KINGS DESTROY - A Time of Hunting (War Crime) - 10/01/2014 @ 08h20
Formé en 2010 à New York, KINGS DESTROY nous sort aujourd’hui son second album. Le premier, And the Rest Will Surely Perish, malgré une pochette magnifique, est sorti en 2010 sur le label Maple Forum. Ca ne vous dit rien ? Moi non plus. A Time of Hunting, est quant à lui sorti sur War Crime Recordings. Ca ne vous dit rien non plus ? C’est normal, c’est le premier album que ce label sort. KINGS DESTROY sort donc de nulle part. Et pourtant la bio accompagnant le promo vante un super-groupe. Ben oui, mais que des mecs qui viennent du hardcore. Citons entre autres BREAKDOWN, KILLING TIME ou UPPERCUT. Franchement, quand je lis la bio, je ne reconnais pas un seul nom. Forcément, les mecs jouent maintenant du stoner/doom, qui ne s’adresse pas forcément au même auditoire. Et quand une bio passe 90% de l’espace à énumérer les groupes précédent l’actuel sans vanter les mérites de l’album qu’on a entre les mains, ça pue du cul.

Comme je le disais, KINGS DESTROY fait du stoner/doom. Un genre passe-partout, dans lequel on peut y mettre tout et n’importe quoi, le meilleur comme la lie des musiques lentes. Et c’est un peu à l’image du groupe. Mais commençons par les choses positives. Tout d’abord, les guitares sonnent bien, et le son globalement est bon. C’est un poil propret, mais certains riffs aussi gras qu’un travers de porc sauce barbecue passent bien. Certains titres rappellent le Sabbath des grandes années (les 4 premiers albums quoi), en s’inspirant sans forcément faire du copier-coller. Ce n’est pas dingue, mais ça passe bien. Le titre "Casse-Tête" en est un bon exemple, avec un riff sabbathien plaisant et un chant désabusé. Cool quoi.

Mais. Car oui, il y a un mais. KINGS DESTROY n’arrive pas à convaincre. Le rythme est mou du gland tout le long de l’album. Quand on pense (espère ?) que ça va un poil accélérer, ben non, le batteur donne un faux espoir et reste sur le même tempo. Même combat quand on croit que ça va ralentir et poser une allure de pachyderme. On reste toujours sur le même mid-tempo chiant pendant 45 minutes. Au niveau des riffs, c’est rarement inspiré. On est dans le cliché stoner/doom sabbathien moisi. Aucune recherche, aucune identité, KINGS DESTROY sonne comme 2506235 groupes. Alors oui, ils vont certainement profiter de la mode actuelle du stoner, mais sans atteindre la classe grassouillette de KYUSS (référence absolue en stoner) ou la lourdeur de n’importe quel groupe de doom trad’. Les new-yorkais se complaisent dans un mouvement opportuniste fielleux. Sérieux c’est pas en foutant un aigle sur une pochette et en enchaînant 3/4 riffs un peu gras qu’on arrive à sortir du lot. KINGS DESTROY, c’est la division 3 du genre. Le type de groupe que seuls les potes des membres vont aimer. Les autres passeront leur chemin, à raison.

http://www.kingsdestroy.com/ - 110 visite(s)

Album en streaming - 67 téléchargements


Rédigé par : Skay | 09/20 | Nb de lectures : 11065




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker