JUPITERIAN - Archaic (Autoproduction) - 14/01/2015 @ 08h19
Des brésiliens qui jouent du doom/death mâtiné de sludge, ça te troue, hein ? Ouais, ben moi aussi. Jusque là plutôt habitué aux combos de death ou de thrash primitifs, j’avoue être dans l’incapacité de citer ne serait-ce qu’un groupe de doom brésilien, là où, en revanche, leurs confrères chiliens sont plus prolixes. Jupiterian se présente à nous en catimini, avec un premier EP trois titres, pour 23 minutes de musique, le seul truc audible qu’il ait bien voulu porter à nos oreilles. Et son terrain de jeu sera donc le doom, plutôt tendance death et sludge, non Monsieur, ce n’est pas incompatible.

Archaic donc, nous offre ainsi trois titres aux contours tout aussi goudronneux qu’empreints de l’odeur humide des caveaux. Si le doom/death constitue l’architecture même des titres comme leur esprit profond, le sludge ne sert cependant pas uniquement de prétexte, "Archaic", le premier titre, ouvrant sur une mixture tout à fait étonnante qui fait la part belle aux deux ambiances, death et sludge, sans que cela ne choque le moins du monde. C’est un premier tour de force qu’il faut vraiment souligner. Peu de groupes parviennent à mixer ainsi ces deux styles plutôt opposés de prime abord, le old school contre la modernité en quelque sorte. Archaic débute ainsi sur un rythme très old school, très Castle (les hollandais) ou Sempiternal Deathreign, avec du mid-tempo lourd et caverneux, qui sent bon les vieilles recettes. Mais certains passages de la rythmique ne sont pas sans évoquer le goudron et les phrasés propres au sludge, même s’il est ici, dans ce premier titre, distillé avec parcimonie.

Alors oui, le son est brouillon, d’un bordélique peu maîtrisé, mais il a son charme. Il confère au titre une aura étrange, mélange de vieux mysticisme et d’emphase surannée plutôt sympa (aux alentours des 5’). Le death d’un Funebrarum n’est pas très loin non plus.

Le second titre, "Procession towards the Monolith", enchaîne dans la même veine. Du gros doom avec des morceaux de death dedans et une lichette de sludge. Mais l’esprit reste le même, plutôt old school. Ce second titre m’évoque encore les grands et vieux noms de la scène, Thergothon en tête (la classe et le génie en moins) mais encore des groupes comme du Ceremonium (US) ou encore Disembowelment, là encore le génie en moins. Et le son über étouffé n’aidera guère le non initié.

Le dernier titre, "Currents of Io", ouvre sur du sample de film qu’il semble d’horreur. Old school qu’on vous dit. Mais les grattes aériennes, légèrement gothiques dans leur phrasé, prennent vite le pas pour un titre moins typé death, où les grattes s’octroient le droit d’effectuer quelques circonvolutions – certes peu techniques – mais agréables.

Vous l’aurez compris. On ne tient pas là l’album de doom/death du siècle mais un témoignage d’amour envers les Grands Anciens, fait avec le cœur, sans prétention et qui saura vous faire passer un gentil moment avant les fêtes.




Rédigé par : Raziel | 13/20 | Nb de lectures : 9069




Auteur
Commentaire
philresist
Membre enregistré
Posté le: 19/01/2015 à 10h29 - (115452)
pourtant il y a pas mal de groupes de "doom" au bresil..helllight par exemple est tres bon.le gros probleme sont les sorties cds plus difficile pour certains groupes

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker