KILLERS - Murder One + Menace to Society + South American Assault (Metal Mind) - 15/01/2014 @ 07h40
Pas besoin je pense de refaire la bio de Paul Di'Anno dont Pamalach en parle déjà très bien dans sa chronique du livre à l'effigie de l'ex-Iron Maiden. Ici, je parlerais principalement musique pour retracer en quelques lignes, la carrière du groupe Killers. Petit rappel historique, Paul quitte Maiden en 1981, fonde son groupe Di'Anno qui publiera un album en 1984 ; quelques mois plus tard (après avoir pris part au projet Gogmagog), il se sépare de ses musiciens pour fonder Battlezone, auteur de 2 albums en 1986 et 1987. Le groupe change de nom en 1991 pour devenir Killers, et à l'exception de Cliff Evans (Tank), les musiciens restent les mêmes.

Pour l'anecdote, Killers verra dans ses rangs le passage de John Gallagher à la basse (entre 1991 et 1992), l'un des fondateurs de Raven. Nous sommes donc au début des années 90, en Angleterre et le Heavy metal est sur le 'déclin' (artistiquement et en terme de popularité), le succès d'Iron Maiden commence à s'effriter (bien que « Fear of the Dark » fasse un carton dans les charts), Rob Halford a quitté Judas Priest, Accept n'est plus et la nouvelle génération de groupes de heavy/power en sont pour la plupart à leurs premiers balbutiements. Cependant, Mr. Di'Anno n'a pas abdiqué, plus de 10 ans après avoir été viré de la Vierge de Fer, le voilà encore dans le circuit ; avec Killers il sortira 2 albums studio, 1 EP et quelques lives et autres compilations.

J'évoquerais ici les 2 albums studio publiés, ainsi que le premier live « South American Assault » dont le contenu propose 2/3 de titres de Maiden...

Killers « Murder One » (1992) :

Ce premier album sous le nom Killers est un pur opus de heavy metal, doté d'une production puissante, qui renforce l'aspect agressif des compositions. Bien que le son ait un aspect synthétique plus prononcé, la musique de Killers reste très organique et sans concession. Sur certaines formes, on peut faire un rapprochement avec le « Painkiller » de Judas Priest paru 2 ans plus tôt.

« Murder One » contient 10 titres dont 2 covers, « Remember Tomorrow » et « Children of the Revolution » (reprise de T-Rex). C’est le tonitruant « Impaler » qui ouvre les hostilités avec fracas et réussite, de l’énergie à revendre, porté par ce côté légèrement punk voire thrash : en moins de 4 minutes Di’Anno met tout le monde d’accord. Un peu plus loin, « Marshall Lockjaw » reprend une structure identique, de la double pédale en renfort, un riffing en 2 temps qui prend de l’ampleur pour ‘exploser’ au refrain et nous pousser à un headbanguing effréné. Dans l’ensemble, les plans de guitares gardent une approche purement heavy metal, je pense aux riffs de « The Beast Arises » qui évoquent allègrement du Accept. Vocalement, Paul a toujours cette hargne et cette agressivité, ce timbre rauque qu’il est capable de moduler pour développer des lignes vocales plus hautes et mélodieuses (tel sur certains couplets de « Takin ‘no Prisoners », la presque power ballade « Dream Keeper » ou lorsqu’il refait le « Remember Tomorrow », chanté originellement avec Maiden).

Pour revenir sur les compositions, il me faut parler de « S&M », véritable plaisir auditif de plus de 7 minutes, composition qui me régale à chaque fois, de par sa qualité de riffs, son refrain bien construit, les soli et en complément un break martial qui tombe à point. Il y’ a également « Takin ‘no Prisoners » à l’approche plus mélodique (les riffs sont moins punchy tout comme la rythmique), mais le refrain est à lui seul une petite bombe (et Paul y est pour beaucoup). En parlant de mélodicité, quelques mots sur le titre à part de cet opus, « Dream Keeper », un temps plus calme (mais pas sirupeux hein), agréablement chanté et construit. Dommage que le titre suivant, « Awakening », un mid. tempo un peu pataud (dont les leads de guitare me font penser à « Electric Eye » de Judas Priest), ne finisse pas l’album avec plus d’allant.

Killers « Menace to Society » (1994)

Ce 2ème album de Killers gagne en agressivité, il incorpore des touches punk/hardcore, et est plus violent vocalement et musicalement que « Murder One ». Le premier véritable morceau « Die by the Gun » fait clairement penser à du Pantera, les riffs sont lourds et lents, la batterie très martiale, l’ensemble peut franchement rebuter les amateurs de heavy plus traditionnel.

Cependant si cet album contient à mon goût des titres moyens (« ? » assez lourd dans le mauvais sens et répétitif, « A Song for You » quelconque), les titres bien couillus sont diablement efficaces, Paul a encore une sacrée pêche et ne se fait pas priver pour nous la balancer en pleine gueule (le court mais bourrin titre éponyme, « Think Brutal », au nom éloquent, « Chemical Imbalance »). Mais le gaillard est assez intelligent pour nuancer ses lignes vocales, et adopter une voix plus douce, presque trompeuse, comme sur la demi-ballade « Past Due », quelques couplets de « Conscience », morceau par ailleurs très travaillé et appuyé par une atmosphère pas déplaisante. Le final « City of Fools » adopte un ton délire, avec quelques parties ‘rappées’, histoire de terminer l’album sur une note un peu plus fun.

Killers « South American Assault » (1994)

Ce live rassemble des extraits de concerts donnés en Argentine, Brésil ou encore au Venezuela au cours de l’été 1993. Sur 12 titres, 7 sont sortis sous le nom Iron Maiden, 4 sous le nom Battlezone, et 1 est un medley. Et oui, sorti sous le nom Killers, ce live ne contient aucun titre du groupe en lui-même ! Comme il faut s’y attendre, un live avec des publics sud-américains est un live où l’on entend la foule chanter les paroles, les rythmes, etc. mais là bien souvent on entend les spectateurs taper dans les mains de manière quasi non-stop ou siffler avec admiration. Le rendu est pour le moins particulier, je ne le trouve pas très crédible, après si les fans étaient vraiment comme ça, alors chapeau.

Les morceaux sont bien interprétés, Paul y est toujours au top, en particulier sur les classiques de Maiden mais il manque ce petit truc, la cohésion totale entre les musiciens. Si je trouve un titre comme « Metal Tears » sympathique mais un peu mou, « Strange World », autre moment porté sur la mélodie, est toujours aussi magnifique et remarquablement interprété. Le traitement sonore pour les musiciens est aussi au poil, la basse valorisée, de ce côté-là le rendu est parfait et bien organique, et sonne plus façon années 80 que 90 (exceptée la batterie). Les « Sanctuary » et autre « Running Free » sont expédiées en tout juste 3 minutes, derrière le morceau « The Promise » sonne assez fade… En clôture du live, vous retrouvez un medley « We Will Rock You »/ «Smoke on a Water » facile mais peu déplaisant.

Il faut noter que chacun des albums propose des titres bonus, entre 4 et 5 par album. Ce sont généralement des versions « live rehearsal recordings » de titres de Killers ou Maiden, donc d’un intérêt ultra limité à mon goût. Si ce n’est la version acoustique de « Wrathchild » qui diffère un peu des autres bonus…

En définitive, ces rééditions proposées par Metal Mind sans être indispensables, nous permettent de replonger dans une des meilleures parties de la carrière de Mr. Di’Anno, en particulier l’album « Murder One » que je trouve de très bonne qualité. Et puis ça permet de voir que le gaillard a fait d’autres bonnes choses en dehors de Maiden.




Rédigé par : gardian666 | The Beast Arises/ | Nb de lectures : 11676




Auteur
Commentaire
hammerbattalion
Membre enregistré
Posté le: 15/01/2014 à 09h43 - (110724)
Je ne connais rien de la carrière solo de Di Anno, à part une pauvre compilation bien naze. Pourtant je suis ultra fan de Killers (zee alboum), beaucoup moins du personnage (cf bio).
Murder One a l'air bien mortel, pas le souvenir d'avoir lu la moindre chronique ou pub à sa sortie.
Tu me donnes envie gardian666, je vais me lancer tenter.

VS-papy
Membre enregistré
Posté le: 15/01/2014 à 11h46 - (110726)
avant que quelqu'un viennent râler... oui, rien à voir avec le groupe basque mais ça c'est la magie de l'informatique !

Eazy-Ni
Membre enregistré
Posté le: 16/01/2014 à 11h56 - (110739)
Et depuis il a fait quoi ? Killers existe toujours ou quoi ?

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker