KHYNN - Supersymmetry (Autoproduction) - 10/03/2016 @ 07h12
KHYNN (qui autrefois pouvait s’écrire avec une apostrophe à la fin) nous est apparu en 2007 avec sa démo Breakin’ -avec une apostrophe donc- The Fury. Formé en 2004 du côté de Besançon, le quatuor y pratiquait alors un Metal couillu entre le Heavy et le Thrash avec quelques touches de Power-Prog (et aussi des synthés à la Jordan Rudess, tant qu’à faire). Sur cette base, KHYNN a néanmoins sensiblement évolué. Dès Any Fear Calms Down (2011), son premier full-length, le groupe a choisi la voie d’un mélange percutant entre Thrash musclé et Mélodeath accrocheur, citant des influences comme LAMB OF GOD et IN FLAMES, influences qui se ressentent mais KHYNN avait réussi à pondre un très bon premier album, en dépit d’une certaine linéarité largement compensée par une bonne énergie. Quatre ans plus tard, il est temps pour les bisontins de passer à la suite avec Supersymmetry, album à la vocation de montrer leur progression et leur maturité.

KHYNN va donc tenter de capitaliser sur Any Fear Calms Down tout en faisant évoluer sa tambouille, en lui donnant plus de corps et de variété. Toujours ancré dans un Thrash moderne aux sonorités très américaines, le groupe sait envoyer la sauce quand il faut, dès "Tainted Impression" qui en l’espace de 6 minutes fait mouche, avec une bonne intro puis un bon lancement de riffs, et des mélodies accrocheuses. La suite de Supersymmetry va néanmoins montrer que KHYNN s’est un peu assagi et a décidé de laisser plus de place aux mélodies. Dans la lignée de "Tainted Impression", "God in Hell" s’avère donc bien équilibré et n’hésite pas non plus à savamment placer des riffs percutants. A des moments cruciaux, le Thrash LAMB OF GODesque nous réserve donc des passages efficaces en diable ("Black Circles", "Walking Dead"). Mention spéciale à "Persona" qui est vraiment le hit de cet opus, et une nouvelle fois bien équilibré avec des super mélodies. Seulement voilà, KHYNN s’est tellement assagi que sur l’ensemble de l’album, il perd un peu en dynamique. Notons déjà que Supersymmetry comporte pas moins de deux quasi-ballades (!) ("Breath Inside Me", "Living Time") où l’acoustique est à l’honneur ainsi que le chant clair (et même du chant féminin pour "Breath Inside Me"). Ajoutons à cela le très posé "A Wild Night", ensuite des morceaux très mélodiques comme "Black Circles" et "Wasted Time" manquent parfois de tonus (malgré les riffs plus massifs) et ont assez de mal à convaincre. Par rapport à Any Fear Calms Down, KHYNN a donc assez perdu en efficacité, on comprend leur volonté de faire quelque chose de plus posé et plus varié mais la mayonnaise n’arrive pas à prendre et on décroche souvent. En témoigne également le plus lourd "Depersonalization" qui n’arrive pas à décoller…

Symbole de son côté plus coolos, Supersymmetry propose des vocaux clairs plus nombreux et Samuel ne semble pas forcément à l’aise dans ce domaine ("Black Circles", la fin de "Depersonalization", "Wasted Time", "Into the Supersymmetry"), c’est un peu mieux pour "Living Time" mais en contrepartie, son chant hurlé est lui aussi limite sur "Walking Dead"… Manquant de rythme et de punch par rapport à son prédécesseur, Supersymmetry est légèrement décevant, même si l’on peut comprendre les choix du groupe, qui en a tout de même sur la semelle avec ses influences bien digérées et son mélange tout de même bien géré de Thrash moderne et de Mélodeath, bien produit de surcroît (par Brett de KALISIA). Revendiquant la pratique d’un « French Metal », KHYNN se rapproche en cela de GOJIRA par moments et ça passe plutôt bien ("Persona", "Wasted Time"), notamment au sein du final "Into the Supersymmetry" qui clôt tout de même Supersymmetry sur une bonne note, avec des riffs croustillants et une excellente construction (avec à la clé de surprenants claviers épiques). KHYNN a fait ses choix et Supersymmetry est plus réfléchi et posé que Any Fear Calms Down, mais moins percutant et efficace. Avec son premier album, le groupe avait montré un grand potentiel et ici il ne fait qu’en montrer un autre. Un peu poussif malgré de bons moments et laissant un goût d’inachevé et quelques défauts, Supersymmetry ne transforme pas l’essai de Any Fear Calms Down en partie à cause d’un léger virage qui a du mal à passer. KHYNN reste une formation qui a des qualités à montrer et maintenant qu’ils semblent avoir tracé leur voie, il ne reste plus qu’à attendre un troisième album mieux goupillé qui mettra tout le monde d’accord.



http://www.khynn.net - 109 visite(s)


Rédigé par : ZeSnake | 13.5/20 | Nb de lectures : 6309




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker