entraînants, parfois festifs (Fight The Monster, Me & M. Beam), sans se soucier du peu d'originalité que le style très codifié impose désormais. Si la présence de l'orgue Hammond n'est pas toujours indispensable, elle apporte une note agréable sur les morceaux les plus mélodiques comme la sympathique ballade « Been Too Long » ou encore le morceau de clôture « Never Enough ». Leash Eye reste néanmoins meilleur dans les morceaux les plus énergiques comme le prouvent notamment « The Drag » aux accents Wyldien et « Twice Betrayed ».

Certes, il reste encore à Leash Eye à gagner en personnalité pour devenir un incontournable du rock gras à tendance sudiste. Néanmoins, la sincérité et l'enthousiasme de « Hard Truckin' Rock » sont communicatifs et les fans du style apprécieront sans souci son efficacité.




Rédigé par : TheUgly | 12/20 | Nb de lectures : 10767




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker