KHORS - The Flame Of Eternity's Decline (Svarga/Code7/PHD) - 26/11/2015 @ 07h19
La dernière fois que nous avons parlé des KHORS sur VS c’était à l’occasion de la sortie de leur sublime 6ème album Night Falls Onto The Fronts Of Ours, placé en sélection. Eh bien comme c’est la hype « Retour vers le Futur » ces derniers temps, faisons un petit voyage dans le passé. Dix ans tout pile, en deux-mille-cinq Marty, pour la sortie du tout premier album de KHORS, The Flame Of Eternity’s Decline. Svarga Music nous propose de revisiter ce premier album histoire de fêter le dixième anniversaire des débuts discographiques de la formation de Kharkiv, premier opus sorti sans démo préalable s’il vous plaît. Enfin, Svarga propose une ressortie un à un du back-catalogue de KHORS, en sens inverse vu que se sont succédés les rééditions de Mysticism (2008) en janvier 2014, Cold (2006) en avril 2015, et enfin The Flame Of Eternity’s Decline pour ce mois de novembre 2015, en attendant un Retour vers le Futur puisque une réédition de Return To Abandoned (2010) semble aussi prévue, le contrat des ressorties portant à priori sur les quatre premiers albums des ukrainiens. A la clé, des digipacks, de nouveaux artworks, et aussi un son revisité et tout particulièrement ce tout premier opus.

Comme je l’avais précisé dans ma chronique de Night Falls Onto The Fronts Of Ours, KHORS s’est bien éloigné de son style d’antan, très ancré dans la tradition du Black atmosphérique ukrainien avec un léger souffle pagan, dans l’ambiance et dans l’agression. Devenu une formation de « Heathen Dark Metal », KHORS est parti d’un son beaucoup plus terre-à-terre, forcément plus Black, plus tranchant, plus lancinant, à la manière d’un HATE FOREST, pas aussi haineux ni brutal mais tout aussi froid. Le ton était donc moins aéré et plus direct, le chant plus « grim », à l’époque c’était d’ailleurs Helg qui tenait le micro en lieu et place de Jurgis qui officie depuis 2010, le tout sans tomber cependant dans un BM primaire. Ainsi, les claviers étaient tout de même déjà présents, déjà assurés par Saturious de NOKTURNAL MORTUM, mais ils étaient surtout là tout au fond, pour faire « atmo » plutôt que pour faire des vraies mélodies. La mélodie n’était pas forcément l’apanage de The Flame Of Eternity’s Decline, développant un son Black autrement plus incisif. Si la production était plus rugueuse, elle n’était pas roots pour autant, après tout on était déjà en 2005, presque 10 ans après les premiers enregistrements très harsh de NOKTURNAL MORTUM… Plus sombre, plus lourd même, KHORS optait alors pour du pur Black/Pagan « à l’ukrainienne », avec des synthés pour se démarquer et pour respirer par moments, tandis que les riffs faisaient leur office offensif en préférant souvent se rendre hypnotiques plutôt qu’ultrarapides. Un esprit qui sera plus tard repris par une formation comme ULVEGR, et que KHORS lui-même a pu retrouver à certains moments, comme au début de "1664" sur Night Falls Onto The Fronts Of Ours.

En 38 minutes, aucun des 8 morceaux de The Flame Of Eternity’s Decline ne se démarque vraiment, attestant d’un album assez linéaire, mais il n’y a aucune faille là-dedans, du très bon départ sur "Wounds of the Past" jusqu’au magnifique final "Flame of Eternity", en passant par l’efficace et parfois salvateur "Eyes of Eternal Loneliness" (et son solo Black/Thrash déglingué), le plus épique "Throne of Antiquity", le joli interlude "Breath" ou encore le très prenant "Moan of the Grief". Cette réédition bénéficie, tout comme celle de Cold, d’un son entièrement remixé et remasterisé. Le son de guitare a un peu été gonflé, rendant ses lettres de noblesse à un morceau comme "Spirit of Fury", mais ce n’est pas forcément hyper remarquable. Le plus notable de ce remix intervient au niveau du son de batterie : s’il demeure encore approximatif par moments, on notera qu’ENFIN un groupe s’est rendu compte qu’il avait à l’époque un son de caisse claire de casserole, ceci a donc été corrigé pour le bonheur de nos oreilles n’ayant ici plus à subir les « pak pak » d’origine. Enfin, le mix des synthés n’a presque pas été touché, ce qui fait qu’on ne les entend ni trop, ni pas assez, ce qui est une bonne chose pour le genre et qui était déjà notable à l’époque. The Flame Of Eternity’s Decline a su conserver son charme d’époque, et reste un très bon album de Black/Pagan atmo ukrainien, peu varié et sans surprise mais simple et accrocheur et très bien composé. Si Cold sera plus abouti au niveau des ambiances glaciales, sachant que KHORS a toujours évolué par paire d’albums, avec le recul je trouve que les compos de son prédécesseur sont plus mémorables. Si le groupe a bien évolué ensuite, même s’il a fallu attendre quatre albums pour que leur nouveau style atteigne son aboutissement, ses débuts n’ont pas pris une ride, une partie des fans de la formation ne jurant que par les deux premiers albums d’ailleurs. Si le style purement ukrainien vous parle, si vous êtes attiré par le côté plus rugueux et plus Black des débuts des KHORS, et si vous ne possédez pas (outre l'édition originale, cela va sans dire) la double réédition de The Flame Of Eternity’s Decline et Cold sortie en 2010 par Paragon Records et/ou que le léger revisitage du son vous intéresse, cette réédition en forme de digipack beau et sobre me semble indispensable !



http://www.khors.info - 61 visite(s)


Rédigé par : ZeSnake | Réédition/ | Nb de lectures : 7565




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker