KLOGR - Blacksnow (Zeta Factory) - 03/03/2014 @ 08h12
En le prononçant tel quel, on pourrait allégrement penser que KLOGR est issue du « noir parler », aka la langue du Mordor. En fait non, KLOGR (qui se prononce « Kay-Log-Are ») fait référence à la loi de Weber-Fechner, développé dans la seconde moitié de l'an 800, qui est connu comme la relation psycho-physique fondamentale (S = K log R). Intéressant hein ? Bon, passons au côté musique maintenant. KLORG est un groupe italien, fondé en 2011, qui officie dans un registre entre alternative rock et metal.

Mené d’une main de fer par Gabriele "Rusty" Rustichelli (producteur au ZetaFactory Studios), KLOGR nous livre là son second album après un premier opus livré en 2012, ainsi que quelques EP et singles distillés entre 2012 et 2014. La formation italienne se targue de balancer un condensé de sonorités puissantes, tirant leur énergie à partir d'une philosophie remettant en question la culture contemporaine, où tous les sens sont habilement utilisés contre les hommes au nom du profit. Bon, ok, ils auraient pu faire plus simple, mais c’est comme ça. Dans tous les cas, ce dont on peut être quasi-sûr, c’est qu’on aura droit à du gros son étant donné que mister Rustichelli est producteur. Comment ? « Faut pas trop s’emballer quand même… » Ah bon ? Bon, on verra bien.

Et oui, car même si on est producteur on peut faire des erreurs hein, et sur ce « Blacksnow » y en a une, et une belle. Rustechelli a surement tellement voulu balancer un gros son de ouf qu’il en a oublié de se retenir un peu sur les potards tant ça grésille et sature sur les grosses parties. Une imperfection franchement dégueulasse à écouter, surtout quand on voit que derrière y a quand même un sacré bon boulot. Car sans ça, c’est clair que « ça crache » comme disent les vieux à nuques longues. KLOGR sait balancer un excellent mix d’alternative rock/metal avec tout ce qu’il faut où il faut. Refrains catchy, riffs de plomb entourés de lignes mélodiques envoûtantes, chant prenant et juste, et rythmiques de plomb sont présents durant les 50 minutes que compte l’album et on en a pour nos pépettes dès le départ.

La doublette « Zero Tolerance »/ « Refuge » s’occupe de bien nous installer dans l’univers de « Blacksnow » et on est à l’aise direct avec 2 titres franchement pêchus. Mais à partir de « Draw Closer » l’affaire se gâte un chouia. Non pas que la qualité se ramollisse, loin de là, mais plus on continue dans l’album et plus on décroche un peu. Voire carrément en fait. KLOGR s’enfonce au fur et à mesure que « Blacksnow » se déroule dans une sorte de monotonie. Les titres sont bons, mais n’accrochent plus, ce qui fait qu’on arrive à la fin de l’album assez péniblement. Pourtant tous les éléments pour que ça fonctionne sont là, mais ont juste servi sur les 2 premiers morceaux. Le reste de l’opus sent la redite et le remplissage, et ne pousse pas à continuer l’aventure au-delà du 4ème titre.

« Blacksnow » a toutes les étoffes pour être un disque de champions mais se voit reléguer en seconde division par un manque d’accroche flagrant. C’est franchement dommage, car en dépit de ça, ce second album aurait pu cartonner, mais là ça tombe un peu trop à plat et, à un certain niveau, sonne un peu trop « too much ».



http://www.klogr.net/home/ - 106 visite(s)

Du son sur Facebook - 72 téléchargements


Rédigé par : Velvet Kevorkian | 11/20 | Nb de lectures : 11325




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker