KADAVAR - Berlin (Nuclear Blast) - 25/09/2015 @ 08h02
Kadavar nous a tapé dans l’œil en 2012 peu après la sortie de son premier album. Rafraîchissant, naturel, honnête et passionné, ce premier jet avait tout pour galvaniser les foules et nous étions convaincus que le succès allait accompagner le groupe très rapidement. This Charming Man Records, leur premier label, en a d’ailleurs fait le fructueux constat puisqu’il a effectué pas moins de 12 pressages vinyle de la pépite. Les concerts se sont alors enchaînés, les petites salles sont devenues très grandes et Kadavar a signé chez Nuclear Blast, la plus grosse écurie du metal qui a bien senti le coup du revival rétro-rock/stoner avec d’autres signatures du même genre comme Orchid, Graveyard ou encore Witchcraft. Qui a dit Blues PIlls ?

Succès grandissant oui, gros chèques du label sûrement mais également départ de son emblématique bassiste Philipp « Mammut » Lippitz remplacé par le français Simon Bouteloup, sublime guitariste que nous avions eu le plaisir de découvrir avec Aqua Nebula Oscillator. Kadavar ne l’a pas d’ailleurs pas cherché bien loin puisque les deux groupes sont amis et qu’ils ont signé un très bon split album en commun fin 2012. Soyons honnêtes, autant nous apprécions Simon comme guitariste, autant nous avions des doutes sur ses capacités à tenir la basse et surtout le superbe jeu aux doigts de son prédécesseur, Simon ne jouant qu’au médiator. Nos doutes se sont révélés en partie justifiés, le groove si particulier de Mammut manquant réellement à l’appel, mais côté interprétation, rien à redire. Le vrai test allait être sa capacité à composer sur un nouvel album.

C’est aujourd’hui chose faîte avec Berlin, album rendant hommage à la ville d’adoption du frontman du groupe, Christoph « Lupus » Lindemann. Le trio germano/français commence tambour battant avec deux tubes en puissance que sont "Lord Of The Sky" et "Last Living Dinosaur", clairement le meilleur morceau de l’album pour ce dernier. Kadavar a décidé de faire la part belle à l’efficacité en distillant des morceaux plus directs, terriblement accrocheurs afin que son public live ne fasse plus que danser. Exit les trips psychédéliques que le groupe avait pu proposer sur son premier album avec une magnifique participation de Shazzula sur "Purple Sage" aux synthés et thérémine. Certain le regretteront, les autres applaudiront à deux mains la volonté de proposer des hits en puissance. On se range plutôt dans la première catégorie car le groupe a la capacité de proposer de longues plages atmosphériques improvisées qui font varier de manière significative son jeu. Nous ne boudons pas pour autant cet album, à en juger par la note attribuée mais il est clair que Kadavar aurait pu s’éviter les très dispensables "Circles In My Mind" ou "See The World With Your Own Eyes" qui font nettement baisser l’intérêt de la deuxième partie de l’album pour proposer au moins un titre nous permettant de voyager à travers des contrées Acid Rock que nous aurions accueillies à bras ouverts. La prochaine fois, on l’espère…




Rédigé par : Madrigal | 15/20 | Nb de lectures : 8481




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker