KOLDBRANN - Vertigo (Season Of Mist) - 07/03/2013 @ 08h01
7 ans qu’on attendait le nouvel album des norvégiens, car après un « Moribund » unanimement salué par la critique et les fans on peut dire que le quintet a fait durer le suspense mais cela en valait la peine.

Hormis l’EP “Stigma: På kant med livet » sorti en 2008, et le single très prometteur « Russian Vodka » de 2009, on n’avait pas eu grand-chose à se mettre sous la dent. Peu de groupes peuvent se permettre de faire patienter aussi longtemps entre deux albums.

On dit que l’absence et l’attente créent l’envie, cela est vrai, d’autant plus qu’après 2 premiers albums typiquement Raw black metal et déjà forts bon, le groupe rajoute désormais des influences heavy et punk flagrantes qui m’ont immédiatement fait penser aux derniers Darkthrone, il n’y a qu’à écouter « Goat Lodge » et « Stolichnaya Smert » pour s’en rendre compte, mais on va y revenir plus tard.

Désormais signés chez Season of Mist, les scandinaves marquent un très gros coup avec ce « Vertigo » qui s’impose comme une des sorties les plus attendues et aussi les plus réussies de 2013.

La pochette me rappelle le style graphique typique de l’URSS (après le single « Vodka » le combo continue le style soviétique), l’on croit revoir la graphologie du quotidien La Pravda, et les couleurs récurrentes aux congrès du Parti Communiste et aux délibérations du Soviét Suprême.

La production est quant à elle excellente, claire et puissante (on entend bien chacun des instruments) et aussi moderne sans tomber dans les excès actuels.

Le chant envoûtant est parfait, à la fois précis et juste il est tout à fait adapté au style du groupe. Mannevond n’est pas aussi agressif que par le passé, mais il a étoffé son registre pour être désormais plus complet et proche par moment de Niklas Kvarforth.

Le rythme est relativement en mid-tempo, les parties de blast sont présentes avec parcimonie et tombent juste à chaque fois, pas besoin d'en faire trop pour donner de la force aux titres. La surprise est la longueur de chacun de ceux-ci qui tournent entre 5 et 6 minutes, et qui sont composés de deux parties bien distinctes à chaque fois (une rapide et une plus lente, avec différents passages un peu expérimentaux).

C’est cela l’autre surprise de l’album, les norvégiens ne se content pas de jouer du black traditionnel, ils innovent et cherchent à surprendre l’auditeur, tout en conservant ses racines originelles. Il est possible que l’évolution de Darkthrone des derniers albums, ou de Satyricon depuis « Volcano » ai influencé le quintet.

"Introvertigo" ouvre avec ses rythmiques lourdes et lentes, associé à son de guitare très punk et très Darkthrone des derniers albums (hé oui ca commence) est une parfaite entrée en matière, lourde, sombre et oppressante, et également longue (5,50 minutes) et répétitive.

"Totalt Sjelelig Bankerott" est un pur titre black, après le heavy là on part dans du blast, de la double et de la froideur pour un titre black old-school à souhait..

"Drammen" là encore un très titre lent à l'ambiance lourde et hyper heavy, on sent l'ambiance froide vous pénétrer et la marche désespérée dans les forêts enneigées. La seconde partie, tout en blast et riffs rapides est là aussi du grand classique de la scène scandinave, et ce son froid et clair sied parfaitement à cette ambiance. Le chant malsain rajoute à l'ambiance et un solo d'outre-tombe pour terminer tout ça, fait qu'on a droit au meilleur titre du disque, qui s'arrête net après 5,40 minutes.

"Stolichnaya smert » : intro de basse et un solo d'entrée nous montrent qu'on a droit à un des titres les plus brutal de l'album, avec ses choeurs et ses rythmiques rapides, le milieu du morceau ralentit pour donner de l’importance aux choeurs féminins et même un peu de trompette limite mariachi, avant de reprendre de la brutalité avec une salve de blast pour terminer en beauté avec un dernier solo qui clôt le cycle après celui d'ouverture, tout en ayant ce refrain répété en boucle avec les voix féminines "Stolichnaya smert".

"Phantom kosmonaut", là encore un titre à consonnance soviétique qui commence doucement dans une ambiance très froide et mélancolique, puis là encore un rythme très mid-tempo très long et répétitif qui permet à la voix de sonner de manière excellente, les nappes de synthé sont parfaites, pas trop présentes et apportent un petit plus sur ce côté très froid et planant. Là encore on atteint les 6 minutes.

"Goat lodge" est un morceau très black metal dans l'esprit, il commence avec du blast, du rapide, puis il se retrouve agrémenté d'un passage lent dans la seconde moitié et d'un solo très punk dans l'esprit. A la fois simple et efficace, du 100% norvégien.

"I eklpsens skimmer", très black rapide, brutal et toujours ce côté punk et Darkthronien qui ressort énormément, en alternance avec des passages en mid tempo très bien sentis. Un petit côté "Destroyer" de Gorgoroth est également présent. Le titre le plus court de l’album avec ces 4,22 minutes.

"Inertia Corridors" toujours sur une base très lourde et heavy, petit break agrémenté de claviers et de rythme tout en contretemps avec tout un jeu de charley fort agréable et où Mannevond sussure et parle, une montée lente et progressive entre les voix et la batterie, entrecoupés de nappes de synthé hypnotiques et de chants d'enfants, avant de finir sur un riff heavy à souhait pour s'arrêter au bout de 6,55 minutes.

Un album très surprenant et dédié à Trondr Nefas d’Urgehal (avec qui le groupe était très proche, notamment pour avoir tourné avec eux et Taake, ceux qui étaient présents à la Petite Loco doivent s’en souvenir), qui va certainement en dérouter plus d’un et qui demande un sacré paquet d’écoutes pour pouvoir apprécier toutes les nuances et les subtilités de cette œuvre originale et fort excellente. L’effet de surprise risque de jouer à plein mais au final on n’est pas déçu, et c’est bien la marque des grands, souhaitons juste qu’ils ne mettent pas à nouveau 7 ans pour refaire un nouvel album.

On attend avec impatience la réédition des 2 premiers albums qui devrait intervenir prochainement.



http://www.myspace.com/koldbrann - 155 visite(s)

Ecoute intégrale - 131 téléchargements


Rédigé par : GabinEastwood | 16/20 | Nb de lectures : 12188




Auteur
Commentaire
xfuelx
Membre enregistré
Posté le: 07/03/2013 à 08h30 - (106420)
Tout à fait d'accord avec la chro, très bon album

Balin
Membre enregistré
Posté le: 07/03/2013 à 09h25 - (106421)
En plus des céréales ils font de la musique?

Zebrowsky
Membre enregistré
Posté le: 07/03/2013 à 13h36 - (106425)
Putain Trondr Nefas quoi! J'arrive toujours pas à digérer qu'il ne soit plus là... Un des piliers de la relève du TNBM n'est plus.

Sinon concernant ce dernier Koldbrann, j'ai écouté quelques titres et ça fait bien envie. Vais sans doute me le procurer.

Tetanos
Membre enregistré
Posté le: 07/03/2013 à 14h38 - (106426)
Je veux



maxflat
Membre enregistré
Posté le: 10/03/2013 à 16h37 - (106445)
Ecouté une fois et trouvé naze ...
Je me demande si je ne suis pas passé à côté ...
Je ré-essaye

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker