KEN MODE - Entrench (Season of Mist) - 18/06/2013 @ 08h00
Ça fait déjà quinze ans que KEN MODE a vu le jour. J’aurais pas cru, moi qui ai découvert le groupe il y’a quelques années seulement avec « Venerable » et un passage au Hellfest. Le groupe a connu une constante évolution en terme de musique, de notoriété et de popularité confirmée avec une signature sur Season Of Mist qui leur offre une visibilité nouvelle. La persévérance fini toujours par payer. « Entrench » creuse encore un peu plus le sillon du groupe en ajoutant deux – trois petites innovations au niveau de la composition, du son ou des influences. Un peu plus de variétés au niveaux de la voix, un feeling rock’n’roll plus poussé, un son et des atmosphères moins compactes et moins noires. Ici on voit la lumière, la musique est presque « dansante », catchy, par moment. Les mélodies sont plus présentes et apportent un peu de relative légèreté dans le chaos originel des canadiens.

Si on se base froidement sur la musique des canadiens, rien de révolutionnaire, on se trouve face à un noisecore un peu sludgy sur les bords. Là dedans, les compositions se divisent en deux : d’un côté les titres rapides, légèrement chaotiques, frontaux et directs, de l’autre des morceaux plus lourds, plus sludgy, plus lents sans pour autant être vraiment sludge ou doom. Y’a des influences visibles bien entendu mais le groupe parvient toujours à trouver le « truc » qui fait que KEN MODE est KEN MODE et par un autre. Ils parviennent à se démarquer de la horde toujours plus grande des groupes du même style. Au niveau de la production d’ailleurs, plus rock’n’roll que la moyenne, mais compacte, moins proprement salle, moins Kurt Ballou en somme. Normal, le gros nounours de Converge laisse sa place derrière la console à Matt Bayles, connu pour avoir produit, entre autre, Isis, Botch ou Mastodon. Bayles amène une nouvelle touche qui sied très bien aux canadiens. La basse gronde comme jamais et les guitares ont un son plus naturel. Bref, « Entrench » est le disque du groupe le mieux produit à ce jour.

« Counter Culture Complex » place le disque sur les bons rails avec un vrombissement qui monte peu à peu et explose dans un déferlement de rock’n’roll, de noise et de hardcore. Un premier morceau efficace et presque tubesque qui démontre toute la facilité de composition du groupe, enfin de Jesse Matthewson qui compose tout et joue de presque tous les instruments. KEN MODE est vraiment sa chose. Mais il est partageur et invite une floppée de musiciens ou de vocalistes à venir lui filer un coup de pogne. Ce qui amène encore une fois de la variété à « Entrench ». Autre titre rouleau compresseur « Your Heartwarming Story Make Me Sick », véritable glaviot de haine porté par un riff botchien, une basse punk hardcore et des vocaux assassins. Un concentré d’efficacité. Et le disque en comporte bien d’autre même si l’alternance un peu trop systématique entre morceaux lourds et titres plus hardcore tourne à la redondance. KEN MODE, malgré son originalité, tombe parfois dans la facilité en piquant un riff à Converge par-ci ou une structure à Botch par-là. Pour Botch, on ne peut pas vraiment leur en vouloir vu que Dave Verellen lui-même vient brailler dans le micro au détour d’un titre.

Je parlais d’alternance systématique entre les tempos mais la bande Matthewson brouille les pistes et dévoile une nouvelle facette de son talent avec un long titre semi acoustique toute en finesse et en spoken word en plein milieu d’album, histoire de relâcher la pression, de respirer un coup et parce qu’ils en avaient envie tout simplement. Puis comme la chanson est réussie pourquoi se priver ? Tout au long de l’album KEN MODE marque des points avec un feelling rock’n’roll et quelques riffs vraiment dingues « Why Dont You Just Quit » par exemple, d’un groove, d’une simplicité quasiment punk, rehaussé d’un solo déglingué qui sent le sud des Etats-Unis. « Entrench » ne se relâche pas et conserve un très beau niveau même en fin de parcours, quand certains ont tendance à se relâcher. Par contre, ils tombent un peu dans la facilité en proposant un schéma de disque attendu. Titre rapide, titre lent, titre rapide, titre lent, respiration en milieu de disque et douce mélopée mélancolique post-rock pour finir en douceur. Là, sur la forme les canadiens manquent de subtilité mais sur le fond, « Entrench » est un bon disque de noisecore’n’roll chaotico sludgy auquel il manque juste un petit je ne sais quoi qui accroche l’oreille ou transforme ce très bon disque en œuvre majeure.



Toute leur disco en écoute. - 130 téléchargements


Rédigé par : Seb On Fire | 15.5/20 | Nb de lectures : 12057




Auteur
Commentaire
Maxgrind
IP:77.205.17.136
Invité
Posté le: 18/06/2013 à 11h14 - (107940)
Entrench est-il le Saint Graal tant attendu? Est-il meilleur que son non moins excellent prédécesseur?

Avec Entrench, KEN mode nous présente une suite logique à Venerable mais avec quelques nouveaux ingrédients.

Là où je rejoins Seb, c'est en ce qui concerne les petites innovations au niveau composition/son/influence.
Jesse nous livre une très bonne partition vocale, tout en nuances et en variations.
Niveau compo, on ressent indéniablement un gros feeling rock’n’roll ainsi que ce côté catchy (sur Counter Culture Complex/The Promises Of God, c'est flagrant/ultra prononcé). D'ailleurs, j'adhère totalement à ce côté tubesque!
L'atmosphère générale est moins sombre qu'à l'accoutumée mais ce n'est que par intermittence car nos 3 bûcherons aiment envoyer du lourd et le tarif préférentiel, c'est payé comptant en stères de bois en pleine gueule (No, I'm In Control, Your Heartwarming Story Makes Me Sick, The Promises Of God, The Terror Pulse, Your Secret Vasectomy).
Je suis également d'accord sur le schéma de disque décrit par Seb On Fire mais ça ne me dérange pas.

Après, il y a plusieurs points où je suis en désaccord avec la chro. Je n'irai pas jusqu'à dire que leur musique est lumineuse. Moins sombre oui mais l'ambiance est toujours empreinte du sceau de la noirceur/du chaos. Counter Culture Complex a beau avoir ce côté ultra tubesque/catchy/groovy, le fond n'en demeure pas pour autant joyeux! Et il suffit d'écouter le post-rockien Monomyth pour comprendre. Une outro qui aurait pu être parfaite sans ses violons qui viennent un peu gâcher cette ambiance "fin du monde" mais le duo guitare/piano est prenant, mélodieux et empli de désespoir. Oui, le désespoir, c'est beau!
Et puis, il y a ce Romeo Must Never Know en plein milieu d'album qui ne plaira peut-être pas à tout le monde mais qui a le mérite de faire souffler. Une prise de risque réussie car le morceau monte en intensité et concorde avec le déroulement de l'album.

Enfin, le vilain petit canard d'Entrench (avec les violons flingueurs de Monomyth) est le morceau Why Don't You Just Quit?. Pas que morceau soit mauvais en soit mais il n'est pas folichon même si j'ai envie de dire DOMMAGE car le final est foutrement bien réussi.

Bref, KEN mode fait du KEN mode tout en se renouvelant, en se sublimant et s'améliore avec l'âge, comme le bon vin.
Oui, Entrench, c'est un peu leur chef d'oeuvre et pour moi, il mériterait d'être une oeuvre majeure dans ce courant musical.

Maxgrind
IP:77.205.17.136
Invité
Posté le: 18/06/2013 à 11h16 - (107941)
Pourquoi y a pas de correcteur? Grrr... En *soi*, vous m'auriez compris hein ;)

pearly
Membre enregistré
Posté le: 18/06/2013 à 11h57 - (107943)
Ce groupe est monstrueux, en terme de personnalisation de différents sons, d'une culture venue à la fois du noise-rock, du hardcore, post ou pas, moderne comme tiré des nineties, d'équilibre entre l'efficacité et l'aspect plus rigoureux, original, de leur musique, c'est à mon sens l'une des 2/3 grosses références actuelles. Que des albums différents, et pourtant tous liés, que des albums terribles.



Y.
IP:84.100.182.173
Invité
Posté le: 18/06/2013 à 20h04 - (107950)
Pareil que Seb on fire découvert au hellfest et avec " Venerable ". Ben grosse claque ce nouvelle album ! J adore ce coté noise plus prononcé que leur ( innombrables ) collègues ! Faut que je me penche sur leur ancienne disco !

Y.
IP:84.100.182.173
Invité
Posté le: 18/06/2013 à 20h07 - (107951)


* que CHEZ leur ( innombrables ) collègues ...

Bras cassé
Membre enregistré
Posté le: 20/06/2013 à 03h32 - (107970)
Pearly, une fois de plus, resume bien cette galette. Ces canadiens sont forts et proposent un de meilleurs albums que j'ai entendu cette annee dans cette mouvance noisy.

Meilleur que Venerable pour ma part!

pearly
Membre enregistré
Posté le: 20/06/2013 à 09h44 - (107971)
Ha moi je préfère quand même venerable, probablement parce qu'il résume parfaitement tout ce que je suis susceptible d'aimer en matière de "post-hardcore noisy" moderne, tout en se référant à des éléments des nineties, auxquels je suis très attaché, ceux qui étaient plus présents dans leurs précédentes sorties, finalement. En fait, "Venerable" représentait un peu tout ce que deathwish cherche à propsoer album après album, sans jamais réussir à atteindre cette perfection :)

Bref, langue perfide mise de côté, je reviens à Entrench. Tout en me plaisant énormément, il me pose en un sens plus de problèmes que Venerable. Probablement parce que, même si je trouve que pas mal de titres sont plus "directs", Entrench est moins fluide dans sa construction : dans Venerable, tout tombait sous le sens, les enchaînements étaient parfaits, la variété de l'album ne choquait jamais, ce disque représente réellement à mes oreilles ce qui pourrait se faire de mieux dans le genre.
Entrench représente ce qui pourrait se faire de mieux, juste après Venerable, haha.

Bref, ce groupe est magistral.

Seb On Fire
Membre enregistré
Posté le: 20/06/2013 à 09h54 - (107972)
Pour que ce soit parfait pour moi il faudrait mixer le côté plus rapeux de Venerables avec la touche catchy rock'n'roll de celui-ci?



Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker