KUOLEMANLAAKSO - Uljas Uusi Maailma (Svart) - 16/01/2013 @ 08h03
KUOLEMANLAAKSO est un groupe finlandais formé par Laakso en 2010. « Kuolema » en finnois, c’est tout simplement la mort (c’est d’ailleurs pour ça que l’on retrouve tellement souvent ce mot chez les groupes de Metal chantant en finnois). Cela ne veut pas dire que Laakso nous conte sa mort, mais « Kuolemanlaakso » veut juste dire « vallée de la mort ». Un nom parfait pour un groupe qui va nous délivrer un Metal bien sombre. Attardons-nous d’abord sur la fine équipe de KUOLEMANLAAKSO : le frontman et guitariste Markus Laakso est plus connu sous le nom de « Max Power » dans son groupe principal, CHAOSWEAVER. Groupe qui prête également son guitariste Albert Von Fleischer, ici sous le pseudo Kouta. Le line-up est complété par le bassiste Ulva (THE NIBIRUAN, ELENIUM) et le batteur Tiera (BACKSTABBING BASTARD, CULT OF ENDTIME), et surtout le vocaliste Mikko Kotamäki (SWALLOW THE SUN, BARREN EARTH). Un line-up qui n’est pas spécialement un all-star band, mais qui va être à l’origine d’un album assez ambitieux.

Laakso revendique clairement pour son projet KUOLEMANLAAKSO une influence bien particulière : celle de TRIPTYKON. D’ailleurs Laakso remercie la formation de Tom G. Warrior dans le livret de Uljas Uusi Maailma, en précisant que sans Eparistera Daimones son groupe n’aurait jamais existé. Et d’ailleurs, V. Santura de TRIPTYKON a activement participé à ce premier album de KUOLEMANLAAKSO en le produisant et en jouant les guests aux guitares sur plus de la moitié des morceaux. Mais KUOLEMANLAAKSO ne va pas se poser en simple clone/hommage de TRIPTYKON, loin de là. On dira même plutôt qu’il s’agit ici de la version finlandaise du groupe suisse, ce qui nous fait faire un rapprochement avec un autre groupe finlandais : AJATTARA. Les deux groupes partagent la science d’un Dark-Metal très lourd et sombre mais parfois dynamique, porté par des vocaux arrachés et des ambiances singulières. Mais s’il y a des similarités évidentes, KUOLEMANLAAKSO a déjà sa propre personnalité, qui se dévoile très vite au sein d’un Uljas Uusi Maailma qui se pose comme un premier album travaillé et remarquable.

Le groupe finlandais va donc nous abreuver d’un Dark-Metal léché, qui met bien en valeur les gros riffs mid-tempo ultra-pesants agrémentés de quelques passages plus accrocheurs et efficaces, accompagné du chant Black déchirant de Kotamäki (qui ici ne fait pas étalage de growls ou de chants clairs) ainsi que de quelques petites expérimentations sonores ou incursions de claviers, chœurs et chant parlé. Et pour faire décoller le tout, nous avons le son concocté par V. Santura qui est tout simplement colossal. Probablement la meilleure prod Metal de l’année 2012 en ce qui me concerne. Il suffit d’écouter les passages écrasants de "Kuun Lapset", les montées épiques de "Etsin" ou encore la section rythmique assassine de "Ikuini" pour s’en convaincre. S’il met bien en exergue sa lourdeur tout au long de Uljas Uusi Maailma, KUOLEMANLAAKSO n’est pas avare en travail des ambiances, pour un album plutôt varié ou chaque morceau a ses propres arguments pour se démarquer. Le groupe ne prend pourtant pas la peine de s’adonner à une intro et "Minä Elän" déboule tout de suite avec ses grattes mélodiques et son chant parlé, avant de très vite embrayer sur les riffs doom de premier choix, qui n’hésitent pas à laisser place à des claviers lugubres et aux excellents gimmicks vocaux de Kotamäki.

Après ce début très AJATTARA, KUOLEMANLAAKSO va vite poser son influence TRIPTYKON sur la table pour un "Kuun Lapset" très, très pesant et sombre, avec un martèlement rythmique au ralenti particulièrement percutant. Une subtile pièce de noirceur à l’atmosphère extrêmement noire, juste aérée par un refrain porté par des chœurs, tandis que le chant de Kotamäki est absolument déchirant. L’ambiance noire est prolongée par le très mystique "Nostos & Algos", ou des sonorités quasi-orientales font leur apparition ainsi que du chant très étrange, pour un morceau volontairement lent et lancinant, qui va pourtant bluffer de par son final plus épique avec un Kotamäki, faisant à cette occasion usage d’une voix plus rauque, au top de sa forme. Et après un interlude rituel très WTF ("Roihusydän") qui aurait pu figurer sur Visor Om Slutet de FINNTROLL, KUOLEMANLAAKSO va nous livrer la pièce majeure de Uljas Uusi Maailma qu’est "Etsin" : ce morceau, avec à nouveau des riffs diaboliquement écrasants, est absolument monumental avec sa progression et ses montées prenantes, sublimées par ces superbes claviers parfaitement utilisés et le chant quasi-clair toujours aussi bien mené. Fantastique !

Jusque ici, Uljas Uusi Maailma a tout de l’album parfait, mais pour son premier opus KUOLEMANLAAKSO ne va pas être en réussite à 100%. La faute au plus rentre-dedans "Ikuini", qui bien que faisant son effet aux premières écoutes, s’avère être au final assez vain avec un Kotamäki un peu irritant et des incursions « sympho » pas forcément heureuses. Le groupe expérimente mais s’offre peut-être ici un côté un brin trop « décalé » par rapport à ses envies de lourdeur TRIPTYKONesque. Le morceau-titre, quant à lui, s’offre des sonorités psychédéliques réussies mais à nouveau un peu mal intégrées au reste de l’album, même si KUOLEMANLAAKSO joue la carte de l’effet de surprise et on ne peut pas lui reprocher d’oser et d’expérimenter, mais j’ai du mal à être convaincu (surtout que certains chants de ce morceau sont un peu ridicules à mon goût). Reste néanmoins un final en beauté avec "Aurinko", qui s’offre une dernière fournée de grattes lourdes et sombres, ici contrastées par de magnifiques mélodies et breaks acoustiques, avec une performance vocale exceptionnelle de Kotamäki qui appuie l’ambiance libératrice de cette conclusion d’album.

Avec sa pochette hallucinatoire que je trouve superbe (pour un disque dispo au format digibook et vinyle), Uljas Uusi Maailma se pose comme une franche réussite, même si tout n’est pas encore parfait. Sur une base Dark-Metal bien lourd et pesant mais résolument accrocheur, KUOLEMANLAAKSO s’offre un premier album accompli, et surtout original même si toutes ses expérimentations ne sont pas tout à fait au point. Le groupe convainc donc de par son côté TRIPTYKON/AJATTARA titanesque mis en valeur par cette production énormissime, qui nous propose de purs morceaux au sein d’un album formidable dans sa globalité (47 minutes), avec des ambiances délicieusement mystiques à la clé. Cette petite pépite de noirceur est sans conteste une des révélations de cette fin d’année 2012, et est à mettre entre toutes les oreilles des mordus de Doom/Death « à la finlandaise », de Metal bien lourd et bien évidemment des fans de TRIPTYKON, qui n’ont pas peur de voir un groupe triturer l’œuvre de Tom G. Warrior pour y apporter sa subtile touche personnelle. Kolossaalisen !

http://kuolemanlaakso.net - 217 visite(s)

Minä Elän - 111 téléchargements


Rédigé par : ZeSnake | 16.5/20 | Nb de lectures : 11117




Auteur
Commentaire
Ennemie
Membre enregistré
Posté le: 16/01/2013 à 12h20 - (105565)
Ca m'a l'air bien bon.



rimbe
IP:89.2.154.150
Invité
Posté le: 17/01/2013 à 00h30 - (105578)
Excellente chronique pour un superbe album, il tourne en boucle chez moi depuis des semaines, effectivement super prod avec une belle performance de Kotamäki.

slayerised
IP:109.16.208.181
Invité
Posté le: 17/01/2013 à 23h13 - (105595)
avec une petite touche de morgul parfois dans le chant ps morgul si tu me lis, depeche un peu ton cul pour sortir un album stp

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker