KLONE - Here Comes the Sun (Verycords/Pelagic) - 26/03/2015 @ 07h37
En ce moment, je suis en train de lire l'auto biographie de John Lydon (alias Johnny Rotten), le fameux chanteur des SEX PISTOLS et de PIL. Lors d'un d'un passage particulièrement fumant, le pince sans rire britannique explique combien il n'aime pas les groupes de punk qui, après les Pistols, ont juste retenu l'aspect brutal de la musique en basant uniquement leur style sur l'agressivité du son. Selon lui, le punk était synonyme de liberté et surtout pas d'enfermement stylistique.
Bon, on est bien d'accord, KLONE n'a jamais fait de punk, et je suis même pas sûr qu'ils aiment Rotten. Mais je ne serais néanmoins pas surpris si ils se disaient d'accord avec les propos du vieux Lydon. Où commence et où s'arrête le metal ? N'existe il pas des artistes qui jouent de la musique dénuée de double pédale et de distorsion et qui sont paradoxalement plus proches de l'état d'esprit audacieux et sulfureux des grands noms du genre que bon nombre de Rip off basiques dénués de talent ? A toute ces questions je me garderais de répondre car c'est avant tout de "Here comes the sun" dont on va parler aujourd'hui et de KLONE, visiblement pas intéressés à l'idée de s'enfermer dans une case quelconque.

Lors du dernier passage de KLONE à "Une dose de metal" de Buriez, Guillaume Bernard, le guitariste de KLONE, prévoyait un virage certainement plus rock pour le nouvel album. En fait, du rock au sens où je l'entend, il n'est pas vraiment question ici (il faut préciser cependant que pour moi Rock n'roll = MOTÖRHEAD). Il y a quelques semaines, j'ai lu dans les commentaires de VS qu'un de nos lecteurs avisé avait exactement pensé à la même chanson que moi en écoutant en avant première le premier titre "Immersion" : "Russians" de STING. Est qu'il y a quelque chose dans les lignes vocales, les arpèges à la guitare où l'atmosphère mélancolique, mais j'ai du mal à ne pas penser à STING quand j'écoute ce titre. Bien sûr, je me garderais bien de dire que KLONE va désormais picorer chez le vieil écolo, cela serait un raccourci un peu abusif... mais cette impression dit quelque chose sur la nouvelle évolution du groupe et sur la "nature" de "Here comes the sun".
Cela montre d'une part combien KLONE a changé entre "Rocket Smoke" qui ouvrait "The Dreamer's Hideaway" et aujourd'hui "Immersion" et "Here comes the sun". Tiens le titre de l'album... en voilà un bel indice sur la nouvelle orientation du groupe ! J'ai toujours senti chez KLONE un certain sens de la finesse, de l'accentuation et de la maîtrise des ambiances. Mais poussé à un tel point, c'est une véritable surprise !
Si les mélodies et la mélancolie sont le ciment de ce nouvel album, les décibels, les riffs metal et les voix rauques ne sont plus à l'ordre du jour. Je ne vais pas cependant faire de procès stylistique, j'ai toujours eu horreur de ça. Le genre "ils se sont calmés, maintenant c'est de la merde" c'est pas ma came. Jouer dans un style plus feutré ne signifie pas se vendre, même si évidement, les sonorités actuelles sont moins abrasives que par le passé. Cela ne signifie par pour autant qu'on ne peut pas avoir ses préférences en dépit d'être ouvert d'esprit. "Creeping Death" et "Mama Said" sont deux bonnes chansons... mais c'est clair et net, je crois que même à 80 ans, ma préférence ira largement vers "Ride the lightning". Allez les mecs, en route vers le soleil...

Avant tout chose, je dois dire qu'il m'a fallu de nombreuses écoutes avant de percer les secrets de ce nouvel album. Restant du début à la fin dans une cohérence stylistique marqué, l'ensemble m'a paru paradoxalement plus difficile d’accès que les albums précédents malgré le calme général des chansons de cet album. C'est aussi à mon avis le talon d’Achille de ce "Here comes the sun" mais on y reviendra plus bas.
Comme je le disais plus haut, KLONE effectue avec ce nouvel album un virage à 180°. Les amateurs du "vieux" KLONE vont certainement un peu halluciner, mais je pense que le groupe s'y attend en proposant un tel album.
Majoritairement joué en son clair, la distorsion n'intervient qu'a de rares reprises et placée assez en retrait dans le mix elle reste dans une dimension fantomatique, presque éthérée. Quand on connait la capacité qu'avait le groupe à écrire des riffs "torgnole", la surprise est de taille. L'accent est donc porté sur les arpèges, les grooves de basses/batterie (excellents d'ailleurs) et les ajouts d'instruments comme les claviers ou le sax. De subtils bidouillages sonores viennent s'ajouter à des lignes de guitares "solos" subtiles, ces dernières venant s'enrouler autour des mélodies vocales, la tête de proue de cet album audacieux.

Particulièrement mis en avant, le chant montre d'un feeling et d'une maîtrise encore plus flagrante que dans le passé et les nombreuses nuances vocales montrent d'une technique impressionnante et d'un savoir faire de plus en plus efficace. En effet, si il est moins "tape à l’œil", "Here comes the sun" recèle beaucoup plus de nuances que dans le passé et il est impressionnant de voir le groupe si à l'aise dans un style si différent, même si bien sur, quelques éléments du passé subsistent encore ça et là.
Du riff final de "The last experience" aux percussions de "The Drifter", les achalandages rythmiques montrent que le groupe n'est pas encore abonné à la facilité et qu'ils aiment à surprendre avec des beats originaux ou des mélodies sombres, comme sur l'inquiétant "Come Undone". Force est de constater que plusieurs morceaux sont vraiment réussis et certains d'entre eux comme "Gone up in flames" et "Fog", l'excellent "The grim dance" ou la surprenante reprise de "Summertime" montrent d'un talent de compostion véritable et d'une justesse dès lors qu'il s'agit de poser des mélodies imparables. Fallait quand même le faire... mais...

Eh oui, mais... le problème de ce cet album est à mon goût, cet espèce de suaire sonore qui l'entoure. Si les meilleurs morceaux arrivent à se sortir sans problème de cet océan de mélancolie, plusieurs autres se trouvent un peu ensevelis sous le flot de calme de "Here comes the sun". J'aurais aimé plus de dynamique sonore, plus de relief et plus de rebondissements. Des moments moins forts que d'autres et une certaine constance dans le subtil font donc baisser la moyenne de cet album fort en audace et en ambition.
Je mentirais si je disais que je ne regrette pas la distorsion et les décibels. Je préférais KLONE quand il était dans le style de son précédent album, puissant et mélodique. Je reconnais bien évidemment que le travail et le talent sont là et bien que "Here comes the sun" possède des défauts, il montre de la part de KLONE une volonté d'avancer et une capacité à proposer du neuf assez hallucinante. Un album qui se perd parfois en chemin mais qui est aussi capable de proposer d'incroyables moments immersifs. A chacun de voir si, selon ses goûts, il va suivre le groupe dans son échappée, l'album méritant quoi qu'il en soit plusieurs écoutes avant de se faire un avis valable sur la galette.




Rédigé par : Pamalach | 14/20 | Nb de lectures : 11491




Auteur
Commentaire
dolly
IP:77.242.202.231
Invité
Posté le: 26/03/2015 à 09h44 - (116260)
Peu importe le style pour ma part, faut juste que l'inspiration soit au rendez-vous. Et c’est là que j’ai un pb avec cet album, car après une petite dizaine d’écoutes désormais y’a pas grand-chose qui en ressort, hormis Nebulous peut-être et quelques passages sympatoches. Même la voix de Yann et son grain fabuleux ne réussit à sauver les meubles. La plupart du temps, c’est trop répétitif, ça manque de profondeur, de prise de risque – un peu de l’easy-writing en somme pour un groupe qui est a priori capable de tellement mieux, car à mes yeux, dans le genre mélancolique, « Siren’s song » était une réussite sur « the Dreamer’s Highway »

kane
IP:66.249.93.185
Invité
Posté le: 27/03/2015 à 06h54 - (116267)
J'aime énormément ce groupe.

Mais ca fait deux albums (inclus celui-ci) que je ne m'y retrouve pas.

Je sens que je commence doucement à décrocher de la musique de Klone





kane
IP:66.249.93.189
Invité
Posté le: 27/03/2015 à 06h55 - (116268)
Donc complètement d'accord avec la note et la chronique de Pamalach.

sevgrinder
IP:82.230.87.7
Invité
Posté le: 10/04/2015 à 18h56 - (116480)
je jugerai cet album après plusieurs semaines, car Klone, il faut assimiler. Le précédent, j'avais eu du mal et pourtant, aujourd'hui encore, je l'écoute beaucoup et je trouve que c'est un monument. Klone est un groupe à la composition prenante une fois que l'on en a assimilé l'univers. Et chaque album a son propre univers.
Des premières impressions: la direction prise ne m'étonne pas, c'est un mix entre the eye of needle et Dreamer's...c'est sûr, on est loin de Black Days, mais ce n'est pas pour me déplaire.
En tout cas, RDV dans quelques semaines pour partager mes impressions.

Joss
Membre enregistré
Posté le: 24/04/2015 à 12h39 - (116573)
Etonnant que cette chronique qui a quasiment un mois n'ai le droit qu'à 4 commentaires...
En ce qui me concerne, je n'avais jamais trop aimé la musique de ce groupe. J'y avais jeter une oreille de temps en temps mais sans réussir à adhérer. Là j'ai été intrigué par ce changement de direction et quelques avis très favorables. J'ai d'abord été impressionné par le chant de Yann mais mes premières écoutes m'ont laissé un peu sur ma faim, trouvant l'ensemble un peu plat. Mais j'y suis revenu et l'album a fini par dévoiler sa magie au fil des écoutes. Certes, il peu sembler monotone, sans titre qui ressort plus que les autres, mais les arrangements et les mélodies sont vraiment subtils et plusieurs passages sont de toute beauté. Il y a du Katatonia et du Anathema là dedans, mais aussi un peu de Marillion, de Talk Talk... et effectivement un peu de Sting. Une curieuse mixture mais qui fonctionne parfaitement.



Zblam
Membre enregistré
Posté le: 28/04/2015 à 10h53 - (116588)
Grand fan de Klone... Les premières écoutes m'avaient laissé un peu froid mais j'ai vu la lumière. Je le trouve à présent subtil et sublime!



jad wio
Membre enregistré
Posté le: 12/11/2015 à 01h24 - (118629)
très bon album, plus aerien que les précédent mais après plusieurs écoutent j'ai été absorbé

16/20



Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker